Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Châsse reliquaire

Dossier IM56006320 réalisé en 1979

Fiche

Dossiers de synthèse

La châsse reliquaire, en bois, est recouverte de plaques d'argent en partie dorées. Sur la face antérieure sont appliqués et maintenus par trois clous huit phylactères gravés en lettres gothiques, d'inscriptions identifiant les reliques de divers saints que des "hublots" sommairement percés permettent d'entrevoir. Malgré leur schématisme et leur aspect conventionnel, les six figurines appliquées sur le versant antérieur du toit sont cohérentes avec l'énumération des reliques contenues. Au centre, la Vierge et saint Jean qui devaient encadrer un petit crucifix disparu, évoquent la Passion du Christ et par là-même les instruments du supplice dont fait partie la colonne de la flagellation, citée parmi les reliques contenues. Les deux figurines d'évêque parfaitement identiques font écho aux reliques de saint Nicolas de Bari, vénéré dans tout le monde romain, et de saint Gurval patron de la paroisse de Guer et successeur de saint Malo sur le siège épiscopal d'Alet. Les deux figurines masculines restantes dépourvues d'attributs spécifiques suffisent à l'évocation des apôtres saint André et saint Barthélemy. L'aspect quelque peu brutal et "archaïque" du reliquaire de Guer l'on souvent fait dater du XIVe siècle. En fait la graphie des inscriptions ainsi que le style des figurines sont cohérents et situent l'objet au premier quart ou même dans la première moitié du XVe siècle. La dorure, employée avec parcimonie suffit à rehausser les éléments principaux du décor. L´emploi du nielle pour renforcer la lisibilité des inscriptions, est un raffinement qui n´est pas fréquent sur les pièces du XVe siècle et contredit quelque peu l´apparente rusticité de l´objet..

La croix à fleurons schématiques qui surmonte la châsse est recouverte d'un décor estampé de losanges et quadrilobes, qui la situent également dans la première moitié du XV siècle. Comme dans le cas de la croix contenue à l'intérieur du reliquaire de Béganne, seule la face antérieure est dorée. Les alvéoles qui marquent les quatre extrémités contiennent des petites pierres de calcaire dur légèrement rosé, provenant sans doute de Terre Sainte, peut-être même du tombeau du Christ. La minuscule croix de bois sertie au centre, qui correspond probablement à une relique de la Vraie Croix ainsi que la fragilité du garnissage d´argent donnent à penser que cette croix n´était certainement pas prévue pour être exposée ainsi de façon permanente. Il est probable que selon le même principe que le reliquaire de Béganne, cette croix, était conservée dans un autre reliquaire de forme semblable, qui devait également être en argent et lui servir d´écrin.

Il est évident que l´aspect actuel du reliquaire résulte d´un montage tardif. Ce fait est confirmé par le chanoine Le Mené, dans son « Histoire du diocèse de Vannes », publiée en 1888, qui signale à Guer trois reliquaires en argent distincts : la petite croix actuellement remontée sur la châsse, un reliquaire quadrilobé aujourd´hui disparu, et la châsse elle-même. Peut-être le second reliquaire décrit par Le Mené comme un « écrin à quatre feuilles » était-il le coffret destiné à contenir la croix.

Dénominations châsse
Aire d'étude et canton Haute-Bretagne - Guer
Adresse Commune : Guer

Châsse-reliquaire de la 1ère moitié du 15e siècle destinée à contenir les reliques de saint Gurval, évêque de Vannes, patron de la paroisse de Guer, ainsi que celles de saint André, saint Nicolas de Bari, saint Barthélémy, sainte Appoline et des reliques de la colonne de la flagellation et du tombeau du Christ. La croix fixée sur le sommet de la châsse, bien que datant de la même époque est un ajout de la fin du 19e siècle.

Période(s) Principale : 1ère moitié 15e siècle
Lieu d'exécution Édifice ou site : Bretagne

Châsse reliquaire en bois recouvert de plaques d'argent en partie dorées. Sur la face antérieure sont appliqués et maintenus par trois clous, huit phylactères gravés d'inscriptions en lettres gothiques, remplis de nielle, identifiant les reliques de divers saints que des "hublots" sommairement percés permettent d'entrevoir. Six figurines fondues sont appliquées sur la face antérieure du toit. Quatre petites pierres, provenant du saint sépulchre sont serties sur la face antérieure de la croix au centre de laquelle, une petite croix enchâsse un fragment de la sainte croix.

Catégories orfèvrerie
Matériaux bois
argent, doré, gravé, émail
Précision dimensions

h = 24 ; l = 19,5 ; pr = 5

Inscriptions & marques inscription
Précision inscriptions

Inscriptions dans chacun des huit phylactères : DE RELIQUIS BEATI BARTHOLOMEI ; DE RELIQUIS S (ANCT) I GURVALI ; DE RELIQUIS S (ANCT) I ANDREE ; DE RELIQUIS S (ANCT) I NICOLAI DE BAR (I) ; RELIQUIE DE COLOMNA UBI DOMINUS NOSTER HESUS CHRISTUS FUIT FLAGELLATUS ; DE LAPIDE SEPULCHRI DOMINI NOSTRI JESU XRI ; RELIQUIE SANCTA APOLINIA ; DE MM RELIQUIE SANCTARUM VIRGINUM ET MARTIRUM EUFEMIE DEROTHE TECLE ET C (A) TARINE.

États conservations partie remplacée
manque
Précision état de conservation

La croix a été remontéee sur le sommet de la châsse à la fin du 19e siècle : la sphère intermédaire date de cette époque ; plusieurs manques dans les feuilles d'argent estampé qui garnissent la croix.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1924/03/25