Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Carte marine du "Grand Banc"

Dossier IM22004861 réalisé en 2005

Fiche

Dénominations carte
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Pléneuf-Val-André
Adresse Commune : Erquy
Lieu-dit : Tu-es-Roc

Carte marine de l'océan Atlantique Nord, datée de 1950, extraite du SHOM, représentant le Grand Banc de Terre-Neuve et la route suivie par les navire de grande pêche du littoral français à Terre-Neuve, annotée par Raymond Pays, pendant ses campagnes à Terre-Neuve, à bord d'un chalutier à vapeur vers 1950, par 52° N (nord) et 44° W (ouest).

Période(s) Principale : 1ère moitié 20e siècle
Dates 1950

Carte marine en papier, gravée. Mesures : environ 100 cm de long sur 70 cm de large.

Catégories estampe
Matériaux papier
Précision dimensions

l = 100 ; la = 70

Précision état de conservation

En bon état.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée

Annexes

  • Témoignage oral de Raymond Pays sur la Grande Pêche à Terre-Neuve en 1950 (extrait)  :

    En 1950, Raymond Pays faisait campagne à Terre-Neuve à bord d'un chalutier à vapeur (700 cv vapeur, avec une machine alternative). La traversée qui passait par les Açores, durait environ 40 à 50 jours, et la campagne 11 mois sur le Grand Banc, par 52 °Nord et 44° Ouest. La principale difficulté à l'aller était de pouvoir quitter la Manche avec des vents souvent contraires. L'expression employée était "enmanchés" pour signifier que les navires enmanchaient, étaient toujours en Manche. Le vapeur faisait escale à Saint-Jean-de-Terre-Neuve pour se ravitailler en charbon et à l'île aux pêcheurs, appelée "l'île aux chiens". L'appât constitué de bulots était pêché avec une coudrette à bord des doris. Ces doris étaient manoeuvrés aux avirons par deux pêcheurs, et parfois à la voile, aux vents portants : le patron et l'avant de doris. Le patron devait savoir bien "corvoyer", c'est à dire bien gouverner son embarcation sur les têtes des lames en particulier par vent arrière. Il s'agissait de savoir "pommeyer" un bateau à la voile. Chaque doris disposait d'un compas avec une rose des vents, divisée en 32 quarts (les marins n'utilisaienb pas les degrés) pour se diriger à partir du moment où il avait quitter le navire, dans tellle direction, selon un tirage au sort quotidien.

Références documentaires

Documents audio
  • PRIGENT, Guy. Témoignage oral de Raymond Pays. Erquy, juillet 2005.

    Témoignage audio de Raymond Pays