Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Croix de procession

Dossier IM22005005 réalisé en 2006

Fiche

Dossiers de synthèse

Cette croix de belle facture prolonge au tout début du XVIIe siècle un modèle à médaillons quadrilobés et fleurons en fleurs de lys déjà connu au XIVe siècle, comme l'atteste la croix de Plouguerneau en basse Bretagne. L'iconographie des médaillons, Tetramorphe pour la face antérieure et docteurs de l'église pour la face postérieure est habituelle, celle de l'agneau divin au revers est un héritage du Moyen Age. Seules les faces de la croix sont ornées, la tranche restant unie. La qualité de mise en oeuvre du décor estampé à base de rinceaux, d'urnes et de candélabres est particulièrement sensible au niveau des médaillons et des fleurons pour lesquels l'orfèvre a utilisé une matrice spéciale dont le décor est parfaitement adapté à la forme. La variété et la finesse du décor de grotesques et de candélabres sont à rapprocher de la croix réalisée en 1551 par l'orfèvre rennais Jean Bodet pour la paroisse de Saint-Rémy-du-Plain. L'emploi des ces ornements Renaissance déliés et savants est connu par les orfèvres de Quimper comme Pierre Jouaulx dans la première moitié du XVIe siècle. Le recours aux fils étirés et dorés pour surligner les arêtes est un autre point commun. Ici, l'étroitesse des bras de la croix, l'association des médaillons et des fleurs de lys, la représentation anatomique du Christ non déhanché, dont le diaphragme est à peine marqué, le périzonium sans mouvement, pourraient permettre de situer cette oeuvre de grande qualité légèrement avant le milieu du XVIe siècle. La comparaison avec la croix de Lavau-sur-Loire, datée de 1588 dont les bras sont plus larges et le Christ d'un tout autre style va dans le sens de cette interprétation. L'absence de poinçon sur la croix de Saint-Glen qui est certainement l'oeuvre d'un maître, s'expliquer probablement par la réfection au XVIIIe siècle du noeud et de la douille emplacement habituel des poinçons jusqu'au XVIIe siècle pour ce type d'objet. Il est important de noter que l'orfèvre restaurateur du XVIIIe a pris soin, sans doute à la demande des paroissiens et de leur recteur de remonter les anciens boutons d'argent doré qui identifient l'objet. La fusion sur un même bouton du N et du T ainsi que du D et du E n'a pas été bien comprise par le restaurateur qui a de ce fait mal restitué l'ordre des boutons. Cette pratique des boutons gravés pour servir à identifier les objets, croix de procession mais aussi calices, si elle n'est pas particulière à la Haute Bretagne, semble en tout cas avoir été très employée par les orfèvres rennais du XVIe siècle, entre autres Jean Bodet. C'est peut-être là un élément supplémentaire d'attribution de ce bel objet aux ateliers de Rennes.

Dénominations croix de procession
Aire d'étude et canton Haute-Bretagne - Moncontour
Adresse Commune : Saint-Glen

Croix du premier quart du 17e siècle, réalisée par un orfèvre, probablement de haute Bretagne, mais qui ne porte aucun poinçon. Son noeud a été refait au 18e siècle, à cette occasion, les boutons gravés au nom de la paroisse de Saint- Glen, remployés, ont été remontés dans le désordre.

Période(s) Principale : 1er quart 17e siècle
Principale : 18e siècle
Lieu d'exécution Édifice ou site : Bretagne
Catégories orfèvrerie
Matériaux argent, repoussé, ciselé, estampage, doré, gravé, émail de basse taille
Précision dimensions

h = 95 ; la = 55,5

Iconographies Tétramorphe
les docteurs de l'église
Agneau mystique
Inscriptions & marques inscription concernant le propriétaire
Précision inscriptions

Inscription concernant le propriétaire (gravée sur les boutons du noeud) : + S A I N T G L E N DE.

États conservations partie remplacée
partie en remploi
Précision état de conservation

Le noeud a été remplacé au 18e siècle. Les boutons de l'ancien noeud ont été remployés.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1965/12/03