Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Chapelle Sainte-Eugénie (Corseul)

Dossier IA22133129 réalisé en 2016

Fiche

Á rapprocher de

Dénominations chapelle
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude - Plancoët
Adresse Commune : Corseul
Lieu-dit : Chapelle Sainte-Eugénie

L'édifice primitif situé dans l'écart portant le même nom remontant au 14e ou 15e est agrandi au 18e siècle. La chapelle tréviale comprenait à une période antérieure au 19e siècle un cimetière et une croix plus ancienne que celle présente au sud de la chapelle. Au 19e siècle la toiture de la chapelle est rehaussée et une sacristie est accolée à la partie nord de la chapelle. Les travaux sont financés par les recettes du filage du lin offertes par les habitantes des écarts voisins. Le logement du prêtre se trouvait à Nisnizan.

Période(s) Secondaire : 14e siècle , daté par travaux historiques
Principale : 18e siècle , daté par travaux historiques
Principale : 19e siècle , daté par travaux historiques
Dates 1735, daté par source

Une chapelle existait au 14e siècle comme en atteste la baie du chevet datant de la fin du 14e siècle, et la crédence liturgique de la nef. L'édifice est allongé vers l'est au 18e siècle, et la baie ogivale est ainsi déplacée dans le nouveau et actuel chevet. Le portail ouest avec arc segmentaire date du 18e siècle. La façade sud est remontée afin d'y placer deux baies qui seront agrandies au 19e siècle lorsque la chapelle est rehaussée. En effet les claveaux sont de factures différentes des pierres de taille à la base de ces dernières.

L'actuelle chapelle de plan rectangulaire présente une voûte lambrissée. L'enduit effrité fait apparaître un pré-enduit de terre. Les deux bénitiers sont des remplois de colonnes de l'époque antique. La crédence liturgique du 14e siècle n'a pas été déplacée lors de l'agrandissement de la chapelle, une autre est créée dans l'actuel chœur. La chapelle conserve une statue en bois de sainte Eugénie datant du 17e siècle ainsi qu'une statue de la Vierge aux sept douleurs accompagnée de l'Enfant Jésus, cette dernière est située à l'emplacement d'une chaire dont l'abat-voix, soutenu par un ange, est conservé.

Murs granite pierre de taille
schiste moellon
Toit ardoise
Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Bibliographie
  • COUFFON, René. Répertoire des Eglises et Chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier. Saint-Brieuc, Les Presses Bretonnes, 1939-1947, 779 p.

    P. 100