Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Chapelle Saint Pierre, Lantran (Plouasne)

Dossier IA22017301 réalisé en 2011

Fiche

Dossiers de synthèse

La chapelle saint-Pierre présente une construction homogène datée de 1841. La conservation de son mobilier, autel à baldaquin (en bois), table de communion (en fer forgé), statues sur consoles forment un ensemble cohérent maintenu jusqu’à nos jours. Dans ce parti modeste et économique, l’aménagement du choeur présente une solution originale. Deux portes de menuiseries, avec entrelacs et croix, sont accolées de part et d’autre du maître autel et permettent l’installation à l’arrière d’une sacristie qui est éclairée par une baie au chevet dont la lumière se diffuse sur l’ensemble du choeur.

Vocables Saint-Pierre
Parties constituantes non étudiées croix monumentale, enclos
Dénominations chapelle
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Plouasne
Lieu-dit : Lantran
Cadastre : 1979 F2 250

La chapelle saint Pierre a été reconstruite par l´abbé Félix Joseph Faisant, originaire de Lantran, en 1841 et bénite le 23 août 1842. De l´ancienne chapelle frairienne, elle remploie en façade ouest un linteau de baie sculpté représentant l´apôtre Pierre au centre de deux feuilles de chêne. Ce bas relief, de représentation naïve peut dater du 16e siècle ou du début du 17e siècle.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 16e siècle
Dates 1841, porte la date
Auteur(s) Personnalité : Faisant Félix Joseph

Chapelle située au centre du village, à l´est du chemin qui mène à Bécherel. Elle présente un plan classique en croix latine avec une nef unique, terminée par un chevet plat, recouverte d´une vôute lambrissée. la façade est surmontée par un campanile de charpente.

Murs granite
moellon
Toit ardoise
Plans plan en croix latine
Étages 1 vaisseau
Couvrements lambris de couvrement
Couvertures toit à longs pans
pignon couvert
noue
États conservations état moyen
Techniques sculpture
Représentations saint Pierre
Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Http://www.racines-en-sevignac.fr/epidemie_famines.htm

    Au Lantran à Plouasne, on fait de même, une croix, marque l´emplacement d´un cimetière désaffecté. Le 22 août 1638, lors de la messe, le recteur de la paroisse de Plouasne lit en chaire une ordonnance du Parlement dont l´exécution entraîne pour la communauté une importante dépense. Une foule de paroissiens l´interrompt et menace de jeter chaire et recteur dans un ravin marécageux proche de l´église, et le prêtre ne trouve son salut que dans la fuite. « Le bruit estoit sy grand que l´on eust dit que la soulle eust esté jettée. » Une note signale que « les hopitaulx en ce pays et duché de Bretagne par cy davant ayant esté mal administrez. » Outre la mauvaise administration des établissements, il convient d´admettre la mauvaise formation des médecins, un certain Pierre Brunet, à Merdrignac dans les années 1630, prétend à une douteuse double profession de « chirurgien et de médecin mesme » . Pourtant le dit Brunet grâce à une pratique jugée satisfaisante, est au bout de 20 ans d´expérience considéré comme un expert. Bien souvent les diagnostiques sont approximatifs, untel malade est isolé « pour cause de maladie extraordinaire. » ou encore « atteint d´une maladye incognue aux médecins. » Parfois, on suppose que « les pauvres sont « mallades par la nécessité et incommoditez qu´ilz endure à cause de la disette notoire des bledz, manquement de nourriture que de loyer et couvert, vestements d´habitz, et dont les maladyes peuvent augmenter par les chaleurs de l´esté qui est proche, et se rendre contagieuse ».

Références documentaires

Bibliographie
  • COUFFON, R. Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier. Saint-Brieuc : Les Presses Bretonnes, 5 vol., 1939-1941.

  • Http://www.racines-en-sevignac.fr/epidemie_famines.htm.