Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Croix-reliquaire

Dossier IM56006307 réalisé en 2006

Fiche

Dossiers de synthèse

Depuis le Moyen Age, existe en ce lieu, une chapelle dédiée à Saint Jean Baptiste, relevant des Chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, dépositaire d´une relique de la Sainte Croix. L´actuelle chapelle, qui remonte au XIVe ou au XVe siècle présente la particularité, rare, d´être édifiée sur un corps d´entrée qui ouvrait sur la cour de cet établissement hospitalier.

Cette provenance ancienne explique sans doute l´aspect ambivalent du présent reliquaire, En effet la forme à double traverse et la découpe empattée des bras au demeurant irrégulière, se rattachent à une tradition répandue durant tout le haut Moyen Age et veulent certainement rappeler une croix plus ancienne dont on aurait voulu ainsi conserver le souvenir. Toutefois, malgré cette forme délibérément archaïsante, la mise en oeuvre de l´objet et surtout son décor trahissent nettement une exécution de la deuxième moitié du XVe siècle, ce qu´avait déjà fort bien vu en son temps Pierre Thomas-Lacroix. Le décor de feuilles retournées, caractéristique du gothique flamboyant est gravé et détaché sur un fond mati par l'emploi de trait de gravure croisés. Ce procédé, ainsi que l´emploi systématique de cordage pour surligner les contours de la croix et border les cabochons ainsi que le style du décor lui-même sont assez caractéristiques de la fin du XVe siècle ou du tout début du XVIe siècle. Le dessin des rameaux conduit en fonction des cinq cabochons principaux, évocation des cinq plaies du Christ, prouve que ceux-ci, malgré le remplacement de leur pierres, sont d'origine, tandis qu'au revers de la croix le même décor se poursuit sans discontinuité sur un fond resté lisse. A la différence du reliquaire de Béganne, constitué d´une croix contenue ou reliquaire à proprement parler d´une sorte de coffret ou d´écrin réalisé en métal précieux, le présent reliquaire combine en un seul objet les deux fonctions. Un couvercle articulé orné d´un crucifix et de quatre cabochons, permet une fois soulevé, d´entrevoir la relique à travers un repercé en forme de grille. Si ce système de couvercle maintenu par des goupilles est indubitablement d´origine comme l´atteste l´interruption du décor gravé de feuillages gothiques de part et d´autre de la charnière inférieure, l´actuel couvercle a probablement été refait au XVIIe siècle, comme l´indique et le style du crucifix et, au revers, le monogramme du Christ, I H S, en capitales romaines, accompagné en pointe d´une grande hermine héraldique à queue largement évasée.

Toute la tranche de la croix a été restaurée, et les cabochons changés au XIXe siècle. Les médaillons qui occupent les extrémités du bras inférieur, présentent de minuscules emblèmes de la Passion sur fond de satin rouge, celui du pied de la croix, un profil du Christ en cire dure. Cette restauration qui réinterprète probablement un état d´origine, ainsi que le remontage de la croix sur un socle à gradins en palissandre peuvent dater du transfert du reliquaire de la chapelle à l´église lors de la création de la paroisse de la Vraie-Croix en 1851.

Dénominations croix-reliquaire
Aire d'étude et canton Haute-Bretagne - Elven
Adresse Commune : Vraie-Croix (La)

Croix reliquaire à double traverse de la deuxième moitié du 15e siècle. Le couvercle de la croisée supérieure, permettant une fois soulevé d'entrevoir les reliques, empiète sur le décor d'origine de la croix, détail qui avec le style de son peit crucifix permet d'y voir une réfection très rpobale du 17e siècle. Réfection totale de la tranche et du socle au cours de la deuxième moitié 19e siècle.

Période(s) Principale : 2e moitié 15e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Lieu d'exécution Édifice ou site : Bretagne

Croix reliquaire à double traverse. A la partie supérieure, un petit volet monté à charnières et goupilles, orné d'un crucifix et de quatre cabochons se soulève pour découvrir une ouverture ajourée en forme de grille, permettant d'entrevoir la relique.

Catégories orfèvrerie
Matériaux argent, repoussé, gravé, estampage, doré
Précision dimensions

h = 20 ; la = 9,5 ; pr = 2

Iconographies Instrument de la Passion
hermine
Précision représentations

La lance et l'éponge, les clous, en argent, dans des médaillons miniatures vitrés de part et d'autre de la croisée inférieure.

Précision inscriptions

Le revers du couvercle comporte l'inscription gravée I H S, surmontant une grande hermine héraldique.

États conservations partie remplacée
oeuvre restaurée
Précision état de conservation

Couvercle de la croisée supérieuire remplacé au 17e siècle ; Tranche refaite au 19e siècle.

Objet tout à fait exceptionnel, directement lié à l'histoire de la paroisse.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1923