Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château de Beaumont (Guitté)

Dossier IA00004746 réalisé en 1986

Fiche

Remarques historiques

Au confluent d´un ruisseau encaissé dans un vallon profond et de la Rance, le site de Beaumont correspond à un ancien éperon barré. Ce lieu sans doute occupé par une fortification dès le début du Moyen Age, est alors tenu par les seigneurs de Guitté au milieu du 12e siècle, dont Hervé de Guitté, mentionné en 1168 comme baron et vassal direct de Rolland seigneur de Dinan. Cette famille de Guitté semble s´être transportée dès le 14e siècle à Trélivan, près de Dinan, où elle relève alors l´importante seigneurie de Vauvouleurs. Robin de Guitté, chevalier bachelier, seigneur de Vaucouleurs, combattant à la bataille de Cocherel, maréchal du connétable de France Jean de Beaumanoir en 1371-1374, capitaine de Dinan en 1381, meurt après 1392.

A la même époque, par une filiation à ce jour inconnue, la seigneurie de Guitté et le fief de Beaumont sont passés dans les mains d´une autre famille dont les armes représentant trois pieds de vache ou de bœufs seraient celles d´une famille Piedevache, ancien lignage noble du pays de Rennes dont un ramage aurait pris le nom de Beaumont. Bertrand de Beaumont est ainsi signalé en 1325 comme fils de Mathieu Piedevache de Beaumont.

Alain de Beaumont, chevalier breton, vivant vers 1370, mentionné dans plusieurs comptes ducaux, est peut-être celui qui comparait en 1371 à Pontorson lors de la montre de son cousin Bertrand Du Guesclin. Les comptes de la ville de Bergerac mentionnent ce personnage qui accompagna le connétable dans ses campagnes.

Selon une généalogie des comtes de Meulan ce même Alain de Beaumont dit « Pied de Bœuf », seigneur de Beaumont-Guitté, aurait épousé autour de 1400, Jeanne de Meulan, dame du Molay-Bacon, près de Bayeux. Cette alliance avec une héritière d´un grand lignage de la noblesse normande est peut-être à l´origine de certains aspects du château. En 1480, lors de la montre de noblesse, François de Beaumont, excusé comme appartenant à la maison du comte de Laval, est titulaire d´une fortune considérable s´élevant à 1000 livres de revenu.

Des aspects architecturaux remarquables

Le châtelet d´entrée de Beaumont autrefois rattaché à une enceinte qui devait barrer l´éperon présente une grande qualité de construction et une conception particulièrement élaborée et complexe pour sa petite taille dans laquelle l´aspect fortifié insistant correspond très vraisemblablement à une dimension symbolique et une recherche de prestige.Le même haut niveau de qualité architecturale se retrouve sur le logis dont les fenêtres malgré la restauration du 19e siècle ont conservé leur modénature authentique. Les lucarnes du comble, les souches des cheminées polygonales et le réseau flamboyant de la baie située en haut de la tour d´escalier permettent de situer la construction aux alentours des années 1460-1480.

La tour d´escalier à pans coupés du logis surmonté d´un volume carré ponctué par un pignon, forme rare et atypique en Bretagne au 15e siècle est en revanche fréquente dans le Bessin et la campagne de Caen. Les attaches normandes de Jeanne de Meulan, dame de Beaumont, au 15e siècle peuvent expliquer ce parti architectural remarquable. La présence d´une chapelle en lieu en place de l´habituelle pièce haute qui surmonte les tours d´escaliers des manoirs est également tout à fait exceptionnelle et n´a pas reçu à ce jour d´explication.

Dénominations château
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Guitté
Lieu-dit : Beaumont

Site castral d'éperon barré occupé dès le 12e siècle par les seigneurs de Guitté. Le tracé de l' emplacement possible d'un ancien donjon est figuré à l'ouest de l'actuel logis sur le cadastre de 1836. Château reconstruit dans la seconde moitié du 15e siècle avec châtelet d'entrée à deux tours, grand logis avec tour d'escalier, a pans coupés, surmonté d'une chapelle. Importants travaux à la fin du 19e siècle : restauration du chatelêt d'entrée, restauration du logis et reconstruction de sa partie occidentale, réaménagement de la façade nord avec percement d'une grande baie panoramique. Les communs du côté est de la cour sont entièrement reconstruits à cette époque et transformés en pavillon de chasse. Un parc paysager à l'anglaise est également réalisé, une succession de trois étangs crées dans le vallon à l'ouest du château.

Période(s) Principale : 15e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle

Le château construit en pierre de taille de granite est constitué d´un corps d´entrée en forme de châtelet à deux tours, datant du 15e siècle, d´un long bâtiment entièrement reconstruit sur le côté est de la cour et du logis, isolé sur le côté nord dominant le vallon de la Rance, ce dernier ayant fait l´objet d´une importante restauration de la fin du 19e siècle. A cette époque le tiers occidental du logis a été reconstruit et ponctué d´une tour d´angle polygonale dans un style assorti à la partie ancienne. Le cadastre ancien de la commune (1836) représente l´ensemble des bâtiments qui déterminaient un quadrilatère irrégulier. Au sud de la cour, une tour figurée en lavis jaune (en ruines), devait être un vestige de la défense de l´ancien château. Le châtelet d´entrée (inscrit MH 1926) présente une structure élaborée. Chacune de ses tours comprend quatre niveaux, les deux niveaux inférieurs sont séparés par la porte charretière, les deux niveaux supérieurs reliés au revers du châtelet par deux coursières de bois superposées, restituées lors des travaux de restauration de la fin du 19e siècle.

Murs granite
pierre de taille
moellon
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, étage de comble
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables escalier, portail
Protections classé MH, 1926/06/19

Annexes

  • 20092210800NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor

Liens web