Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château, les Flégées (Baillé fusionnée en Saint-Marc-le-Blanc en 2019)

Dossier IA35049013 réalisé en 2010

Fiche

Dossiers de synthèse

Dénominations château
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Saint-Brice-en-Coglès
Adresse Commune : Saint-Marc-le-Blanc
Lieu-dit : Baillé Flégées (les)
Précisions commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Baillé

La seigneurie des Flégés est très ancienne et remonte à la famille éponyme, propriétaire du lieu du 11e au 13e siècle. P. Banéat nous informe que ces seigneurs possédaient une motte, que notre étude ne nous a pas permis d'identifier. La seigneurie passa en possession de diverses familles du 14e au 17e siècle, dont celles du Tiercent et du Châtellier. Finalement, c'est Julien Bégasse, avocat au Parlement de Bretagne depuis 1644, qui achète la seigneurie pour 26 000 livres tournois en juin 1662. C'est suite à cette acquisition par J. Bégasse que fut reconstruit l'ancien manoir dans un style nouveau. Le château, d´inspiration Louis XIII, fut élevé de 1665 à 1672 et s´inspire du château de La Glestière en Pacé (1655), qui s'inspire lui même du Parlement de Bretagne. Cette inspiration vient très certainement du fait que le constructeur de La Glestière n'était autre que le beau-frère de M. Bégasse. Les autres éléments du sites ont été élevés à différentes périodes, une première chapelle (transformée depuis en étable) de la fin 16e siècle ou début 17e siècle, l'actuelle chapelle construite en 1704 et des dépendances diverses construites aux 18e siècles et 19e siècles. La dernière construction notable fut celle de l'écurie et du logis du cocher vers 1905. Le site a également évolué depuis le début du 19e siècle par la suppression de plusieurs bâtiments ou l'aménagement paysager de nouveaux éléments. Jusqu'au début du 20e siècle, on trouvait encore au sud-est du château, à l'emplacement de l'actuel étang, une tourelle cantonnant des bâtiments de servitude. Un petit plan d'eau était présent au nord du château sur le cadastre de 1833, il a disparu aujourd'hui mais a été remplacé dans la seconde moitié du 20e siècle par l'étang que l'on trouve aujourd'hui. La dernière modification est la construction d'une extension à la fin du 20e siècle à l'angle nord-ouest du château.

Période(s) Principale : 3e quart 17e siècle
Dates 1665, daté par travaux historiques

Les Flégées sont constitués d´un logis principal, d´une chapelle, d´une métairie, d´une dépendance, d´un jardin et d´un étang. Le logis est formé d´un corps de bâtiment central flanqué de deux ailes en retour d´équerre légèrement saillantes. La façade est percée de cinq travées de fenêtres sur deux niveaux, prolongées pour trois d´entre-elles au niveau des combles. La façade est composée d´une maçonnerie en pierre de taille pour l´aile occidentale et mixte de moellon et de pierre de taille pour le reste de l´ensemble, le tout couronné d´une corniche en granite. La toiture à croupes et coyaux possède trois lucarnes à fronton, deux triangulaires et une semi-circulaire. Le site est complété par un jardin en terrasse à l´ouest, dominant la cour principale, et un étang à l´est. C´est au niveau du jardin que l´on trouve l´ancienne chapelle, aujourd´hui transformée en étable, mais identifiable par une porte en plein cintre et un mur couronné d´une corniche en cavet. Elle dispose à l'intérieur un crâne humain et un coeur en plomb encastré dans le mur. La nouvelle chapelle, cantonne le jardin au sud-ouest. Elle nous propose une façade orientale à pignon découvert, surmontée d´une croix monolithe. La façade est percée d´un oculus ovale qui éclaire le vaisseau unique de la chapelle, et d'une baie abritant la cloche de la chapelle. Le jardin est également bordé de deux dépendances mitoyennes percées de grandes baies au sud. La première, à l'ouest, possède une fenêtre et deux portes. La toiture, à deux pans, est doté d'une lucarne au centre de la l'édifice. La dépendance est possède aussi trois ouvertures, mais il s'agit ici d'une porte flanquée de deux fenêtres, la toiture est à croupes. Au sud de la cour, on trouve un bâtiment annexe qui abritait à l´origine les calèches, l´écurie et le logement du cocher. Dotée d´un plan en T, on peut noter l´imposante porte charretière centrale moulurée. L'élément le plus intéressant est sans doute le jeu des toitures, fait de toiture en pavillon, de croupes et autres croupes polygonales La métairie est implantée au sud-ouest du château. On y trouve tous les éléments constitutifs d´une ferme : une étable, un poulailler, une soue à cochon ou encore une grange.

Murs granite
pierre de taille
moellon
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à deux pans
croupe
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20113505008NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20103501437Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 011_35_74_bande04.

    20103501450Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 011_35_74_bande07.

Références documentaires

Bibliographie
  • PAUTREL, Emile. Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères, 1927.

    p.
  • MAUPILLE, Léon. Notices historiques et archéologiques sur le canton de Saint-Brice, 1879.

    p.
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    p. Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    p. Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).

    p.