Logo ={0} - Retour à l'accueil

Cercle militaire puis pensionnat et patronage de la Tour d'Auvergne, actuellement maison de la T. A, 47 et 49 boulevard de La-Tour d'Auvergne (Rennes)

Dossier IA35023769 inclus dans Ancienne avenue Napoléon III, actuellement boulevard La-Tour-d'Auvergne (Rennes) réalisé en 1996
Destinationscercle, pensionnat, centre aéré
Parties constituantes non étudiéeschapelle, boutique, salle des fêtes, cinéma, gymnase, garage, stade, cité
Dénominationscercle, pensionnat
Aire d'étude et cantonRennes ville - Rennes ville
AdresseCommune : Rennes
Adresse : 47 et 49 boulevard de
La-Tour d'Auvergne
Cadastre : 1980 BT 452, 454, 455, 436 à 438

Selon G. Huet, l'école de la Tour-d'Auvergne ouverte en 1881 dans l'ancien cercle militaire mis à sa disposition par le Dr Regnault. Les terrains sont acquis en 1885. Trois classes sont construites en 1895, une maison et une chapelle l'année suivante. La maison d'habitation permet de loger les frères qui enseignent dans l'école de la rue du Manège. L'ensemble est bénit en 1896 par Mgr Labouré. L'école est agrandie d'un patronage comprenant une salle des fêtes, construite en 1897 et une chapelle dédiée à la Sainte Famille, agrandies en 1900 de salles d'étude et de dessin et d'un préau servant de salle de gymnastique. Le patronage fait l'acquisition de prairies, rue Leguen-de-Kérangal, pour y aménager un stade et des pistes d'athlétisme. L'établissement fermé en 1904 rouvre ses portes l'année suivante, avec une autorisation municipale. En 1936, une partie des élèves rejoint la nouvelle école Saint-Joseph, construite dans le quartier de Villeneuve. Les bombardements de 1944 détruisent une partie de l'école et du patronnage mitoyen, construit à l'est. L'établissement scolaire est alors transféré rue de la Santé, dans l'ancien hospice des Incurables. Les archives communales conservent les plans de plusieurs phases de travaux. Une salle de patronage est construite en 1896 par l'entrepreneur Charles Rallé, agrandie d'une extension, en 1898 puis d'un logement en 1899, également construit par l'entrepreneur. Une salle de gymnastique est construite, en 1935, sur les plans de l'architecte Louis Chouinard, qui est également l'auteur de la transformation de l'ancienne salle de patronage en salle de cinéma (construction d'une tribune et d'une cabine pour l'opérateur), réalisés en 1933, par l'entrepreneur Richier. Le descriptif joint à la demande de permis de construire indique que la salle de cinéma dispose de 435 places en parterre et 177 places dans la corbeille. Elle est surélevée en 1938 et la façade sur le boulevard est reconstruite en 1947. L'architecte Louis Chouinard est également l'auteur des plans de la chapelle (1950) et d'une nouvelle salle de sport, construite en 1968.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1896, daté par source
1898, daté par source
1933, daté par source
1935, daté par source
1936, daté par source
1938, daté par source
1947, daté par source
1968, daté par source
Auteur(s)Auteur : Rallé Charles entrepreneur attribution par source
Auteur : Chouinard Louis architecte attribution par source
Auteur : Richier entrepreneur attribution par source

Edifice construit en parcelle d'angle traversante. A l'ouest, bordant le boulevard La-Tour-d'Auvergne, deux corps de bâtiments (fig. 1) en moellons de schiste masqués par un enduit en façade sur rue et couverts d'ardoises, sont implantés à l'alignement de la voie. Un corps de bâtiment de 3 étages carrés à 7 travées, couvert d'un toit à quatre pans, s'appuie sur un corps de bâtiment de 2 étages carrés et étage de comble à 3 travées, dont le rez-de-chaussée est actuellement occupé par un café. Une cheminée-fenêtre surmontée d'une niche abritant une statue est placée au centre de la façade. Ce premier bâtiment est muni d'un passage latéral traversant qui donne accès à une cour. Une porte bâtarde centrée donne accès à un vestibule mais deux ouvertures de même taille (actuelles fenêtres) pourraient avoir été des portes supplémentaires. Cette première cour est fermée à l'est par un corps de bâtiment en rez-de-chaussée ouvert de larges fenêtres hautes. Un corps de bâtiment à 1 étage carré sur rez-de-chaussée surélevé, construit en moellons de schiste, est accolé à l'est, ouvrant sur une seconde cour (fig. 3). A l'ouest de cette seconde cour s'élèvent un corps de bâtiment à 1 étage carré et étage de comble sur rez-de-chaussée surélevé, bordant le passage Du-Couëdic (fig. 4), et la chapelle ouvrant sur la même voie, tous deux construits en béton précontraint avec ossature en béton armé et couverts d'ardoises. Au nord de cette seconde cour se trouve un corps de bâtiment à deux étages carrés sur rez-de-chaussée surélevé, construit en maçonnerie (masquée par un enduit) formant remplissage d'une ossature en béton armé et couverte d'un toit terrasse.

Mursschiste
enduit
enduit
moellon
béton armé
béton précontraint
Toitardoise
Étages2 étages carrés, étage de comble, 3 étages carrés, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. C. Rennes. Permis de construire ; 748 W 14. Passage Du-Couëdic.

  • A. C. Rennes. Voirie ; 100 W 3. Alignements : autorisations de construire.

    (juillet 1898)
  • A. C. Rennes. Voirie ; 100 W 4. Alignements : autorisations de construire.

    (novembre 1899)
  • A. C. Rennes. Voirie ; 100 W 1. Alignements : autorisations de construire.

    (août 1896)
Bibliographie
  • LESACHER, Alain-François, Les écoles rennaises. Joué-les-Tours : Alan Sutton éditions, 1997.

    p. 29-30
  • HUET, G. La paroisse de Toussaints de Rennes. Rennes : imprimerie Les Nouvelles, 1960.

    p. 134-135 ; 150-156 ; 161-162