Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Croix de chemin Gradlon (Guer)

Dossier IA00009135 réalisé en 1977

Fiche

Á rapprocher de

La croix Gradlon est fichée directement en terre, au croisement de trois routes, la première menant au château de Couëdor, la deuxième au prieuré Saint-Etienne et la troisième se dirigeant en direction de Guer. Déjà citée dans des actes de la fin du 17e siècle, elle est indiquée sur le cadastre napoléonien de 1847.

Elle devait vraisemblablement servir de borne limitrophe entre le domaine du prieuré de Saint-Etienne et les parcelles de la métairie appartenant à l'ancien château de Couëdor.

L'origine et la date de son érection sont moins évidentes à formuler. Ce type de croix très anciennes en schiste, appelées "croix palis", sont difficilement datable par l'absence d'inscriptions identifiables. Les plus prudents font remonter l'apparition de ces croix seulement à compter du 11e siècle, à une période où la production de croix en trois dimensions se généralise progressivement. D'autres proposent une datation plus ancienne, allant jusqu’au 9e siècle.

Pour la croix Gradlon, la deuxième proposition est énoncée en raison de la dénomination qui lui ait attribué. Un certain Gradlon est mentionné vers 846 dans l'acte CLXXX du Cartulaire de Redon. La notice nous indique qu'il occupe la fonction de machtiern, à savoir la qualité de chef sur un ancien Plou, devenu par extension la paroisse de Guer. Ce machtiern Gradlon, en tant que plus haut responsable de la justice au niveau du Plou, assure un tribunal public dans sa résidence appelée "Lis-Kelly" en Guer, pouvant être traduit par "la cour du bocage".

Bien qu'il faille être prudent face à ce rapprochement historique, la croix Gradlon est sans doute une des plus anciennes de la paroisse de Guer. L'anthropisation précoce et attestée depuis l'époque gallo-romaine du site sur lequel est érigée la croix, plaide malgré tout en faveur d'une datation pouvant remonter jusqu'au 9ème siècle.

Appellations Gradlon
Dénominations croix de chemin
Aire d'étude et canton Guer - Guer
Adresse Commune : Guer
Lieu-dit : Cadastre : Croix isolée, à 350 m au nord-est du village de Saint-Etienne.

Il est difficile de pouvoir dater avec certitude ce type de croix très ancienne. Par sa forme et sa dénomination renvoyant directement au 9e siècle, il est possible de la dater du haut Moyen Age, dans une période ici comprise entre le 9e et 11e siècle. Il s'agit peut-être d'un ancien menhir retaillé et transformé en croix au 9e siècle.

Période(s) Principale : Haut Moyen Age , (?)

Croix palis, monolithe, de forme latine, à branches courtes, aux angles arrondis et plantée directement dans le sol. Elle ne porte aucune inscription.

Sa forme est probablement due à l'élément imposé dans lequel elle a été taillée. Certains auteurs comme Louis Marsille, estiment que ces croix à branches courtes furent taillées dans des menhirs.

Croix aspectée au nord-est.

Murs schiste
Typologies palis, monolithe, sans base, à branches courtes
Mesures h : 172.0 cm
la : 93.0 cm
pr : 10.0 cm

Revoir ADRS : à 500 m au N.E. de saint Etienne.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler

Références documentaires

Documents figurés
  • 3 P 104/113 - Section S de Saint-Étienne, 4e feuille, échelle 1/1 000, parcelles n° 1246-1396 (1847).

    Archives départementales du Morbihan : 3 P 104/113
Bibliographie
  • MARSILLE, Louis. Vieilles croix de pierre du Morbihan, Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1937.

    p. 36
  • BLECON Jean, Les croix rurales du canton de Guer, dans : Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, t. LVII, 1980.

    p. 4 et 59 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • CASSARD Jean-Christophe, Les Bretons de Nominoë, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002, 339 p.

    p234-243
  • TONNERRE Noël-Yves, Naissance de la Bretagne. Géographie historique et structures sociales de la Bretagne méridionale (Nantais et Vannetais) de la fin du VIIIe à la fin du XIIe siècle, 1994, Presses de l'Université d'Angers, 621 p.

    p. 233-245.