Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Chantiers ostréicoles sur la commune d'Etel

Dossier IA56002311 réalisé en 2005

Fiche

Aires d'études Ria d'Etel
Dénominations installation aquicole
Adresse Commune : Etel
Cadastre : 2005

L'élevage des huîtres se développe en rivière d'Etel à partir des années 1890. A l'instar de celles du golfe du Morbihan, ces exploitations profitent du développement des voies de commercialisations et en particulier du chemin de fer. L'élevage de l'huître plate en rivière d'Etel est complété à la fin des années 1940, par celle de l'huître creuse d'origine portugaise. Après l'épizootie de 1970, les ostréiculteurs introduisent dans leurs parcs, l'huître creuse japonaise. Outre le chantier encore en exploitation, deux anciens chantiers, non documentés, ont été reconnus. Le premier identifié par une photographie du début des années 1960 (fig 1), était situé au nord de la Corderie ; il n'en reste rien. Du second, aménagé dans l'anse du Sach, ne subsiste que la maison (fig 2), intégrée à la propriété de la maison de retraite. Aujourd'hui il n'existe qu'un seul chantier ostréicole sur le territoire de la commune, établissement fondé vers 1905 à la pointe de la Garenne.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 20e siècle

Les chantiers ostreïcoles sont des concessions sur le DPM développées au nord de la commune. Ils se composent de bâtiments d'exploitation comprenant aire de conditionnement avant expédition et bureau, d'une maison réservée à l'exploitant ou au gardien, et d'infrastructures diverses aménagées sur des terre-pleins : cales, bassins de stockage. Un chantier repéré : celui de la pointe de la Garenne.

Décompte des œuvres repéré 1
étudié 0

Annexes

  • 20045604523NUCB : Archives départementales du Morbihan, 5Fi.

Références documentaires

Bibliographie
  • Le Patrimoine des Communes, le Morbihan. Paris : Flohic. Editions, 1996, 2 t. (Collection Le Patrimoine des Communes de France). Les textes et notices concernant Etel ont été rédigés par l'association Autrefois Etel et le musée des Thoniers.

    p. 159