Logo ={0} - Retour à l'accueil

Corps de garde crénelé actuellement maison, batterie du Bugul (Locmaria)

Dossier IA56132122 inclus dans Batterie, Pointe du Bugul (Locmaria) réalisé en 1974

Fiche

Belle-Île-en-Mer, du fait de la topographie souvent accidentée de son littoral, fournit plusieurs exemples, assez variés qui plus est, d'adaptation des plans-types de corps de garde de 1846. Le souci principal des ingénieurs militaires est d'obtenir le défilement de la terrasse défensive lorsqu'elle est dominée par le terrain alentour.

Le corps de garde du Bugul présente une solution assez courante à ce problème, sous la forme de murs-traverses. Il est à comparer aux corps de garde des batteries d'Arzic, de La Ferrière, de Ramonette, et des postes garde-côtes de Port Maria, Port Larron et Port Fouquet, qui présentent des dispositions dont le but est similaire mais à des degrés divers d'adaptation des plans-types.

Il s'agit par ailleurs d'un corps de garde modifié pour 30 hommes de type allongé, variante très répandue du corps de garde n° 2 des plans-type de 1846.

Précision dénominationcorps de garde crénelé servant de réduit à une batterie d'artillerie de côte
corps de garde défensif
AppellationsFort du Bugul
Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéescaserne, poudrière, cuisine, citerne, mur défensif
Dénominationscorps de garde, réduit
Aire d'étude et cantonBretagne Sud
AdresseCommune : Locmaria
Lieu-dit : Pointe du Bugul
Cadastre : ZB 342

Le réduit attribué par la Commission de défense des côtes de 1841 à la batterie du Bugul est un corps de garde n° 2 de contenance normale de 40 hommes. Comme cette batterie de six pièces ne doit être servie que par 30 hommes, le général Berthois, Inspecteur-général du génie en tournée en 1846, demande la construction d'un corps de garde adapté à cette contenance. Le Comité, dans son avis du 11 juillet 1848, adopte pour la batterie du Bugul et les autres batteries de Belle-Île dans son cas le type récemment adopté du corps de garde n° 2 modifié pour 30 hommes.

La construction du bâtiment est entamée en 1858 et achevée en 1859.

Entre 1950 et 1964, la terrasse est couverte d'un toit plat en béton. D'autres aménagements en vue d'un usage comme habitation, comme l'agrandissement des baies, sont attestés dès le début du 20e siècle.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle , porte la date, daté par source, daté par travaux historiques
Dates1858, porte la date, daté par source, daté par travaux historiques
1859, daté par source
Auteur(s)Auteur : Génie

Le corps de garde crénelé de la batterie du Bugul est globalement conforme au type adapté pour 30 hommes du corps de garde n° 2 pour 40 hommes de la circulaire du ministère de la Guerre du 31 juillet 1846. Ce type obtenu par réduction de la largeur est introduit en 1847 pour la construction du corps de garde de la batterie de l'Ilette de Kermorvan près du Conquet, et largement employé par la suite dans d'autres ouvrages du littoral.

Il tire sa protection contre les tirs du large des parapets de la batterie et de la traverse en terre qui les relie. La nécessité de défiler sa terrasse dominée par les hauteurs en arrière ont conduit à la construction de murs-traverses en maçonnerie, visibles sur les cartes postales et les vues aériennes anciennes.

La face sud-ouest, façade de gorge, porte l'inscription "Batterie de Bugull" au dessus de la porte, et la date "1858".

Les matériaux employés sont le schiste local pour les moellons et le granite importé du continent pour les pierres de taille. Le calcaire, parfois employé dans les ouvrages de Belle-Île pour garnir les embrasures, est absent ici.

La transformation pour usage d'habitation a entraîné les altérations habituelles : agrandissement des baies semi-circulaires, couverture de la terrasse, percement de fenêtres supplémentaires.

Mursschiste moellon
granite pierre de taille
Plansplan rectangulaire régulier
Couvrementsvoûte en berceau
Couverturesterrasse
Typologiescorps de garde crénelé type 1846 n° 2 modifié pour 30 hommes modèle n° 1
États conservationsremanié, bon état
Mesuresl : 19.7 m
la : 10.4 m
Précision dimensions

D'après document

Statut de la propriétépropriété privée
Éléments remarquablescorps de garde
Sites de protectionloi littoral, site classé, zone naturelle d'intérêt écologique faunistique et floristique
Protectionsinscrit MH, 2000/10/30
Précisions sur la protection

Inscription de l'ensemble de la batterie du Bugul

Annexes

  • Propositions de la commission de 1841 pour la batterie du Bugul.

    Armement proposé par la commission de 1841.

    Belle-Ile.

    [...]

    Batterie du Bugull.

    La batterie du Bugull sera appropriée.

    [...]

    La batterie sera armée de 6 bouches à feu :

    - 2 pièces de 30, 2 obusiers de 22c à la batterie haute tirant sur l'anse de Samsun

    - 2 obusiers de 22c à la batterie basse

    Elle aura pour réduit un corps de garde défensif n° 2.

    Elle sera classée de 1re importance.

    La pointe du Bugull est moins saillante, moins élevée au dessus du niveau de la mer que celle du Gros-Rocher. Une batterie construite sur cet emplacement flanque et même prend à revers les sables de Samsun, et bat le mouillage. Comme la précédente, elle se compose de deux ouvrages, éloignés l'un de l'autre d'environ 70 mètres, et situés tous les deux sur la langue de terre qui forme la saillie du promontoire .

    L'ouvrage le plus avancé en mer peut être enfilé facilement, mais comme il est bien situé pour prendre des revers sur les Grands Sables, la Commission l'arme de 2 obusiers de 22c, tirant tous deux dans l'anse de Samzun. L'ouvrage en arrière est bien situé aussi pour battre les approches des grands sables.

    L'ouvrage avancé a un magasin à poudre et un corps de garde pour 16 hommes en bon état qui pourraient être utilisés.

    (Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives de l'Artillerie ; Sous-série 3 W, Opérations militaires : 3 W 32, Documents concernant le 3e arrondissement maritime (Lorient). Projet d'armement des côtes de la France, de la Corse et des îles. Titre III : Projet d'armement du 3e arrondissement maritime (Lorient), 1841-1843, p. 129)

  • Préconisations du Comité des fortifications pour les corps de garde crénelés pour 30 hommes (batterie du Gripp, Groix), 1847.

    Il convient en effet, comme le Comité l'a fait plusieurs fois déjà, de modifier dans ce cas particulier, le type n° 2 de corps-de-garde, de manière à ne lui laisser qu'une contenance de 30 hommes, suffisante pour les canonniers qui doivent servir les 6 pièces de la batterie ; mais, au lieu de réduire la longueur du bâtiment pour atteindre ce but, comme le demande le Chef du Génie, c'est sa largeur que l'on diminuera, et l'on se conformera, à cet égard, aux dispositions du croquis annexé à l'avis, qui représente le plan du corps-de-garde adopté dans une même circonstance, en 1846, pour le réduit de la batterie de l'ilet de Kermorvan (chefferie du Conquet).

    (Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives du Génie ; Article 12, Avis du Comité : 1 VK 582, Registre des avis du Comité des fortifications sur le crédit général pour la défense des côtes, 1846-1849. Séance du 3 mars 1847, Place de Port-Louis.)

Références documentaires

Documents d'archives
  • Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives de l'Artillerie ; Sous-série 3 W, Opérations militaires : 3 W 32, Documents concernant le 3e arrondissement maritime (Lorient). Projet d'armement des côtes de la France, de la Corse et des îles. Titre III : Projet d'armement des côtes du 3e arrondissement maritime (Lorient), 1841-1843.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : 3 W 32
  • Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives du Génie ; Article 12, Avis du Comité : 1 VK 42, Travail de la commission d'armement des côtes sur les frontières maritimes, 1844. Avis du Comité des fortifications du 7 novembre 1844.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : 1 VK 42
  • Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives du Génie ; Article 12, Avis du Comité : 1 VK 582, Registre des avis du Comité des fortifications sur le crédit général pour la défense des côtes, 1846-1849. Séance du 11 juillet 1848, Place de Belle-Île et dépendances.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : 1 VK 582
  • Service historique de la Défense, Département Marine, Lorient. Archives de la Place et du Génie de Belle-Île-en-Mer ; Sous-série 4 S2, archives du Génie de Belle-Île-en-Mer : 4 S2 52, Direction du Génie de Brest, Place de Belle-Île, Règlement général et définitif des dépenses faites pour les fortifications de la place de Belle-Île (défense des côtes) pendant l'exercice 1859, 30 mai 1860.

    Service Historique de la Défense de Lorient : 4 S2 52
  • Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives du Génie ; Article 12, Avis du Comité : 1 VK 41, Mémoires généraux sur les frontières maritimes, 1853-1885. Rapport sur la situation des travaux de défense des côtes à la fin de l'exercice 1861.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : 1 VK 41
Bibliographie
  • LE POURHIET-SALAT, Nicole, La défense des îles bretonnes de l´Atlantique, des origines à 1860, Vincennes, Service Historique de la Marine, 1983, 2 vol. : XLV-375 p. XXV pl.

  • FAUCHERRE, Nicolas, PROST, Philippe, CHAZETTE, Alain (sous la dir. de), Les Fortifications du littoral, La Bretagne Sud, Chauray-Niort, 1998, 279 p., collection : les fortifications du littoral. ISBN 2-910137-24-4.

  • TRUTTMANN, Philippe (Colonel), Les derniers châteaux forts, les prolongements de la fortification médiévale en France 1634-1914 , Thionville, Klopp, 1993, 253 p. ISBN 2-906535-75-3.

Périodiques
  • CHAURIS, Louis, Nature et provenance des pierres mises en œuvre dans les ouvrages défensifs à Belle-Île (Morbihan), Bulletin de l'association bretonne, 2011, CXX, p. 285-302.