Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ciboire

Dossier IM56006324 réalisé en 1981

Fiche

Dossiers de synthèse

Bien qu´il s´agisse d´une oeuvre réalisée au tout début de la carrière de Michel-Eloi Le Tailleur, reçu maître en 1739, ce ciboire par l´équilibre de sa composition et la qualité de son décor témoigne déjà du talent de l´orfèvre rennais. La base du pied unie et l´abandon de la bordure de feuillages estampée, encore d´usage fréquent à l´époque, sont relativement nouveaux. Toutefois, la persistance d´un noeud piriforme à ressaut, alors que se répand la formule des noeuds en vase à profil concave, témoigne de la prégnance encore grande sur le jeune orfèvre des modèles antérieurs. L´emploi de frises godronnées identiques pour souligner les articulation de l´objet, entre la bordure et la cloche du pied, sur les bagues encadrant le noeud ainsi que sur le pourtour du couvercle, rythme la composition et l´unifie. La ciselure nerveuse de cartouches et de palmettes détachés sur un fond quadrillé, qui rehausse le sommet du pied et le couvercle, parfaitement régence et exempte de toute iconographie est très représentative des oeuvres de la première moitié du XVIIIe siècle. La hauteur relativement importante de ce ciboire et surtout, sa coupe fortement renflée, contribuent à en faire une pièce d´apparat. Le nom de Plescop, contraction de plebs épiscopus, en breton plouescop, signifiant paroisse de l´évêque, il faut rappeler que les évêques de Vannes y font leur villégiature depuis le Moyen-Age jusqu´au XVIIIe siècle. La reconstruction vers 1730 du manoir épiscopal de Kerango par l´évêque, Monseigneur Fagon qui y décède en 1742, est à mettre en rapport avec la qualité de cet objet qui sort de l´ordinaire et dans la commande duquel l´évêque s´est sans doute personnellement impliqué. Toutefois, la commande à un orfèvre de Rennes peut ici surprendre, alors que la paroisse est proche de Vannes, centre de production d´orfèvrerie important au 18e siècle.

Dénominations ciboire
Aire d'étude et canton Haute-Bretagne - Grand-Champ
Adresse Commune : Plescop
Emplacement dans l'édifice sacristie

Ciboire réalisé en 1742 par l'orfèvre rennais Michel-Eloy Le Tailleur.

Période(s) Principale : 2e quart 18e siècle
Dates 1742
Lieu d'exécution Édifice ou site : Bretagne, 35, Rennes
Auteur(s) Auteur : Le Tailleur Michel-Eloy, orfèvre

Assemblages par vis, emboîtement et soudures.

Catégories orfèvrerie
Structures pied, circulaire
Matériaux argent, repoussé, doré, ciselé
Précision dimensions

h = 29 ; pds = 500. Pied : d = 16 ; coupe : d = 16.

Iconographies ornementation, godron, lambrequin, feuille, motif rocaille, feuillage
Inscriptions & marques poinçon de maître
poinçon de communauté
poinçon de charge
Précision inscriptions

Poinçons (sous le pied) : initiales M et T, hermine au dessous, fleur de lys, deux grains de remède et couronne au dessus, maître Michel-Eloy Le Tailleur ; communauté de Rennes, 1742-1744 : lettre A couronnée, une hermine entre les jambes ; charge de Rennes : chiffre 9 fleuronné, une hermine dans l'oeil.

États conservations partie remplacée
Précision état de conservation

Noix du couvercle restaurée en 2006 par l'atelier Evellin de Rennes.

Rare exemple de ciboire à panse renflée.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1958/10/27