Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Corps de garde de Beaumont, Pointe de Rognouse ; Beaumont (Binic fusionnée en Binic-Etables-sur-Mer en 2016)

Dossier IA22007900 réalisé en 2007
Dénominations corps de garde
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Etables-sur-Mer
Adresse Commune : Binic-Etables-sur-Mer
Lieu-dit : Pointe de Rognouse, Beaumont
Cadastre : 1874 , 808-809
Précisions commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Binic

Le site du Corps de garde de Rognouse rappelle que dès le 13ème siècle furent constituées des compagnies d'ordonnance pour veiller à la sécurité du littoral, en particulier contre les incursions anglaises. Ces lignes de défense furent défendues à partir du 15ème siècle par une infanterie de francs-archers : les milices paroissiales garde-côtes. L'ancien service de gardes-côtes opérait au tertre Beaumont où l'on pouvait compter jusqu'à 900 soldats au milieu du 17ème siècle. Cette milice fut supprimée à la Révolution et remplacée par la garde nationale, supprimée en 1827. Un corps de garde avec guérites fut construit en 1803 quai Jean-Bart (à l'emplacement de l'actuel foyer des anciens), ancienne prison du port) par les armateurs de Binic pour y loger les garde-côtes. Il n'existe plus de traces du corps de garde, qui devait se trouver au niveau des dépendances de la ferme de Beaumont. La ferme Beaumont appartenait à la famille Le Suavé, qui obtint de pouvoir acquérir la parcelle où se situait le corps de garde déjà en ruine en 1876. Sur un extrait du cadastre, daté de 1874 (plan de la grève dite "du vieux corps de garde"), on peut remarquer l'emplacement de l'ancien corps de garde de Beaumont avant sa destruction : parcelle A 808-809. Selon Guy Sallier Dupin, le port de Binic était aussi équipé d'une batterie, située au-dessus de l'avant-port. En 1830, cette batterie comprenait deux pièces de canons de 12 et une pièce de 8 pour défendre plus particulièrement la jetée et l'entrée du port. Elle possédait trois guérites en pierre, dont l'une servait de poudrière. Les traces d'un petit bâtiment circulaire situé à l'emplacement présumé de cette batterie, semblent représenter les seuls vestiges de cette défense.

Période(s) Principale : 19e siècle
États conservations détruit
Statut de la propriété propriété de l'Etat

Annexes

  • 20072206508NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, S Suppl. Art. 198.

    20072206520NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, S Suppl. Art. 198.

    20072206511NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, Bi.

    20072206507NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, Bi.

Références documentaires

Bibliographie
  • QUERRE, Christian, LERIBAUX, Philippe. Souvenirs de Binic (1900-1960). Binic : éditions du Dahin, 2004.

    p. 136-137
  • SALLIER DUPIN (DE), Guy. La mer et la révolution dans les Côtes-du-Nord. Saint-Brieuc : Les Presses Bretonnes, 1992.