Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Chapelle Sainte-Catherine (Lizio)

Dossier IA00010111 réalisé en 1986

Fiche

La foire du 11 avril attirait à la chapelle Sainte-Catherine une foule impressionnante. Cet ancien prieuré passe pour une fondation hospitalière des Templiers installés non loin de là : les lieux-dits voisins (la Grée aux moines, le Temple) - portent des noms évocateurs. La chapelle est reconstruite après un incendie, en reprenant le plan primitif caractéristique des constructions des Templiers : un mur de refend, percé d'une arcade, sépare le chœur de la nef et rappelle la clôture monastique. Côté nef, à gauche et à droite de l'arcade les autels ont disparu. Au cours de la seconde moitié du 17e siècle, on installa un retable en bois. Le lambris porte l´inscription : " LAN 1771 FAIT PAR JOSEPH LEGAL ET MATHURIN FABLET ". Dans le retable prit place en 1874 un tableau représentant sainte Catherine d'Alexandrie, peint par Pobeguin dont on connaît par ailleurs une toile d'ex-voto marin conservée à Sainte-Anne d'Auray ; à la même époque, un autre tableau fut placé au-dessus : peint par Ch. Piacentini, de Vannes, il met en scène la rencontre de Templiers et de Croisés. La sacristie est datée de 1722.

Dans son enclos fermé par des échaliers, la chapelle a conservé une fontaine de dévotion construite en 1661 et une croix datée 1708 et offerte par le fabricien F. Lemerveilleux.

Précision dénomination chapelle de pèlerinage
Vocables Sainte-Catherine
Parties constituantes non étudiées fontaine de dévotion, bassin, enclos, croix monumentale
Dénominations chapelle
Aire d'étude et canton Communes riveraines du canal de Nantes à Brest - Malestroit
Adresse Commune : Lizio
Lieu-dit : Sainte-Catherine

Vers 1200, il semble que les Templiers aient édifié à Sainte-Catherine un petit prieuré et sa chapelle, sur l'un des chemins menant vers Compostelle. Après la suppression de l'Ordre, leurs biens revinrent aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. La chapelle, détruite par un incendie en 1615, fut en grande partie reconstruite par Charles Laurencin, commandeur de Carentoir entre 1652 et 1675 : l’arc diaphragme et la charpente armoricaine de la chapelle sont incontestablement antérieurs au 16e siècle. Le chapiteau portant la date 1616 dans l'auvent sud est probablement un remploi.

La fontaine de dévotion date de 1661 et porte différentes dates du 19e siècle ; la croix de l'enclos est datée : 1708 ; elle a été offerte par le fabricien F. Le Merveilleux. La sacristie date de 1722. Le lambris a été refait en 1771, comme l'indique l'inscription : LAN 1771 FAIT PAR JOSEPH LEGAL ET MATHURIN FABLET.

(M. -D. Menant)

Période(s) Principale : limite 12e siècle 13e siècle , (?) , (détruit)
Principale : 3e quart 17e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 3e quart 17e siècle , porte la date
Principale : 1er quart 18e siècle , porte la date
Secondaire : 3e quart 18e siècle , porte la date
Dates 1616, porte la date
1708, porte la date
1722, porte la date
1771, porte la date
1829, porte la date
Auteur(s) Personnalité : Laurencin Charles,
Charles Laurencin

Commandeur des Templiers de Carentoir (1652-1675)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, attribution par travaux historiques
Personnalité : Lemerveilleux F., commanditaire, attribution par source
Personnalité : Legal Joseph, commanditaire, attribution par source
Personnalité : Fablet Mathurin, commanditaire, attribution par source

La chapelle, de plan rectangulaire à un seul vaisseau et chevet plat, est construite en moellons de granite entièrement enduits, mis à part le mur pignon ouest. Le mur sud est percé de deux baies qui éclairent la nef ainsi que de deux portes en plein cintre. Dans l´angle sud-ouest, une prolongation du toit, soutenue par deux colonnes, constitue une sorte de auvent destiné à abriter les pèlerins qui fréquentaient la chapelle. Sur le mur ouest, un oculus surmonte le portail : la porte en plein cintre est encadrée de deux pilastres qui "soutiennent" un fronton triangulaire. Au centre de l´édifice, un petit clocher de plan carré porte une flèche polygonale en charpente. À l´intérieur, le sol est dallé de schiste, la charpente lambrissée. Un arc diaphragme en arc brisé sépare la nef du chœur, particulièrement allongé. La chapelle a été restaurée récemment : les verrières, notamment, ont été refaites en 1986 par l'atelier Jihel-Bay d'Ambon.

Croix redentée sur soubassement en pierre de taille et emmarchement ; fût de section carrée chanfreiné, socle rectangulaire. Décor en demi-relief sur la face principale : Christ en croix ; IHS. Le fût est cassé au niveau de la croix. Les bras du Christ ont disparu, ainsi que ses jambes sous les genoux. La fontaine, isolée à l´est du chevet de la chapelle, est couverte sur une partie seulement d'un toit en bâtière surmonté d'une croix ; ses murs gouttereaux, moulurés dans leur partie supérieure, forment une avancée, portant un amortissement à boule, de part et d´autre d´une ouverture en plein cintre qui abrite une niche à statuette ; la fontaine communique à un bassin par une rigole ; l'ensemble est construit en pierre de taille.

(M. -D. Menant)

Murs granite moellon enduit partiel
pierre de taille
Toit ardoise, granite en couverture
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements lambris de couvrement
Couvertures toit à longs pans pignon découvert
flèche polygonale
Typologies fontaine couverte, sur soubassement, redentée, banc extérieur, niche à statuette, clocher en haut de nef
Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 1935/03/29
Précisions sur la protection

Chapelle et fontaine Sainte-Catherine (cad. ZK 95) : inscription par arrêté du 29 mars 1935.

Annexes

  • Anciens historiques

    On a retranscrit ici les textes rédigés par les différents auteurs, lors des enquêtes successives :

    Chapelle reconstruite en 1616, date portée, après un incendie. Croix en 1708 portant inscription. Sacristie datée 1722. Lambris refait en 1771, inscription : " LAN 1771 FAIT PAR JOSEPH LEGAL ET MATHURIN FABLET ". Fontaine de dévotion en 1829.

    (J. -P. Ducouret, 1986, inventaire topographique)

    Vers 1200, il semble que les Templiers aient édifié à Sainte-Catherine un petit prieuré et sa chapelle, sur l'un des chemins menant vers Compostelle. Après la suppression de l'Ordre, leurs biens revinrent aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. La chapelle, détruite par un incendie en 1615, fut reconstruite par Charles Laurencin, commandeur de Carentoir entre 1652 et 1675. Le chapiteau portant la date 1616 dans l'auvent sud est probablement un remploi. La fontaine de dévotion date de 1661 et porte différentes dates du 19e siècle ; la croix de l'enclos est datée : 1708 ; elle a été offerte par le fabricien F. Le Merveilleux ; la sacristie date de 1722. Le lambris a été refait en 1771, comme l'indique l'inscription : LAN 1771 FAIT PAR JOSEPH LEGAL ET MATHURIN FABLET.

    (M. -D. Menant, 2010, inventaire topographique : Communauté de Communes du Val d'Oust et de Lanvaux)

Références documentaires

Documents figurés
  • Lizio. Cadastre napoléonien, section G de Sainte-Catherine. Levée par M. Le Petit, géomètre du cadastre, 1829, échelle 1:2500 e.

    Archives départementales du Morbihan : 3 P 160/11
Bibliographie
  • OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. 1ère édition 1778-1780. Nouvelle édition, revue et augmentée par MM. A. Marteville, et P. Varin, avec la collaboration principale de MM. de Blois, Ducrest de Villeneuve, Guépin de Nantes et Lehuérou. Rennes : Molliex, libraire-éditeur, 1843-1853.

    t. 1, p. 511 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • ROSENZWEIG, Louis. Répertoire archéologique du Département du Morbihan. Paris : Imprimerie impériale, 1863.

    col. 139 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • DUHEM, Gustave. Les églises de France. Morbihan. Paris : Librairie Letouzey et Aîné, 1933.

    p. 89 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • MENANT, Marie-Dominique, RIOULT, Jean-Jacques. Canton de Malestroit, Morbihan. Rennes : Institut culturel de Bretagne, 1989. (Images du Patrimoine ; n° 60).

    p. 11, fig Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Bretagne. Nantes - Librairie Ancienne et Moderne L. Durange - 1902, cité dans http://www.templiers.net/commanderies.

  • ROUDIER, Jean. Saint Jacques en Bretagne. Culte et patrimoine. Ploudalmézeau : Label LN éd., 2005.

    p. 268 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)

Liens web