Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château de Carheil (Saint-Samson-sur-Rance)

Dossier IA22132285 réalisé en 2014

Fiche

Dossiers de synthèse

Situé immédiatement au nord du Bas Carheil, un nouveau logis est édifié au début du 18e siècle pour la famille Mousset. Louis Guillaume Mousset est qualifié de noble homme et sieur de Villeneuve sénéchal de la juridiction de Châteauneuf. Le château qu'il fait construire pour lui et son épouse Claire Leroy reprend le style des ingénieurs militaires et s'apparente à une « Malouinière » de taille moyenne avec cour, basse cour, bois de décoration et grands jardins. Michel Marion qui reconstruit l’église en 1740 est peut-être l’architecte de cette élégante demeure.

Parties constituantes non étudiées parc, ferme, communs
Dénominations château
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Saint-Samson-sur-Rance
Lieu-dit : Carheil

La date de construction du château du Carheil n'est pas connue avec précision. La demeure aurait été construite pour Louis Guillaume Mousset, sieur de la Villeneuve et sénéchal de Chateauneuf qui épouse Claire Leroy, décédée au château de Carheil. Leur fille Marie-Claire Gilette Moussey épousera en 1731 Guillaume Pierre de Launay. En 1820, l'unique descendante de la famille : Elodie de Launay se marie avec Gabriel-Louis de Cadaran. Le Bas Carheil, transformé en retenue et le château de Carheil resteront dans la famille de Cadaran tout au long du 19e siècle et du 20e siècle.

En août 1944, quelques semaines après le débarquement en Normandie, le château de Carheil est réquisitionné plusieurs jours par l'état-major américain chargé de diriger et de contrôler les opérations d'artillerie, lors de l'assaut mis en place contre la forteresse de Saint-Malo.

Il est fait mention d'une chapelle dite de Launy-Carheil, dont la première pierre fut posée le 21 septembre 1762.

Période(s) Principale : 1ère moitié 18e siècle

Le château du Carheil est représentatif de toute une série de « malouinières » à trois travées, à double orientation, avec haute toiture à croupes garnies de quatre souches de cheminées indiquant un nombre important de pièces chauffées. La façade sud possède une légère avancée centrale adoucie aux angles.

La description du logis est connue par un acte notarié de la fin du 18e siècle ou du début du 19e siècle qui indique en rez-de-chaussée : une cuisine, une petite laverie, un vestibule, un office, un salon et une salle le tout à la suite et de plain pied. Un grand escalier à rampe tournant est établi dans le vestibule pour le service des appartements supérieurs, même d'un entresol pratiqué au dessus de l'office et de la laverie.

L'acte indique au 1er étage, trois chambres, quatre cabinets et un vestibule de dégagement et à l'étage de comble mansardé cinq appartements donnant sur un vestibule de dégagement éclairé. Il est également fait mention d'une cave voûtée sous le rez-de- chaussée servie par une trappe depuis le vestibule du rez-de-chaussée.

Le château est encadré de chaque côté de dépendances.

A l'est, se situait la Basse cour entourée de murs avec boulangerie, trois appartements, deux remises, une écurie et une étable et en face un refuge à porcs, un poulailler, des loges à chiens et un hangar. Il est également fait mention d'un puits commun aux deux cours.

A l'ouest, une autre cour réservée au service qui se nomme sur le cadastre de 1843, « la cour au Bois ».

Une chapelle est également mentionnée en ce lieu.

On accède encore au château par une large avenue qui mène à un portail.

A noter sur le premier cadastre napoléonien : le tracé régulier des avenues qui sont très étendues et forment un vaste ensemble ordonné.

Murs enduit
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, étage de comble
Couvertures toit à longs pans croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours

Annexes

  • Tableau indicatif des propriétés foncières au Carheil et au Bas Carheil en 1845

    Nom du propriétaire

    Parcelle

    Lieu-dit

    Nature de la propriété

    De Cadaran Gabriel, maire et propriétaire

    B 276

    Le bois percé

    Futaie

    " "

    B 276 bis

    La fosse au loup

    " "

    " "

    B 277

    Le fémir

    " "

    " "

    B 278

    La retenue

    Labour

    " "

    B 279

    L'avenue de derrière

    Avenue

    " "

    B 280

    Le domaine

    Labour

    " "

    B 281

    La chênaie

    Futaie

    " "

    B 282

    L'avenue de la chênaie

    " "

    " "

    B 283

    La basse cour

    Bâtiments et cour

    " "

    B 284

    Le château de Carheil

    Maison et cour

    " "

    Sol

    " "

    B 285

    La cour au bois

    Bâtiments et cour

    " "

    B 286

    Le Bégaudoir

    Futaie

    " "

    B 287

    Avenue du bégaudoir

    " "

    " "

    B 288

    La cornière du grand verger

    Cornière

    " "

    B 289

    Le grand verger

    Labour

    " "

    B 290

    Le semis

    " "

    " "

    B 291

    " "

    Pépinière

    " "

    B 292

    La Terrasse

    Jardin

    " "

    B 293

    Le haut jardin

    " "

    " "

    B 294

    Le bas jardin

    " "

    " "

    B 295

    La pièce d'eau

    Pièce d'eau

    " "

    B 296

    Le Bas Carheil

    Maison, bâtiments et cour

    " "

    Sol

    " "

    B 297

    Chemin du Bas Carheil

    Pâture

    " "

    B 298

    La folitude

    Pépinière

    " "

    B 299

    " "

    " "

    " "

    B 300

    Les grandes Coudrelles

    Labour

    " "

    B 301

    Le clos Thiou

    " "

    " "

    B 302

    Les petites Coudrelles

    " "

    " "

    B 303

    La pâture aux chevaux

    " "

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Côtes d'Armor: 3 P 332/8 (Matrice des propriétés foncières, 1823-1844) ; 3 P 332/9 (Matrices des propriétés foncières, 1845-1914) ; 3 P 332/10 (Matrices des propriétés bâties, 1882-1911) ; 3 P 332/11 (Matrices des propriétés bâties, 1911-1932).

    Archives départementales des Côtes-d'Armor
  • Actes notariaux des demeures du Carheil et du Bas-Carheil, ainsi que des terres alentours. (Reproduction, archives privées).

    Archives départementales des Côtes-d'Armor
Bibliographie
  • Filiations Bretonnes, Vte. Henri Frotier de la Messelière

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • PARIS-JALLOBERT, Paul. Anciens registres paroissiaux de Bretagne. Plihon et Hervé, 1898