Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Demeure, la Rançonnerie (Le Pertre)

Dossier IA35020675 réalisé en 2002

Fiche

Parties constituantes non étudiées communs, chapelle, édifice agricole
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Ille-et-Vilaine - Argentré-du-Plessis
Adresse Commune : Pertre (Le)
Lieu-dit : la Rançonnerie
Cadastre : 1986 BA 107, 108,109,111
A cet endroit existait un ancien manoir mentionné en 1649 et appartenant aux Le Page. L'édifice actuel est construit entre 1838 et 1840 pour Edouard du Fougerais, sous préfet de Vitré puis de Mayenne sous la Restauration, par l'architecte Jean Housse de Cossé-le-Vivien. Celui-ci propose à sa riche clientèle un édifice de référence néoclassique tardif. La travée centrale est affirmée par l'emploi de la pierre de taille de calcaire, et par un fronton triangulaire interrompu par une lucarne. La porte d'entrée ainsi que les ouvertures du rez-de-chaussée sont en plein cintre et témoignent du soin apporté à cette élévation. Les armes de la famille sont apposées sur la lucarne centrale de la façade sur cour. Le D gravé sur la clef de la porte d'entrée évoque la famille de l'épouse d'Edouard du Fougerais, Marie Renée Desprès. La chapelle Notre-Dame de la Présentation est construite en 1854. Son style néogothique précoce traduit l'érudition éclairée de ses commanditaires. Les communs situés sur un des côtés de la cour sont encore en place ainsi qu'une partie de l'ancienne métairie. Cet ensemble de belle qualité architecturale a conservé son environnement végétal. Intérêt communal
Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Dates 1838, daté par travaux historiques
1854, daté par travaux historiques

Logis de plan rectangulaire. Double en profondeur. Rez-de-chaussée surélevé. 5 travées ordonnancées.Toiture à longs pans et croupe. Epi de faîtage. Gros oeuvre en partie enduit. Soubassement en pierre de taille de granite, travée centrale en pierre de taille de calcaire ainsi que les encadrements des ouvertures.

Murs granite
calcaire
enduit
moellon
pierre de taille
appareil mixte
Toit ardoise

Données complémentaires architecture IP35

HYPOI sans objet
HYPOE sans objet
MURS1 granite ; calcaire ; moellon ; pierre de taille ; appareil mixte ; enduit
SCLE1 2e quart 19e siècle
IAUT sans objet
ICHR nsp
IESP nsp
ICONTX autre
SEL sélection requise
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Extrait de Léon Chapelle, p. 178

    La Chapelle Notre-Dame de la Présentation

    A l'intérieur, cette chapelle simple et pieuse présente quelques particularités. L'autel, en chêne sculpté supporte un tabernacle ou, depuis de longues années, on conserve le Très Saint Sacrement. Au-dessus de l'autel se trouve un joli vitrail de la présentation de la Sainte Vierge au temple. Le grand prêtre revêtu des riches habits sacerdotaux de l'ancienne loi, reçoit la jeune vierge destinée déjà par Dieu à être la mère du messie et du sauveur du monde. Saint Joachim et sainte Anne dans l'attitude du recueillement, de la prière et de la résignation, accompagnent leur petite fille, dont il ignore encore la glorieuse destinée. Deux statues ornent le choeur, à gauche, la statue du sacré-coeur de Jésus auquel la famille de Sallier à grande dévotion, et, à droite, la statue de la sainte Vierge.

    Quatre petits moines de pierre à genoux dans l´attitude de la prière soutiennent les arcs

    Au centre de la petite chapelle, deux figures ont été sculptées, toujours à la retombée des arcs de la voûte. Elles représentent les traits de deux des filles de Monsieur Henri de Sallier, à gauche, Mademoiselle Marie de Sallier, morte il y a quelques années, religieuse de la Visitation à Nantes, et à droite, mademoiselle Adèle de Sallier (Madame la baronne Pervinquière), morte après quelques années de mariage. Vers le bas de la chapelle, encore à la retombée des voûtes quatre animaux fantastiques attirent les regards, quatre monstres symbolisant les péchés de la langue ; des devises empruntées à la Sainte Ecriture. permettent de les identifier : Ce sont à gauche la flatterie, la raillerie, et à droite la médisance et la calomnie.

    Aux murs de la chapelle sont appendues quatorze croix, un chemin de croix, en effet, a été érigé dans cette chapelle à la date du 7 octobre 1800.

Références documentaires

Bibliographie
  • CHAPELLE, Léon. Bulletin paroissial du Pertre, février à juillet 1914, avril à août 1919, janvier à décembre 1920, février à décembre 1921, février à décembre 1922, février 1923, réimpression non datée, t. 1.

    p. 177 à 180