Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Dépendance de l'ancien manoir des Haris (Dompierre-du-Chemin fusionnée en Luitré-Dompierre en 2019)

Dossier IA35131022 inclus dans Manoir, Les Haris (Dompierre-du-Chemin fusionnée en Luitré-Dompierre en 2019) réalisé en 2013

Fiche

Dénominations dépendance
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Fougères Sud
Adresse Commune : Luitré-Dompierre
Lieu-dit : Dompierre-du-Chemin Haris (les)
Précisions commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Dompierre-du-Chemin

L'ensemble des bâtiments formant les dépendances du manoir des Haris est assez complexe. En effet, de nombreux remaniements et reconstructions ont dénaturé les bâtiments et la vision actuelle doit être bien différente de ce qu'il y avait autrefois. Le cadastre napoléonien de 1806, ainsi que la description des lieux dans un aveu de 1580 permettent cependant de retracer la composition d'origine. Ainsi, les bâtiments du manoir formaient un U autour d'une cour carrée. L'alignement situé à l'ouest, composé principalement de dépendances à partir du 19e siècle, disposaient autrefois de pièces d'habitation. Le pavillon qui fermait cet ensemble et qui a été photographié en 1969 se composait de deux pièces d'habitation superposées, tandis que le bâtiment principal disposait d'une salle, d'un cellier, de deux chambres et d'un grenier (aveu de 1580), remplacés par la suite par une étable et une grange. Ce dernier bâtiment n'existe plus et était sans doute très ancien, antérieur à 1580. Le pavillon encore visible en 1969 semble dater du 18e siècle, la cheminée du rez-de-chaussée pourrait même être plus ancienne.

Les dépendances situées au sud du premier ensemble sont composées d'un pavillon, d'une remise, d'un hangar, d'une étable et encore d'une remise. Le pavillon ne figure pas sur le cadastre napoléonien de 1806, il est donc postérieur et date vraisemblablement du milieu du 19e siècle. L'alignement se développant au sud date du milieu du 20e siècle.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Secondaire : milieu 20e siècle

Situés à l'ouest de la cour du manoir des Haris, les bâtiments décrits ci-dessous ont en partie disparu.

Le pavillon n°1, détruit entre 1969 et 1972, se trouvait à l'extrémité sud de l'alignement faisant face à l'actuelle habitation. Cet alignement se composait, du nord au sud, d'une étable, d'une grange et d'un pavillon. Ce dernier était un bâtiment de plan carré à deux étages sous comble à deux versants, aspecté à l'est. Il était construit en petit appareil régulier de granite jaune, tandis que l'encadrement des ouvertures et les chaînages d'angle étaient en granite gris.

Les façades est et ouest (murs pignons) comportaient une travée d'ouvertures sur trois niveaux, avec oculus au troisième niveau. Un arc de décharge se trouvait au-dessus de la porte d'entrée Est en plein cintre clavé et sur les fenêtres rectangulaires, des traces de reprises étaient visibles dans le mur nord. La base du mur était d'appareil différent. Enfin, un escalier à volées droites en bois desservait une pièce à l'étage.

A l'intérieur de ce bâtiment, le rez-de-chaussée possédait une cheminée adossée en granite à linteau monolithe et à crossettes. Les deux consoles de cette cheminée étaient à ressauts arrondis aux angles, bordés de boudins et séparée par un tore en spirale. Le premier étage était, quant à lui, pourvu d'une cheminée à la capucine en marbre, les murs étaient lambrissés. Le deuxième étage se composait d'une pièce mansardée.

A l'angle nord-ouest de la cour se trouve les restes d'une tour carrée dont les murs sont en granite gris, épais de 1.25 mètres et percés de deux meurtrières profondément ébrasées dont l'arrière est à voussure à segment, et d'une porte à embrasure droite avec arrière à voussure en segment également.

Pour finir, au sud de la cour se trouve un ensemble de dépendances formant un L dont l'extrémité ouest se termine par un pavillon. Ce pavillon n°2 est de même type que le premier, il est aspecté au sud et à l'est. Le perron en façade sud est surélevé, le cellier se trouve en-dessous. La charpente ancienne est visible : poinçon, faux-entrait, aisseliers courbes, coyaux, panne faîtière et contreventement par aisseliers ; lambrissage en voûte en anse de panier. Accolée à ce pavillon à l'ouest, se trouve une remise aspecté au sud.

Murs granite moellon
Toit ardoise
Statut de la propriété propriété privée