Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Conserveries sur la commune d'Etel

Dossier IA56002301 réalisé en 2005
Aires d'études Ria d'Etel
Dénominations usine
Adresse Commune : Etel
Cadastre : 2005

La première conserverie de sardines est implantée sur le port d´Intel en 1848, par M.Rodel originaire de Bordeaux. Elle est appelée « Etablissement pour confire la sardine » sur le plan cadastral de 1850 (fig.1). Cet emplacement est repris dans les années 1930 par les Conserveries Chemin. Très vite, d´autres industriels emboîtent le pas du sieur Rodel. Certains tels MM Soymié, Marquet ou Plumette reconvertissent leurs anciens établissements de sardines pressées en fricasseries. Les statistiques industrielles du département indiquent qu´il existe à Etel une douzaine d´usine de conserves de sardines à l´huile entre 1868 et 1879. Après la crise de la pêche à la sardine on y traitera le thon et accessoirement les légumes. C´est l´époque de la grande pêche assurée en Bretagne sud par les armements de Groix, Port-Louis, Concarneau et Etel. Cette reconversion salutaire durera jusqu´aux années 1920. Les établissements Chemin développent ainsi une seconde usine à Plouhinec de l´autre côté de la rivière d´Etel sur le site du Magouer (fig.2). Après la Seconde Guerre mondiale il subsiste quatre usines qui mettent en conserve le thon : usines Le Bayon, Chemin, Amieux et Lorcy, cette dernière traitant principalement les légumes. En 1962 la Sté La Doëlannaise reprend l'usine Chemin, puis après 1972 l'usine Amieux. Elle commercialise ses produits sous l'appellation Capitaine Cook (Feret, Le Boulaire, Nabat, 1999). Après la crise de 1976, seule fonctionne encore la conserverie Le Bayon, qui ferme définitivement en 1996.

Période(s) Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Au début les conserveries sont implantées dans le quartier du port, à proximité des lieux de débarquement du poisson qui doit être traité immédiatement après chaque retour de marée. Ce sont d´ailleurs les industriels de la conserve qui font aménager des perrées et des cales sur le DPM (document 2). Un seul établissement se trouve en centre bourg à l´ouest du quartier de l´église : usine Le Bayon, rue Pasteur (fig.3). Au cours du 20e siècle on délocalisera deux usines au nord des anciennes installations portuaires : conserveries Amieux et Chemin (fig.4). Ces bâtiments industriels ont pratiquement tous disparus. Ils ont laissé la place à de nouvelles résidences : H.L.M. place de l´entrepôt à l´emplacement de la première usine Rodel puis Chemin, résidences privées Cours des quais et rue Pasteur à l´emplacement des usines Chemin et Le Bayon. Seuls subsistent les logements de directeurs ou d´ouvriers et quelques vestiges d´ateliers tels ceux de l´usine Lorcy, rue de la Glacière (fig.5).

Décompte des œuvres repérées 3
étudiées 0

Annexes

  • 20045604479NUCA : Archives départementales du Morbihan, 3P 45.

    20045604804NUCA : Archives départementales du Morbihan, 9 Fi.

    20045604803NUCB : Collection particulière

    20045604802NUCA : Archives départementales du Morbihan, 9 Fi.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD56, 1Z 174, situation industrielle (1828-1879). Statistiques industrielles du département donnant une description sommaire des établissements industriels par commune, souvent sous la forme de tableaux. A Etel elles concernent essentiellement les conserveries et existent pour les années suivantes, dans les termes utilisés à l'époque : 1847 : 5 presses à sardines à MM Soymié, Marquet, Plumette, Le Port, Le Gloahec. 1856 : 4 presses à sardines, 1 fabrique de conserves alimentaires, 4 ateliers de ferblanterie. 1862 : 5 conserveries. 1868 : 10 conserveries de sardines*. 1869 (? document non daté) : 11 usines de conserves alimentaires. Nom des entrepreneurs : Dano, Soymié, Rodel, Rozier, Marquet, Rio, Marais, Caro, Gallé, Plumette, Heostin. 1872 : 13 conserveries de sardines. 1873 : 12 fricasseries. 1875 : 10 conserveries de sardines à l'huile et champignons. 1877 : 10 conserveries. 1878 : 12 conserveries de poissons. 1879 : 12 conserveries, non comptée celle de Plouhinec. * On apprend par ailleurs qu'en cette même année 1868 il existe 2 conserveries de sardines à l'huile à Quiberon, 7 à Port-Louis, 2 à Port-Philippe et 5 à Palais en Belle-Île, 2 à Saint-Pierre Quiberon, 11 à Ploemeur.

Documents figurés
  • AD56, S 218 (concessions maritimes). Mars 1861 : Pétition de M. Rodel aîné, pour faire construire à ses frais une cale pour débarquer le poisson à proximité de son usine (conserverie place de l'Entrepôt). Plan dressé par l'ingénieur des Ponts et Chaussées, signé (illisible), daté à Lorient le 30 mars 1861. Echelle 1/1000e.

Bibliographie
  • Ferret L., Le Boulaire A., Nabat G., Presses et conserveries à l'embouchure de la rivière d'Etel, 19e-20e siècle, T.D. archéologie industrielle, Licence pluridisciplinaire Histoire et archéologie, U.B.S. Lorient, mars 1999. Attribuent à tor la première conserverie à M Soymié vers 1830, les statistiques industrielles du département révèlent qu'il s'agit alors de presses à sardines. La conserverie Rodel s'implante en 1841, place de l'Entrepôt. L'usine Amieux date de 1851, et porte alors le nom exact d'Amieux et Carraud. Cette conserverie est rachetée après 1972 par La Doëlannaise qui fabrique les conserves Capitaine-Cook. L'usine Chemin s'implante à côté d'Amieux en 1924. Puis vers 1931, Chemin s'installe dans les anciens locaux de Rodel (place de l'Entrepôt), fermée depuis longtemps. En 1962, La Doëlannaise reprend l'affaire reprend l'affaire et s'étend en acquérant les bâtiments d'Amieux qui avait cessé son activité. La conserverie Le Bayon est née en 1921 d'une association entre Alexandre Le Bayon et M. Marec. En 1933, Robert Le Bayon crée une extension à l'usine en ajoutant un atelier de conserve de légumes. Après la seconde guerre mondiale la conserverie se repositionne sur les branches légumes, mareyage et armement (10 chalutiers d'avitaillement). L'usine désormais intégrée à la Sté Pêche et Froid, basée à Boulogne, ferme en 1996. Sur le petit port du Magoer en Plouhinec existait une conserverie jadis créée par Penaud puis gérée par Manecanti puis Saupiquet.

  • La révolution industrielle en Morbihan, 1820-1930, synthèse historique, Publication des Archives départementales du Morbihan, 1999.

    p. 22