Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château de la Garaye (Taden)

Dossier IA22132830 réalisé en 2017

Fiche

Le château de la Garaye édifié au 16e siècle en plusieurs campagnes est depuis fort longtemps à l'abandon. La tradition évoque un démantèlement progressif et de nombreux réemplois de décors et de belles pierres dans le bâti alentour. La tour d’escalier polygonale hors-œuvre avec son décor d’accolades, de gables et de feuilles retournées de style gothique flamboyant fait montre de l’ambition architecturale de ses premiers commanditaires qui n’ont pu terminer l’ouvrage aux alentours de 1530. Des travaux d’achèvement sont attestés en 1573, tel le portail dorique de la grande salle, qui a du être déplacé en raison du collage de maçonnerie occultant d’anciennes baies. L’environnement du château a été bouleversé, mais subsiste toujours le grand colombier circulaire, la métairie de la Garaye, les bâtiments réservés à l’hôpital des pauvres construits par les « époux charitables », Claude-Toussaint Marot de la Garaye (1675-1755) et son épouse Marguerite de La Motte Picquet (1681-1757).

Parties constituantes non étudiées colombier, chapelle, communs, ferme
Dénominations château
Aire d'étude et canton Projet de Parc Vallée de la Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Taden
Lieu-dit : Garaye (la)

Un projet inachevé à la fin du Moyen-Age

Les ruines romantiques du château de la Garaye posent toujours question. L'écu mi-parti sculpté à l'intérieur sur la pointe de l'accolade de la porte d'accès à l'escalier correspond à des armes d'alliance entre les familles Marot et Ferré et se lit ainsi : à dextre (armes de l'époux) : « d’azur à la main dextre posée en pal, accompagnée d’une étoile d’or au canton dextre du chef, qui est Marot, et à senestre (armes de l'épouse) d’argent à la fasce d’azur accompagnée de 3 molettes de même (ou de gueules) : qui est Ferré ». Les récentes recherches généalogiques ne nous confirment toujours pas ce mariage. Depuis la réédition des Mémoires de Charles Gouyon de la Moussaye annotées en 1901, il est convenu d’attribuer à Macé Marot, sieur de la Meffrais à Saint-Samson, qui décède en 1550, et a son épouse une demoiselle Ferré le commencement des travaux.

Il est probable que le couple Marot-Ferré décède sans postérité avant l'achèvement du château et que la propriété revient aux Ferré comme l'atteste les deux écus aux armes des Ferré servant de consoles à une lucarne ruinée au sommet de la tour.

La tour d’escalier à pans coupés avec son décor flamboyant se situe dans les premières décennies du 16e siècle. Le décor des baies avec double accolades rappelle celui de la tour d'escalier du château de Nantes édifié à la fin du 15e siècle. Le manoir de Penmarc'h à Saint- Frégant (29) daté 1540 peut servir également de référence. S’y retrouvent le riche décor flamboyant, les doubles accolades gothiques en ornement mais aussi dans les encoignures de fines colonnes à chapiteaux. L’usage de la travée et la partition appuyée des différents niveaux par un quadrillage de moulures sont dans l’esprit du style Louis XII.

La reprise du chantier en 1573

Claude du Chastel reçoit la Garaye en 1573. Il est écrit dans les mémoires de son époux, Charles Gouyon, qu’elle fit promptement terminer le château dont la reconstruction avait été délaissée depuis nombre d’années. On lui doit une partie de l’agrandissement en moellons qui était à l’origine recouverte d’un enduit de chaux. Le portail d’entrée avec ses deux colonnes doriques qui soutiennent un entablement à triglyphes est résolument dans le goût de la seconde Renaissance. Pour s'harmoniser avec ce nouveau style, les lucarnes à gables gothiques sont transformées par des lucarnes à frontons courbes. L’une d’entre- elles, en place, témoigne toujours de cette habile métamorphose.

Claude-Toussaint Marot de la Garaye (1675-1755) et Marguerite de La Motte Picquet (1681-1757), les époux charitables

Le château de la Garaye est passé à la postérité, grâce au comte Claude-Toussaint Marot de la Garaye et son épouse Marguerite Picquet. Ce couple, que l’on nomme aussi « les époux charitables », crée en 1714 à la Garaye un hôpital pour soigner les pauvres. Ils pratiquaient toutes sortes d’opérations, lui est connu pour ses talents de chimiste, il invente une nouvelle méthode pour extraire les sels essentiels des minéraux et plantes médicinales. Marguerite, quant à elle pratiquait des opérations des yeux comme la cataracte. Leur vie au service des humbles a retenu l’attention du Pape Jean-Paul II qui les nomme, comme modèle de vie exemplaire, lors de sa visite à sainte Anne d’Auray le 20 septembre 1996.

Sur le côté ouest de l'ancienne avant cour, un grand bâtiment accolé au pavillon du début du 17e siècle fut peut-être construit au début du 18e siècle afin de servir d'hôpital. Si le bâtiment a été entièrement conservé, il n’a cependant pas pu être visité.

L’aménagement du château au début du 18e siècle

C’est le 7 février 1701 que Claude-Toussaint Marot de la Garaye épousa Marie-Marguerite de la Motte-Picquet. Leurs biographes s’accordent pour témoigner de leur changement radical de mode de vie. Au début de leur mariage, les époux mènent une vie fastueuse. Il est fort probable qu’ils réaménagent le château, tant pour ses extérieurs que pour ses intérieurs. Les grandes travées, de la partie ouest, marquées par des baies rectangulaires ainsi que le bandeau de séparation des niveaux sont dans l’esprit classique de cette période. La façade enduite avait au début du 18e siècle, une tout autre allure. Une description de Charles-Rolland Néel de la Vigne dans ses « Souvenirs » évoque à la fin du 18e siècle, un intérieur raffiné, le salon était orné de peintures et de dorures et le sol était marqueté, « un parquet formé de carreaux artistement ajustés ».

De l’abandon au classement en 1920

Charles-Rolland Néel de la Vigne déplore toutefois, dès la fin du 18e siècle, l’abandon du château et son manque d’entretien depuis le décès du comte et de la comtesse de La Garaye. Dans un rapport de perquisition effectuée le 24 juin 1791, il est décrit en ruine. Les brutalités révolutionnaires ont eu fin des décors portant des armoiries. La ferme toujours habitée lors du recensement de 1797 et 1798 compte plusieurs personnes au service de la famille Haye de Nétumières. Reconnu pour son intérêt architectural et historique, le château est classé au titre des Monuments Historiques en 1920 afin de stopper son démantèlement. Les travaux nécessaires de consolidation des ruines n’ont pas été menés. Un projet de mise en valeur dessiné par Arnaud de Saint-Jouan a permis un temps de rêver en faisant du site, un lieu de visites agencé de grands jardins à la française. Ce projet respectueux du site n’a pu être soutenu financièrement. La propriété a été divisée et des labours ont remplacé les grands jardins projetés. La chapelle en ruine est menacée de disparition.

Période(s) Principale : 2e quart 16e siècle, 3e quart 16e siècle
Secondaire : 1er quart 18e siècle
Dates 1573, daté par source

L’environnement du château a été très modifié depuis le cadastre de 1844. La grande avenue n’existe plus comme les vastes jardins. Le départ de cette avenue subsiste toutefois au sud de la N 176 sur le territoire de Dinan. Une aile à l’ouest, derrière la ferme a été construite récemment et la chapelle, plus au sud, est condamnée à la disparition. Le projet d’Arnaud de Saint-Jouan pour une mise en valeur des lieux, réalisé il y une dizaine d’années se risque à proposer une élévation et des grands travaux d’aménagement de jardins à la française. Un relevé des murs du manoir encore existants permet de mieux comprendre les différentes pièces et leur modification au cours du temps.

Le plan

une grande salle, au centre, communiquant avec des chambres basses à l'est et à l'ouest et une aile arrière, abritant très probablement la cuisine.

L’escalier

On accède à l’escalier depuis la salle. La porte très ornée de style gothique flamboyant porte des armes d’alliance Marot et Ferré. L’escalier en vis en pierre de taille a presque totalement disparu, il ne subsiste que les premières marches. A chaque niveau des niches et des reposoirs pour les étages, garnis d’accolades simple ou double, indiquent la qualité de la mise en œuvre dans les détails. Le dernier niveau de la tour ne présente pas de parement intérieur en pierre de taille de granite.

Une petite vis relais en encorbellement permettait d’accéder à l'étage de comble et à une pièce haute, au sommet de la tour.

Le décor

La plus grande partie sauvegardée des décors, d’une grande qualité d’exécution, est concentrée dans la partie est du château avec la tour d’escalier. Quelques fragments de bas-reliefs sont encore visibles sur un pan de la tour et sur la façade principale. Ces derniers bûchés sont placés dans des niches à accolades, sur l’un d’entre eux se devinent deux personnages debout tenants des armoiries. Plus étonnants, sont sculptés deux Atlantes qui encadraient une porte. Leur mauvais état ne nous permet plus d’en rendre compte avec précision. Quelques cheminées, en partie démantelées, sont encore en place, comme celle de l’ancienne salle et de la chambre basse à l’est.

Armoiries

Sur le linteau de la porte de la tour d’escalier du château se voient les armes mi-parti d’azur à la main dextre posée en pal, accompagnée d’une étoile d’or au canton dextre du chef, qui est Marot et d’argent à la fasce d’azur accompagnée de 3 molettes de même : qui est Ferré .

Au sommet de la tour d'escalier, deux blasons d’argent à la fasce d’azur accompagnée de 3 molettes de même qui sont Ferré.

Sur un pan de la tour d'escalier dans une niche : deux lions en support tiennent un blason martelé.

En façade dans une niche : deux personnages tiennent un blason martelé.

Murs granite pierre de taille
granite moellon
Étages 1 étage carré, étage de comble, sous-sol
Escaliers escalier hors-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie
États conservations menacé
Techniques sculpture
Représentations ornement architectural armoiries atlante personnages
Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Protections classé MH, 1920/07/22

Annexes

  • Mémoires de Charles Goyon, concernant la Garaye

    Mémoires de Charles Gouyon, baron de la Moussaye (1553-1587), publiés, d’après le manuscrit original par G. Vallée et P. Parfouru. Paris : Perrin et Cie, libraires éditeurs, 1901

    « Quant ma femme eut son partage, elle commença adonc à mesnager à bon escient. La maison de la Garaye est bien bastie, mais il n’y avoit lors que des murailles ; elle la fit promptement recouvrir tout à neuf, doubler, vitrer, meubler et sy bien acoustrer qu’il y faisoit tres beau. Elle y fit faire un tres beau jardin, encore qu’elle n’eust intention de s’y retirer ; car mon père, ayant esprouvé la douce et amiable conversation de ma chère femme, il ne luy estoit possible de la laisser de façon que jamais ne nous sommes séparés que par la mort. (…) »

    Notes de Vallée et PARFOURU :

    La seigneurie de la Garaye appartient jusque vers le milieu du 16e siècle, à la famille Ferré qui y possédait un manoir et des métairies noble (aveux de 1516, 1554, A.D, série B.). Le château de la Garaye, à 2 kilomètres de Dinan, qui offre des ruines pittoresques et les restes d’une élégante façade de style Renaissance, date du XVIe siècle ; la partie la mieux conservée est la tourelle de l’escalier, remarquable par ses accolades géminées. On croit qu’il fut construit par Macé Marot, sieur de La Meffrais, en St Samson, marié à une demoiselle Ferré, lequel mourut en 1550 à Dinan. Renseignement fourni par M. Chassin du Guerny). Cette opinion se trouve confirmée par l’existence d’un écusson parti Marot et Ferré, sculpté sur le linteau en accolade d’une porte de l’intérieur donnant accès à la tour de l’escalier. La molette d’éperon des armes Ferré n’a que cinq pointes, comme l’étoile des armes Marot ; ordinairement les molettes ont six pointes.

    Il est permis de penser que les frais considérables d’une construction de cette importance mirent les héritiers de Macé Marot dans la pénible nécessité de vendre ou engager le château de la Garaye et ses dépendances, avant même qu’il ne fut complètement terminé. Toujours est-il que la Garaye figure parmi les châteaux, terres et seigneuries données en partage, en 1573, à Claude du Chastel, dame de la Moussaye : « La maison de la Garaye est bien bastie, mais il n’y avoit lors que des murailles, etc. » (Mémoires de Charles Gouyon). Celui-ci rendit aveu de la Garaye, le 10 octobre 1587. Ce fut son fils ainé, Amaury qui revendit la terre et le château de la Garaye à Raoul Marot, seigneur des Alleux et sénéchal de Dinan ; le contrat est du 4 juin 1617 ( ?) (…). Le fils de Raoul. Guillaume Marot, obtint en 1644 l’érection en vicomté des terres de taden, la Garaye et Beaufort ; un autre Guillaume Marot, gouverneur de Dinan, les fit ériger en comté de la Garaye, par lettres du mois de juin 1683, enregistrées au Parlement, le 26 mai 1685.

    On sait que le château de la Garaye fut converti en hospice par le comte Claude-Toussaint Marot, qui avait épousé Marie-Marguerite de la Motte-Picquet, tante du célèbre marin la Motte Picquet. Ces charitables et vertueux époux qui avaient renoncés aux agréments d’une vie opulente et fastueuse pour se faire à la fois médecins et serviteurs des pauvres, véritables bienfaiteurs de l’humanité, moururent à la Garaye en 1755 et 1757 (…).

  • Les familles mentionnées à la Garaye

    Notes à partir des sources citées

    Les Ferré

    1389…

    De temps immémorial les Ferré étaient seigneurs de la la Garaye. René Ferré, écuyer, y vivait en 1389, Jacques Ferré, écuyer, en 1420.

    2e moitié 15e siècle

    Pierre Ferré seigneur de la Ville-es-Blancs en Sévignac et de la Garaye en Taden, sénéchal de Rennes en 1466, ambassadeur du duc François II de Bretagne en France et en Angleterre, épousa Olive d’Angoulvent. A sa mort en 1487, le fief est tenu par son épouse. Lui succède son fils aîné, Gilles Ferré, qui épousa vers 1490 Françoise du Breil héritière vers 1556, des seigneuries et terres en Ploubalay, Plumaugat, Saint-Carné et Saint-Jouan des Guérets, fille de Charles du Breil, procureur de Bretagne en 1472, puis du roi de France Charles VIII à Dinan en 1491.

    Vers 1517

    Bertrand Ferré (1494-vers 1555), fils de Gilles Ferré et de Françoise du Breil est mentionné vers 1517, seigneur de Taden et de la Garaye. Il épouse en première noces, Catherine de Quédillac, dame de Taden, puis en seconde noces en 1529 Péronnelle de Guémadeuc. Leur fils Charles, se marie en 1548 à Bonaventure de Tehillac.

    Marot/Ferré

    Sur le linteau de la porte de la tour d’escalier du château se voient les armes mi-parti : « d’azur à la main dextre posée en pal, accompagnée d’une étoile d’or au canton dextre du chef, qui est Marot et d’argent à la fasce d’azur accompagnée de 3 molettes de même (ou de gueules) : qui est Ferré ». Le commanditaire du château est un Marot marié avec une demoiselle Ferré. Macé Marot ? sieur de la Meffrais qui meurt à Dinan en 1550 sans postérité.

    La construction du château dut se poursuivre après un retour aux Ferré car les corbelets du sommet de la tour ne portent plus que les armes pleines des Ferré.

    (…)

    Ferré

    1555

    Le fils de Bertrand Ferré (1494-vers 1555), Charles, se marie en 1548 à Bonaventure de Tehillac. Il est accusé d’hérésie devant le parlement de Bretagne pour avoir brûlé les images de sa chapelle. Il fuit à Genève, citadelle du calvinisme.

    Les du Chastel

    1556

    La Garaye change de famille par un contrat d’échanges avec Claude du Chastel

    1573

    Claude du Chastel épouse le 20 mai 1571 au château de Gaillon en présence de Charles IX et de la cour, Charles Gouyon, baron de la Moussaye et comte de Plouër. Elle reçut la Garaye en partage en 1573. Il est dit qu’elle fit promptement terminer le château dont la reconstruction avait été délaissée depuis nombre d’années. « La maison de la Garaye est bien bastie mais il n’y avait lors que des murailles , elle la fit promptement recouvrir tout à neuf, doubler, vitrer, meubler et sy bien accoustrer qu’il y faisoit très beau. Elle y fit faire un très beau jardin encore qu’elle n’eust l’intention de s’y retirer : car mon père ayant esprouvé la doulce et amiable conversation de ma chère femme il ne luy estoit possible de la laisser de façon que jamais ne nous sommes séparés que par la mort » ( Claude du Chastel mourut le 15 juin 1587) .( voir mémoires de Charles Gouyon).

    Marot des Alleux

    1623

    Le fils ainé de Charles Gouyon et de Claude du Chastel, Amaury vendit la terre et le château de la Garaye le 4 juin 1617 à Raoul Marot des Alleux, sénéchal de Dinan, anoblit par le roi Henri IV en 1623 en reconnaissance du rôle tenu lors de l’éviction des Ligueurs en février 1598 ; « Guillaume Marot, escuyer sieur des Alleuz conseiller du roy en sa cour et Parlement de Rennes filz héritier unicque et principal et noble de escuyer Raoul Marot conseiller du roy sénéchal de Dinan et damoyselle Simone Le Fer sa compaigne sieur et dame de la Garaye ».

    Guillaume Marot obtint en 1644, l’érection en Vicomté. Son fils ainé Guillaume, né à Rennes le 18 juin 1645, fit ériger la Garaye en comté par lettres pattentes du mois de juin 1683. Il est gouverneur de Dinan vers 1676. Jeanne Françoise de Marbeuf son épouse, meurt le 8 avril 1680 après la naissance d’un cinquième enfant Guillaume. Un des enfants du couple, Claude Toussaint Marot reçoit une formation militaire et rentre avec son frère ainé dans le corps des Mousquetaires. Il quitta les armes et épouse le 7 février 1701 Marie-Marguerite de la Motte-Picquet. Sur les conseils de son beau-père, il acheta une charge au parlement de Bretagne qu’il abandonna en 1712.

    1714

    Création de l’hôpital pour soigner les pauvres

    1731

    Claude Toussaint Marot de la Garaye est reçu à la cour pour un médicament de sa conception. C’est en 1745 qu’il publia sa découverte sous le titre Chymie Hydraulique pour extraire les sels essentiels des Végétaux, Animaux et Minéraux, avec l’eau pure.

    1733

    Pour les malades incurables abandonnés par la médecine, fondation d'une annexe de l’hôpital de Dinan.

    1755

    Il meurt le 2 juillet 1755. « Haut et puissant seigneur messire Claude Toussaint Marot chevalier seigneur comte de la Garaye Commandeur et grand hospitalier des ordres royaux et militaires de Saint-Lazare du Mont-Carmel et de Jérusalem décédé le mercredy 2 juillet à 7 heures du soir 1755, enterré le vendredy au portail de Taden, dans le simittier par Mr de la Haye, prieur de Corseul »

    de Pontbriand

    Louis-Claude de Pontbriand, neveu du comte hérita du domaine de la Garaye et dilapida la fortune acquise

    1778

    En 1778, la seigneurie de la Garaye est achetée par Marie Françoise Rose de Larlan, veuve de Paul Charles Hay de Nétumières. La Garaye se transmet ensuite par alliances.

    Tostivint

    1935

    Achat de la Garaye en 1935 par Monsieur Tostivint.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. des Côtes d'Armor, cadastres anciens de 1809 et 1843, série 3 P 339.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : série 3 P 339.
Bibliographie
  • MONIER M.E. Châteaux, manoirs et paysages ou quinze promenades autour de Dinan. Mayenne : Joseph Floch, 1975 (nouvelle édition revue et augmentée).

  • Mémoires de Charles Gouyon, baron de la Moussaye (1553-1587), publiés, d’après le manuscrit original par G. Vallée et P. Parfouru. Partis : ¨Perrin et Cie, libraires éditeurs, 1901

  • MONTECOT Charles. La Fontaine-des-Eaux minérales de Dinan. La féerie de l’Argentel. Lanvallay : Editions La Griffe du Temps, 2011

  • NEEL-DELAVIGNE Charles-Rolland. Souvenirs de Neel de La Vigne Charles-Rolland, ancien Sous-Préfet … (Ed.1850), réédition par Hachette Livre Bnf, 2012

  • SAINT-JOUAN, Arnaud. Le château de la Garaye en Taden (Côtes-du-Nord). Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1988, p.25-39

Liens web