Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Chapelle (Porz an Park)

Dossier IA22016980 réalisé en 2011

Fiche

Á rapprocher de

Visible depuis la route nationale n°12, entre Belle-île-en-Terre et Plounérin, la chapelle de Porz an Park suscite des interrogations en raison de ses formes architecturales originales dans le paysage breton.

Appellations Chapelle de Porz an Park
Dénominations chapelle
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Plouaret
Adresse Commune : Plounévez-Moëdec
Lieu-dit : Porz an Park

Cette chapelle, dépendant du château homonyme reconstruit en 1875 par Louis Antoine Jules de Kersauson puis transformé en couvent au 20e siècle, a été construite entre mars 1934 et le 27 mars 1935, date de sa bénédiction, par les architectes Auguste et Yvon Courcoux pour la communauté des religieuses des Saints-Coeurs-de-Jésus-et-de-Marie. Elle remplace un ancien oratoire. La communauté des religieuses des Saints-Coeurs-de-Jésus-et-de-Marie a été fondée en 1821 à Saint-Quay-Portrieux par Marie Thérèse Auffray ; c’est une congrégation diocésaine de spiritualité eudiste.

L´édifice s´inscrit dans le courant du néoroman italien. Pour Philippe Bonnet, historien de l´art, "Les connotations idéologiques sont en revanche explicites à la chapelle de Porz-an-Parc [...]" et de citer un extrait de "La Semaine religieuse du diocèse de Saint-Brieuc" de 1935 : "Quelques personnes ont paru étonnées de voir, dominant notre chapelle, un campanile qui rappelle ceux de la campagne romaine ; nous n´avons pas voulu faire concurrence à la tour de dentelle si bretonne de notre église de Plounévez, car nous aimons et vénérons notre église-mère et puis, si nous sommes catholiques Bretons - le granit partout employé le prouve - nous sommes avant tout et par-dessus tout catholiques romains, et notre tour le dira à tous les échos". C´est aussi un symbole de la modernité avec l´utilisation de matériaux nouveaux : "sous un habillage romano-byzantin, l´ossature est en ciment armé. Lors de la consécration, l´évêque « félicite en particulier la Révérende Mère Supérieure qui a voulu être de son temps et a su être assez hardie pour adopter des plans qui souvent ont pu la dérouter et peut-être même parfois la déconcerter, elle reçoit aujourd’hui la récompense de sa hardiesse et de sa confiance".

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1934, daté par travaux historiques
1935, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Courcoux Auguste, architecte,
Auteur : Yvon Courcoux, architecte,
Auteur : Bouleau Charles, peintre, attribution par source

La chapelle adopte un plan centré et quatre arcs en béton armé se coupent à angle droit. René Couffon décrit la chapelle ainsi : "Intéressant édifice moderne, en forme de croix avec choeur à déambulatoire et lanterne octogonale au centre" (Répertoire des Eglises et Chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier).

Yvon Kerurien, historien de Plounévez-Moëdec (Le clocher de mon village, 1991), précise : "Tous les fidèles peuvent voir l´autel sans qu´aucun pilier ne s´y oppose. La chaire est bien en vue, au travers des verrières du transept fortement teintées de rouge, de jaune et de violet traversées à flot par la lumière, tandis que dans le déambulatoire un bleu profond et mystérieux domine. L´ensemble est agréable, tout en conservant un cachet de recueillement". Les fresques, réalisées sur enduit frais, sont de Charles Bouleau, élève de Paul Baudouin représentent : les quatre évangélistes ; les huit béatitudes ; les quatorze stations du chemin de croix ; un Christ en majesté au dessus de l´autel et deux inscriptions en latin : "COR JESUS SACRATISSIMUM MISERERE NOBIS [« Cœur très saint de Jésus, ayez pitié de nous »]" et "COR MARIAE IMMACULATUM, ORA PRO NOBIS [« Cœur immaculé de Marie, priez pour nous »].

Visible depuis la route nationale 12 qui relie Paris à Brest, la chapelle de Porz an Park est un marqueur essentiel de la commune de Plounévez-Moëdec. Son architecture atypique, d´inspiration romano-byzantine est remarquable au niveau du territoire du Schéma de cohérence territoriale du Trégor. "Quoique élément d´un ensemble plus vaste, la chapelle de la congrégation des Soeurs des Saints Coeurs de Marie et de Jésus retient plus particulièrement l´attention. Expression du renouveau de l´architecture religieuse de l´entre deux-guerre, cette église romano-byzantine à campanile, d´une "modernité raisonnable" peut-être rapprochée d´autres oeuvres - celle de René Menard à Nantes mais aussi celle de Dom Bellot à Commines (Nord) pour ne citer que deux exemples. Son programme décoratif et son mobilier interieure répondent parfaitement à la volonté de l´architecte (qui se situe dans le droit fil de la pensée de Dom Bellot) d´associer à son oeuvre une communauté d´artistes de son temps".

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler

Annexes

  • 20112206073NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor

Références documentaires

Bibliographie
  • COUFFON, René. Répertoire des Eglises et Chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier. Saint-Brieuc, Les Presses Bretonnes, 1939-1947, 779 p.

    p. 387
  • KERURIEN, Yvon, Le clocher de mon village à Plounévez-Moëdec, tome 1, Imprimerie Henry Perdenec, 1991.

Périodiques
  • BONNET, Philippe. "Églises du 20e siècle en Bretagne de la loi de séparation à Vatican II (1905-1962)". Bibliothèque de l´École des chartes, t. 163, 2005, p. 79-116.