Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château de Quinipily (Baud)

Dossier IA56008159 réalisé en 2002

Fiche

Parties constituantes non étudiées communs, fournil, enceinte, portail, colombier, moulin, moulin à farine, minoterie, monument, pigeonnier
Dénominations château
Aire d'étude et canton Baud - Baud
Adresse Commune : Baud
Lieu-dit : Quinipily
Cadastre : 1987 ZY 76, 14, 16, 77, 137, 78, 15 ; 1829 K3 1586, 1584

Le domaine de Quinipily appartenait à la plus importante seigneurie de Baud : dès 1425, il dépendait des Langueouez qui font bâtir un premier château. Vers 1550, il passe par alliance à René d'Arradon, gouverneur de Vannes et d'Auray, avant d'échoir en 1620 à la famille de Lannion. C'est elle qui fait construire le grand logis au 17e siècle sur une terrasse située en dessous de l'emplacement de l'ancien château. Ce dernier aurait servi de carrière pour la nouvelle construction. C'est grâce aux dessins de Louis-Ferdinand Cassas que l'on peut restituer le nouveau château, aujourd'hui disparu. De plan en équerre, le corps principal était desservi par une tour d'escalier postérieure. Isolée, la chapelle fait suite à un corps de communs qui, avec l'enceinte, est le seul vestige actuel. Une photographie ancienne conservée aux Archives départementales montre les communs tels qu'ils étaient au 17e siècle, avant la restauration actuelle : sur la façade ouest, le rez-de-chaussée à trois portes est surmonté d'un comble à surcroît avec fenêtre et lucarne. Le dernier seigneur de Quinipily, le duc de La Rochefoucault-Liancourt, émigre en Amérique en 1792. Ses biens sont vendus comme bien national en 1795, achetés par un nommé Giraldon qui monte une entreprise de travaux publics et utilise les pierres du château pour ses chantiers : il ne figure déjà plus sur le cadastre de 1829. Parmi les trois moulins à farine de Quinipily, le moulin à retenue, figurant sous le numéro 1559 sur le cadastre ancien, a disparu.

Période(s) Principale : 17e siècle

L'entrée du château est marquée par un portail à deux piles en pierre de taille, encadrée par deux bastions carrés latéraux à l'imitation de fortifications. L'enceinte en moellons réguliers de granite a subsisté. Le corps de communs à usage de remise et d'écuries qui figure sur le dessin de Cassas, contigu à l'ancienne chapelle, est encore en place, bien que remanié.

Murs granite
moellon
pierre de taille
Toit ardoise
Étages comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans
pignon découvert
États conservations vestiges
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20035603110NUCA : Archives départementales du Morbihan

Références documentaires

Documents figurés
  • Archives départementales du Morbihan. Série 3 P, cadastre ancien.

Bibliographie
  • LAIGUE, René, comte de. Mémoire et réformation de la noblesse, p. 62-67.

    p.
  • LE MENE, Joseph-Marie.Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. Vannes : Imprimerie Galles, 1894, t. II. p. 355.

    p.
  • Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France. Vallée du Blavet. Le canton de Baud. Bretagne. 2003. Rennes : Editions Apogée. (Images du Patrimoine ; n° 235).

    p. 54
  • FLOQUET, Charles.La Vénus de Quinipily.Keltia Graphic éditions, Spezet, 1998.