Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Capitainerie de Brest : ensemble fortifié

Dossier IA29001820 inclus dans Ville-port de Brest réalisé en 2002

Fiche

Œuvres contenues

Dénominations ensemble fortifié
Aire d'étude et canton Bretagne Nord
Adresse Commune : Brest

Depuis la fin du 16ème siècle, les milices garde-côtes assuraient la défense des côtes de France contre les descentes ennemies en assurant le guet de la mer. Les populations littorales et insulaires étaient enrégimentées pour surveiller perpétuellement une portion de la côte proche de leur paroisse. Le littoral breton était divisé en capitaineries sous l´autorité d´un capitaine général. « La capitainerie était une subdivision territoriale utilisée pour la milice garde-côtes, intermédiaire entre l´évêché - considéré comme circonscription administrative et non uniquement ecclésiastique - et la paroisse - de laquelle les communes ont repris les attributions administratives. » En 1756, le duc d'Aiguillon souhaitant transformer la milice garde-côtes a divisé le littoral breton en vingt capitaineries d'un bataillon chacune ; c´est sur cette division du littoral que nous nous baserons pour fixer les limites géographiques des capitaineries. Notre étude sur les fortifications des côtes du Nord Finistère et des Côtes-d´Armor ne comprend que les paroisses - communes - littorales des capitaineries.

Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Statut de la propriété propriété publique
propriété privée
Intérêt de l'œuvre vestiges de guerre

Annexes

  • Vauban à Brest

    "A Brest, Vauban inspecta les travaux en cours qui, jusqu´en 1682, étaient supervisés par l´ingénieur Pierre de Sainte-Colombe : il corrigea le tracé de l´enceinte côté Recouvrance, rédigea un projet détaillé de modernisation du château et compléta l´équipement portuaire ; son principal souci était la défense du goulet.

    Il établit un système de batteries côtières côtés Léon et Cornouaille dont le croisement des feux devait protéger l´entrée ; il reprit les tentatives de fondation d´ouvrage sur le rocher du Mengant au milieu du goulet, en dépit de sont scepticisme.

    Il envisagea également la défense des deux rades de Bertheaume et de Camaret. En été 1685, il inspecta les travaux en compagnie de Seignelay ; il s´intéressa à la défense avancée de Brest en partant visiter l´île d´Ouessant pour laquelle il fit le projet d´un port. Il visita aussi la côte Nord jusqu´au Conquet en repérant les mouillages et en prescrivant des batteries. Sa crainte était la prise à revers de Brest. Il s´intéressa beaucoup au petit port de l´Aber Wrac´h où il se rendit fin août.

    Lors de son retour en 1689, il réduisit son projet, faute de crédits, à une batterie à établir sur l´îlot de Cézon. A Brest, il déplora la lenteur des travaux concernant surtout la défense du goulet et de la rade" (Nicole Salat, préface de L´oeuvre de Vauban en Bretagne de B. Hulin).

    Batteries de campagne ordonnées par Vauban en 1694

    "Les batteries seront composées de terres, fascines et gazon avec de vieux bordages de vaisseaux en guise de plates-formes réparties sur les deux rives du goulet.

    Les parapets seront de terre non pierreuse et de fascines à parement de gazon.

    Les embrasures auront 9 pieds d´ouverture extérieure.

    Les parapets seront de 12 à 16 pieds d´épaisseur.

    L´espace d´une embouchure à l´autre sera de 12 pieds.

    Les plates-formes auront au moins 24 pieds de large et deux pieds d´épaisseur.

    Toutes les découvertes des embrasures seront égales.

    Près des batteries, et en un lieu où le canon des ennemis ne puisse faire craindre, on approfondira des trous dans la terre pour y mettre les pièces à couvert. Derrière et au plus près de chaque batterie, on fera un bâtiment de 8 toises de long et de 3 et demie de large divisé en trois parties : un petit magasin pour la poudre, un hangar pour mettre bragues, palans et armements des pièces à couvert, et un corps de garde.

    Les murs des bâtiments et des magasins seront de moellon de 2 pieds d´épaisseur.

    Chaque pièce comportera une porte et une fenêtre. Les cheminées seront faites à l´ordinaire. La charpente de la couverture sera légère. La couverture sera de chaume, de planches ou d´ardoises. les batteries et les bâtiments seront fermés par des retranchements de terre battue gazonnés ou plaqués et très bien fascinés.

    Les parapets auront 7 pieds et demi de haut et 6 d´épaisseur.

    Le retranchement sera palissadé en demi-fraise sur la berme qui sera d´1 pied de large et le tout environné d´un fossé de 19 pieds de large.

    On pourra se servir de mortier de terre si nécessaire.

    La figure des retranchements aussi bien que des batteries sera toujours assujettie à celle de la situation, en observant de bien épauler les batteries et de disposer d´assez d´espace".

    Pour des raisons de temps et d´argent, je ne propose pas de bâtiments solides. On fera des huttes pour les soldats et les canonniers. Les officiers pourront loger dans les corps de garde (Génie, Article 8, section 1, Brest, carton 1, n° 22 ; Génie F°33 g f°377 et ss)".

    En juillet 1695, Vauban expliquait le choix stratégique auquel l´avait conduit la configuration du littoral, l´étendue sans fin des côtes et le grand nombre de descentes : "S´agissant de la défense de cette longue et immense côte de Brest qui a plus de 160 lieues de circuit et des moyens possibles de la fortifier contre les descentes, je n´en trouverais pas de plus praticable que de faire retrancher toutes celles où l´ennemi pourrait mettre à terre et d´en distribuer la garde aux milices garde-côtes du pays et aux arrière-bans soutenus de quelques cavaliers et dragons de troupes réglées, postées en différents endroits à portée des lieux les plus dangereux. Ce qui fut observé avec beaucoup plus de précision aux environs de Saint-Malo et de Brest que partout ailleurs" (Archives Nationales : Fonds Rosanbo : 155 Mi 19 dossier 3, f° 12).

    15 juillet 1695 : mémoire adressé au Roi par Vauban. "Etat général des troupes campées en différents quartiers des environs de Brest tant de terre que de mer, y compris celle du ban et les milices des capitaineries garde-côtes contenues dans les six évêchés qui s´étendent le long de la côte depuis la rivière du Couësnon, près d´Avranches, jusqu´à celle de Quimperlé, et ce non compris la garnison, les troupes et milices de Saint-Malo.

    S´agissant des capitaineries garde-côtes, elles sont composées d´un certain nombre de paroisses voisines de la côte, qui ont chacune leur capitaine particulier, un lieutenant et un enseigne. Les capitaines garde-côtes sont comme les officiers généraux des capitaineries, tous gens de qualité du pays, demeurant sur les lieux, de 8 000 à 25 000 livres de rente, qui y servent actuellement, hors le marquis de Nevet, qui est représenté par un lieutenant.

    Il y a beaucoup de capitaines qui sont gentilshommes et, encore plus, qui sont des paysans. Tous les subalternes le sont, ce qui les rend presque inutiles, n´ayant point de service d´ailleurs ni rien qui les rendent recommandables au-dessus des autres ; ils en sont beaucoup méprisés. Il y a une telle paroisse qui pourrait mettre jusqu´à 700 ou 800 hommes sous les armes, s´ils en avaient, qui n´a qu´un capitaine et un lieutenant, qui, étant paysans, n´en peut guère tirer service. En un mot, cette milice est sur un très mauvais pied, peu obéissante et très ignorante dans toutes les fonctions militaires, y ayant très peu de gens qui aient servi. On pourrait la rendre excellente et très capable de bien garder les côtes de ce pays et de secourir les places en augmentant le nombre de ses officiers et n´y admettant que des gentilshommes (Archives Nationales, fonds Rosanbo : 155 Mi 66 dossier n° 1, p. 2 ; Génie F° 33 g f° 525 à 533)".

  • Inventaire du patrimoine militaire de la rade de Brest

    (C. Garreta, B. Le Moen sous la direction de A. Marinos et sous la conduite méthodologique de la Direction du Patrimoine : "Mission Patrimoine et Villes", 1993-1995)

    1. Ile de l´Aber : éperon barré, batterie, réduit.

    2. Motte de Rozan.

    3. Postolonnec : batterie, réduit.

    4. Le Menhir.

    5. Rulinanec : batterie, réduit.

    6. Morgat, pointe du Kador : batterie, réduit.

    7. Men Coz : ruines de Rostudel.

    8. Saint-Nicolas.

    9. Cap de la Chèvre : batterie, monument, sémaphore.

    10. Lost Marc´h : éperon barré.

    11. Kerbonn : Batterie, mur de l´Atlantique. 11 b. Pointe de Pen Hir : monument des F.F.L.

    12. Pointe du Toulinguet : batterie, fort, sémaphore.

    13. Le Grand Gouin : batteries.

    14. Le Petit Gouin : batterie, réduit.

    15. Camaret, Tour Vauban : batterie, tour.

    16. Pointe de Sainte-Barbe : batterie.

    17. La Mort aux anglais : batterie.

    18. Trez Rouz : retranchement.

    19. Quélern : lignes.

    20. Quélern : réduit.

    21. Trémet : batterie.

    22. Ilôt du Diable : batterie.

    23. La Fraternité : four à chaux, batterie, réduit.

    24. Keraguennec : batterie, monument du 19 septembre 1944.

    25. Ilôt des Capucins : batterie, fort.

    26. Pointe des Capucins : batterie.

    27. Kerviniou : batterie.

    28. Cornouailles : fort (tour modèle) 1813.

    29. Pointe de Cornouailles : batterie.

    30. Beaufort : batterie.

    31. Pointe Robert : batterie, réduit.

    32. Le Stiff : batterie.

    33. Le Pourjoint : batterie.

    34. Pointe des Espagnols : batterie, fort.

    35. Pont Scorf : batterie.

    36. Roscanvel : batterie, fort.

    37. Caserne Sourdis .

    38. Ile aux Morts : poudrière.

    39. Ile de Tréberon : lazaret.

    40. Ile longue : retranchement (détruit).

    41. Pointe de l´île Longue : batterie, fort (détruit).

    42. Pointe de Lanvéoc : batterie, fort.

    43. Landaoudec : réduit.

    44. Trémaidic : batterie.

    45. Crozon : fort.

    46. Ile Ronde : batterie.

    47. Pointe de l´Armorique : batterie, fort.

    48. Pointe du Corbeau : batterie, fort.

    49. Brest : citadelle, forts de ceinture, batterie.

    50. Pointe du Portzic : batterie, fort.

    51. Pointe du Dellec : batterie.

    52. Pointe du Dellec : fort.

    53. Kerdalaëz : batterie.

    54. Le Mengant : batterie, fort.

    55. Le Mengant : batterie.

    56. Quillihouarn : batterie.

    57. Pointe du Minou : batterie, fort, phare, sémaphore.

    58. Toulbroc´h : batterie, fort, caserne.

    59. Neiz Vran : corps de garde, tour (ruinée).

    60. Bertheaume, pointe et rocher : batteries, fort.

    61. Pointe de Créac´h Meur : batterie, caserne, sémaphore.

    62. Les Rospects : batterie.

    63. Pointe Saint-Mathieu : batterie, réduit.

    64. Keringar : batterie.

    65. Pointe du Renard : batterie, réduit.

    66. Pointe de Kermorvan : batteries, fort, phare.

    67. L´Ilette : batterie, fort.

    68. Blancs Sablons : redoute.

    69. Blancs Sablons : redoute intermédiaire.

    70. Blancs Sablons : fort Saint-Louis.

    71. Blancs Sablons : redoute Nord.

    72. L´îlien Sud : batterie.

    73. L´îlien Nord : fort.

  • Tableau des plans, profils et projets des batteries de Brest (1681-1704)

    PETER (J), préface de Jean Meyer, Vauban et Brest. Dossier. Une stratégie modèle de défense portuaire, 1683-1704, Paris, Economica et Institut de Stratégie Comparée, 1998, 320 p.

    (Sources : Service Historique de la Marine, Vincennes, Collection Nivart : Ms 144 ; Génie F° 33 g tome 2 ; Génie, article 8, section 1, Brest carton n° 1 ; Bibliothèque Nationale, Département des cartes et plans, Brest)

    1681, Mollart : Rocher du Mengant.

    1681, Mollart : Batterie de Cornouaille.

    1684 : La Bellevue : Batterie de Léon.

    1er octobre 1684, Mollart : Château du Mengant (pour 1685).

    1er novembre 1684, Mollart : Batterie de Léon (pour 1685).

    1er décembre 1684, Mollart : Batterie de Cornouaille (en construction).

    1685, Petit : Batterie de Léon.

    1686, Mollart : Batterie de Cornouaille (pour 1687).

    1686, Petit : Batterie de Léon.

    24 août 1686, Mollart : Batterie basse de Léon (40 embrasures).

    1687, Mollart : Batterie de Léon.

    1689, Vauban : Isthme de Quélern.

    3 mars 1689, Vauban : Retranchements et redoute de la presqu´île de Quélern.

    1692 : Batteries de Léon et de Cornouaille.

    1692, Bouridal : Plans de la batterie de la pointe des Espagnols et de la tour Saint-Mathieu.

    1693, Mollart : Plan des batteries du port de Camaret et projet du fort de Camaret.

    24 avril 1693, Mollart : Batterie de la pointe de Portzic (28 canons).

    1694, Vauban : Retranchement de la presqu´île de Roscanvel "redoute et batterie du Minou" batterie haute et basse de la pointe des Espagnols.

    1er mars 1694, Mollart (approuvé par Vauban) : Batterie de la pointe de Corsen (11 embrasures) de l´île de Kermorvan (9 plate-formes) de la pointe du Renard (10 plate-formes) de la rade de Porsmoguer.

    23 avril 1694, Vauban : Fort de Roscanvel.

    15 juillet 1695, Vauban : Fort et batterie de l´île longue Batterie du Portzic Fort et château ou batterie du Mengant Batterie de la pointe des Espagnols et du Minou.

    28 octobre 1695, - : Batteries du Minou, du Mengant, de Guiny, de Néven, de Portzic, du Capucin, de Cornouaille, de Beaufort, de Kerviniou et de la pointe des Espagnols.

    23 janvier 1696, Mollart (paraphé par Vauban) : Batterie de la pointe du Minou (11 embrasures) Batterie de Léon (projet d´un important fort bastionné).

    24 janvier 1696, Traverse : Batterie de Cornouaille (projet commencé par Vauban) Batterie basse de la pointe des Espagnols (8 plate-formes de faites) Pointe du Capucin (26 plate-formes prévues).

    27 janvier 1696, Traverse : Fort et retranchement de Roscanvel Redoute et batterie de Camaret.

    27 février 1696, Traverse (projet revu par Vauban) : Batterie de la pointe des Capucins.

    30 novembre 1696, Mollart : Batterie de Léon (pour 1697) (projet d´ouvrage couronné).

    10 janvier 1699, Traverse : Fort de Roscanvel (pour 1699).

    1699, Mollart : Plan de la batterie du Mengant.

    Fin 17e siècle, Musinot : Fort de Bertheaume.

    Fin 17e siècle, Du Mée : Batterie de la pointe des espagnols Batterie de Portzic (27 embrasures).

    Juillet 1700, Traverse : batteries de la rade de Brest Batterie de la pointe des Espagnols (deuxième projet et front bastionné).

    12 décembre 1700, Traverse : Batterie de la pointe des Espagnols (batterie de Vauban).

    14 novembre 1701, Mollart : Batteries de Léon (haute et basse).

    1701, Mollart (approuvé par Vauban) : Plan de la batterie de Néven.

    1702, Mollart : retranchement de l´isthme de Quélern (presqu´île de Roscanvel).

    Août 1704, Traverse : Roscanvel.

  • 20082910477NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de la Marine, SHDMD07001917_P.

    20082908858NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de la Marine, SHDMD07001860_P.

    20082908856NUC : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de la Marine, SHDMD07001891_P.

    20082908857NUC : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de la Marine, SHDMD07001892_P.

    20082908859NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de la Marine, SHDMD07001862_P.

    20082908860NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de la Marine, SHDMD07001885_P.

    20082910473NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de la Marine, SHDMD07001850_P.

    20082910474NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de la Marine, SHDMD07001858_P.

    20082910475NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de la Marine, SHDMD07001859_P.

    20082910476NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de la Marine, SHDMD07001863_P.

    20082908861NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de la Marine, SHDMD07001897_P.

    20082910472NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de la Marine, SHDMD07001849_P.

    20062907445NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes

    20062907446NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes

    20062907447NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes

    20032902622NUCA : Bibliothèque nationale, Paris

    19792900487XB : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre

    19792900491X : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre

    19792900492X : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre

    20042903740NUCA : Bibliothèque nationale, Paris, BNF Richelieu Estampes et photographie Rés. Ve-26l-Fol. Destailleur Province, t. 7, n. 1587. microfilm A031744. Notice n° : FRBNF38645497.

    19832900732PB : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre

    19832900754PB : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre

    19862902795NUC : Archives Départementales, Finistère

    20062904092NUCA : Archives Départementales, Finistère

    20062904091NUCA : Archives Départementales, Finistère

    20062904048NUCA : Archives Départementales, Finistère

    20062904064NUCA : Archives Départementales, Finistère

    20062904061NUCA : Archives Départementales, Finistère

    20062904062NUCA : Archives Départementales, Finistère

    20062904063NUCA : Archives Départementales, Finistère

    20062904036NUCA : Archives Départementales, Finistère

    20062904034NUCA : Archives Départementales, Finistère

    20062904037NUCA : Archives Départementales, Finistère

    20062904038NUCA : Archives Départementales, Finistère

    20062904039NUCA : Archives Départementales, Finistère

    20062904030NUCA : Archives Départementales, Finistère

    20062904000NUCA : Archives Départementales, Finistère

    20062904001NUCA : Archives Départementales, Finistère

    19862901685X : Archives Départementales, Finistère

    20062903991NUCA : Archives Départementales, Finistère

Références documentaires

Documents d'archives
  • Service Historique de l´Armée de Terre, Château de Vincennes. Archives du Génie. Article 4 : Frontières de France, Section 2 : Frontières maritimes. Paragraphe 3 : Côtes de Bretagne depuis la rivière de Couësnon jusqu´à la baie de Bourgneuf (4 cartons, 1683-1831). Carton 1 : Fortifications de Bretagne, 1683-1759. Pièce n° 1 : 1683. Instruction particulière des batteries de la côte vis à vis du Mengant (fort du Léon) et premièrement de celle qui doit être faite du côté du Léon par Vauban. Pièce n° 4 : 11 juillet 1692. Sur la batterie de Cornouaille par Bouridal. Pièce n° 6 : 1693. Carte de la rade et du goulet de Brest avec les batteries qui en défendent l´entrée et les descentes par Bouridal (Document en mauvais état). Pièce n° 7 : 17 mai 1693. Carte des ouvrages d´une partie du goulet de Brest : pointe des Espagnols, île Longue, Camaret, pointe du Toulinguet par Traverse. Pièce n° 8 : 1693. Plan de la côte des environs du Conquet avec des retranchements pour empêcher les descentes par Renan. Pièce n° 9 : 23 avril 1694. Devis des batteries des environs de la rade de Brest, du goulet, de ses abords, et des retranchements du Conquet, ou sont distinguées les permanentes ou celles qui doivent toujours subsister, des passagères ou celles de campagne qui ne sont proposées que pour un temps. Etat des batteries de la rade de Brest, du goulet, de Camaret et de Douarnenez faites et à faire avec toutes les pièces qui sont dans les batteries et celles qui y sont encore nécessaires et leur calibre. Etat des batteries de la rade de Brest, du goulet, Bertheaume, du Conquet, d´Aber-Wrac´h faites et à faire avec toutes les pièces qui sont dans les batteries et celles qui y sont encore nécessaires avec les calibres de celles qui y sont et celles qu´il y faut par Vauban. Plan des hangars, magasins à poudres, et corps de garde nécessaires aux batteries de campagne des environs de la rade de Brest et du goulet. Profil pour servir aux retranchements des batteries. Profil des retranchements de la côte par Vauban. Pièce n° 10 : 9 mai 1694. Plan du goulet de Brest ou sont représentés le gisement des côtes, les passes des navires, la situation et figure des batteries qui en défendent l´entrée par Vauban. (Trajectoires des tirs de canons mentionnées, à l´est de la batterie de Cornouaille, la batterie de Beaufort, vestiges). Mai 1694. Projet d´un fort proposé sur la presqu´île des Espagnols à côté du goulet de Brest par Vauban. Pièce n° 11 : 5 septembre 1695. Profils des batteries de la pointe des Espagnols à Brest. Plan de la batterie de la pointe des Espagnols à Brest par Vauban. Pièce n° 12 : 23 janvier 1696. Profils des retranchements du Portzic. Plans des batteries et retranchements du Portzic (fort dans sa totalité) par Mollart et approuvé par Vauban. 27 janvier 1696. Profil du nouveau parapet proposé pour la batterie de Camaret. Profil de la batterie proposée sur le rocher isolé de la pointe du Capucin à l´entrée du goulet par Traverse et annoté par Vauban. Pièce n° 14 : 24 juillet 1696. Sur le fanal de Saint-Mathieu. Pièce n° 19 : Sur les feux d´Ouessant et Saint-Mathieu. Pièce n° 24 : cartes des capitaineries garde-côtes de Bretagne. 1734, copie en mai 1735 : Carte de la capitainerie garde-côte de Brest (la 13ème) par monsieur de Quergadiou fils. Elle s´étend de la rivière de Landerneau à l´Aber Benoît. Sont numérotés 34 édifices fortifiés : corps de garde, forts et batteries avec une table des renvois. Pièce n° 25 : Avril 1734. Mémoire sur les entreprises que les ennemis pourraient faire sur plusieurs places maritimes de Bretagne : Brest, Belle-Ile, Houat et Hoëdic, Port-Louis, Port de l´Orient, Concarneau par Dumains. Pièce n° 26 : Avril 1734. Mémoire sur les entreprises que les ennemis pourraient faire sur plusieurs places maritimes de Bretagne : Brest, Belle-Ile, Houat et Hoëdic, Port-Louis, Port de l´Orient, Concarneau, château du Taureau par Dumains. "Les longs intervalles des côtes de Bretagne d´un poste à l´autre depuis la Normandie jusqu´en Poitou ont des corps de garde sur toutes les pointes qui peuvent se répondre par des feux. Pour découvrir les vaisseaux qui arrivent, toutes les anses et descentes sont bordées de retranchements effacées et de petites batteries ruinées qui ne sont pas comprise dans mon mémoire d´estimation parce qu´elles n´ont pas été faites aux frais du Roi mais par corvées de la province. Si l´on prévoyait une guerre prochaine avec les Anglais, il ne faudrait pas plus d´un mois pour les rétablir [...] quoi qu'ils ne peuvent être que mal gardés et d´une petite défense ne pouvant prévoir où les ennemis débarqueront à l´improviste qui pourront faire des courses dans un pays ouvert, brûler quelques petites villes et villages sans oser s´avancer dans la crainte d´être enveloppés et sûres d´être chargés dans le rembarquement s´ils demeurent à terre plus de deux fois vingt-quatre heures [...] ". Pièce n° 28 : 1742. Corps de garde et batteries depuis la baie de Douarnenez jusqu´à Morlaix. Pièce n° 30 : 1744. Mémoire sur les batteries de la côte de Léon jusqu´au château du Taureau. Description, armement. Mémoire sur les batteries de la côte de Cornouaille jusqu´à l´entrée de la rivière de Bénodet par Bigot de Moroguet. Description, armement. Pièce n° 41 : 1747. Batteries des côtes de Bretagne de Brest à Cancale avec leur armement. Batteries des côtes de Bretagne de Brest à Bourgneuf avec leur armement. Batteries des îles Nord et Sud de la côte. Environ 80 batteries du fort du Mengant à l´île des Hébihens. Description de chaque batterie et de leur situation stratégique. Tableau d´état des batteries de canons et mortiers dans toute la côte de Bretagne (Mémoire essentiel à faire dupliquer). Pièce n° 46 : 1755. Défense des côtes de Bretagne par le duc d´Aiguillon.

    p.
  • Collection Nivart. MS144_210. Plan du goulet et de la rade de Brest avec les batteries qui défendent l´entrée et les descentes. Ordre de mouillage de la flotte royale. Sign. J. Bertignon. 1692. Envoyé par M. le comte d'Estrées.Plan, support papier, 0,914 x 0,595 mètre, 4e quart 17e siècle, 1692.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : SHDMD07001862_P
  • Collection Nivart. MS144_226. Plan d'une batterie de mortier du Goulet de Brest, avec un état des batteries de mortier qui défendent cette rade. Sign. Desclouzeaux. 2 janvier 1693.Plan, support papier, 0,608 x 0,456 mètre, 4e quart 17e siècle, 2 janvier 1693.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : SHDMD07001885_P
  • Bibliothèque du Génie, F° 33g. Carte.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes
Bibliographie
  • Région de Brest BARROS (M.), "La batterie de mortier de 30 cm de Toulbroch à Brest" in Fortifications et Patrimoine, Paris, Bulletin de l´Association Le Mur, 2001, p. 258-285.

  • BARROS (M.) - CHAZETTE (A.), "Les batteries du Minou à Brest" in Fortifications et Patrimoine, Paris, Bulletin de l´Association Le Mur, 2001, p. 180-191.

  • BESSELIEVRE (J.-Y.), "Les travaux de fortification de Brest à la fin du XVIIIe siècle, 1776-1784", mémoire de Maîtrise d´Histoire moderne de l´université de Bretagne Occidentale, sous la dir. de Fanch Roudaut, Brest, 1996.

  • BESSELIEVRE (J.-Y.), Le camp retranché de Saint-Pierre, 1776-1784, Brest, Centre de Ressources Bretonnes et Celtiques, 1998, n. p.

  • BESSELIEVRE (J.-Y.), "Les bombardements de Brest (1940-1944)", Revue Historique des Armées, n° 2, 1998, p. 97-108.

  • BESSELIEVRE (J.-Y.), "La défense passive en France 1930-1944 : L´exemple de Brest", Revue Historique des Armées, n° 4, 1998, p. 97-104.

  • BOULAIRE (A.), "Brest et la marine royale de 1660 à 1790", thèse de doctorat, Histoire : Paris 4, sous la dir. de Jean Meyer, 1988, 1762 p. (AM BREST, BU CAEN (Lettres), BUR2 : TRMF/88/PA 04/OO63, CRBC : M-04608, CRHISCO : MD 0027, SHM BREST : Th 1988/1).

  • CHAURIS (L.), "Pierres et fortifications en région brestoise", Cahiers de l´Iroise, n° 179, 1998, p. 55-65.

  • CLOITRE (M.-T.), Brest et la mer. 1848-1874, Brest, Centre de ressources bretonnes et celtiques, 1992, 333 p.

  • CLOITRE (M.-T.), "Première préfecture maritime et Marseille de l´Océan (1848-1870)" in Histoire de Brest, sous la dir. de M.-T. Cloître, Brest, Centre de ressources bretonnes et celtiques, 2000, p. 157-178.

  • CORRE (O.), "Les Hommes et la préparation de la guerre d'Amérique dans l'Arsenal de Brest (1774-1778)", diplôme d´études approfondies, Histoire : Rennes 2, sous la dir. de Lespagnol, 1996, 208 p. (CRHISCO : TH 267).

  • COUDURIER (l.), Brest et ses environs, De Brest au Conquet par le chemin de fer électrique, Brest, 1904, 336 p. (CRBC : D 5167).

  • CROS (B.), "La pierre contre la voile", Vauban et ses successeurs dans les ports du Ponant et du Levant : Brest et Toulon, Paris, Association Vauban, 2000, p. 51-66.

  • DIASCORN (L.), "La Destruction de la ville de Brest de juin 1940 à août 1944 et la mise en place de la politique de protection des populations civiles face au danger aérien", mémoire de maîtrise, Histoire : Brest, sous la dir. de Le Gallo, 1983, 65 p. (AM BREST, CRBC : M-03071, CRHISCO : MH 0919).

  • DURAND (R.), "La défense de Brest sous le Consulat", Annales de Bretagne et des Pays de l´Ouest, 31, 4, 1916, p. 522-527.

  • DURAND (P.), "Conception de la défense de Brest avant la Révolution", Cahiers de l´Iroise, n° 2, 1972, p. 114-124.

  • FATH (S.), "Aspects de la vie de la Marine à Brest de 1763 à 1776", mémoire de maîtrise, Histoire : Brest, 1983. (CRBC : M-02972, SHM BREST : Mem 1983/1, SHM LORIENT : LO-TH-130).

  • GROSSIN, "Notes sur la position fortifiée de Pen-Ledan", Bulletin de la Société Académique de Brest, 2, XXV, 195, 1899-1900.

  • GOACHET, Plougonvelin, Le Conquet, Saint-Mathieu, s. réf., Centre de Ressources Bretonnes et Celtiques.

  • GUIHON DE GRANDPONT, "Les intendants de la Marine au port de Brest", Bulletin de la Société Académique de Brest, 2, XV, 93, 1889-1890.

  • GURY (J.), "Le fort de Montbarey", Mémoire de la Société d´Histoire et d´Archéologie de Bretagne, 1992, p. 467-468.

  • HALLEGOUET (F.), "Les rochers de Plougastel, légende bretonne", Bulletin de la Société Académique de Brest, 2, IV, p. 353, 1876-1877.

  • HELIAS (Ch.), "Le Port de Brest pendant la guerre d'indépendance américaine (1778-1783)", mémoire de maîtrise, Histoire : Brest, sous la dir. de Bernard Tanguy, 1992, 207 p. (CRBC : M-05386).

  • HELLWINKEL (L.), "Brest : base navale de la Kriegsmarine (1940-1944)", Mémoire de maîtrise, Histoire : Brest, sous la dir. de Christian Bougeard, 2000, 122 p. (AM BREST, CRBC : M-07722, SHM BREST : Mem 2000/3, SHM LORIENT : LO-TH-140).

  • HENWOOD (P.), "L'arsenal de Brest", Ar Men, n° 120, avril 2001, p. 2-9.

  • KERNEIS (A.), "Trois anciens plans de Brest", Bulletin de la Société Académique de Brest, 2, XV, 159, 1889-1890.

  • LE GALLO (Y.), "Convulsions : à la recherche d´un équilibre (1870-1918)" in Histoire de Brest, sous la dir. de M.-T. Cloître, Brest, Centre de ressources bretonnes et celtiques, 2000, p. 179-208.

  • LEVOT (P.), "Participation du 2ème arrondissement maritime à la guerre de 1870-1871 ; les marins aux armées", Bulletin de la Société Académique de Brest, 2, I, 1, 1873-1874.

  • MINGANT (C.), "La vie des Brestois dans une ville détruite de 1944 à 1947", mémoire de maîtrise, Histoire : Brest, sous la dir. de Christian Bougeard, 2000, 104 p. (CRBC : M-07866).

  • MOAL (M.), "L'Arsenal de Brest", mémoire de maîtrise, Histoire : Brest, 1976. (SHM BREST : Mem 1976/1).

  • PETER (J.), Le port et l´arsenal de Brest sous Louis XIV, Paris, 1998.

  • PETER (J), préface de Jean Meyer, Vauban et Brest. Dossier. Une stratégie modèle de défense portuaire, 1683-1704, Paris, Economica et Institut de Stratégie Comparée, 1998, 320 p.

  • PERROT (A.), "Brest : vie économique et sociale (1918-1929) , mémoire de maîtrise, Histoire : Brest, sous la dir. de Le Gallo, 1977, 206 p. (CRBC : M-02073).

  • POSTIC (Y.), "L'Occupation allemande à Brest de 1940 à 1942 : les rapports occupants-occupés ou l'impact des opérations militaires sur l'opinion publique", mémoire de maîtrise, Histoire : Brest, sous la dir. de Christian Bougeard, 1996, 166 p. (CRBC : M-06695).

  • REBERAC (F.), "Artillerie côtière. Le désarmement des batteries de rupture casematées du goulet de Brest en 1915 et 1917 (1ère partie)", Fortifications et Patrimoine, n° 11, juillet 1999, p. 36-44.

  • REBERAC (F.), "Artillerie côtière. Le désarmement des batteries de rupture casematées du goulet de Brest en 1915 et 1917 (2ème partie)", Fortifications et Patrimoine, n° 12, octobre 1999, p. 13-17.

  • REUSSNER (A.), L´envers d´une grande guerre, Les fortifications de Brest entre 1776 et 1783, s. réf., Centre de Ressources Bretonnes et Celtiques, Brest.

  • ROGER (P.), "Le Blocus du port militaire de Brest par les Anglais de la fin du 17e à 1815", diplôme d´études approfondies, Histoire : Nantes, sous la dir. de Nouailhat - Vigarié, 1993, 96 p. (CRHMA : MD82).

  • PETER (J), préface de Jean Meyer, Vauban et Brest. Dossier. Une stratégie modèle de défense portuaire, 1683-1704, Paris, Economica et Institut de Stratégie Comparée, 1998, 320 p. Le rocher du Mengant (projet de fort à la mer) "En raison de sa position exceptionnelle et de sa situation qui le rendait quasiment inaccessible, le rocher du Mengant exerça une réelle fascination sur les ingénieurs qui tous révèrent d´y édifier une fortification. Il était vrai que la position du rocher du Mengant était idéale et n´était à nulle autre pareille. Parmi les premiers mémoires sur le Mengant figura celui de François Ferry, ingénieur au port de Rochefort, du 6 avril 1680. Le 10 mai 1681, Seignelay écrivait : "La batterie à faire sur le Mengant est des plus nécessaires, puisqu´elle fait de la rade de Brest un port dans lequel les vaisseaux entreront en toute sécurité. Si la rade était fermée par une batterie sur le Mengant, aucun vaisseau ne pourrait y entrer. Le rocher qui est placé directement au milieu du passage est distant des terres des deux côtés de 500 à 600 toises". Le 15 octobre, selon le plan de Pierre de Sainte-Colombe, ingénieur au port de Brest, l´installation d´une batterie sur le rocher, qui comporterait notamment 1200 toises cubes à maçonner à 150 livres la toise cube, coûterait 228 225 livres. En 1683, Vauban écrivait : "C´est un lieu extrêmement battu des flots, toutes les fois qu´il y a un peu de mer, dans les temps les plus calmes sont des courants qui ne sont guère moins rapides que ceux du Rhône sur le pont Saint-Esprit. Après y avoir bien songé de toutes les façons, je n´y trouve que des difficultés presque insurmontables". Le 30 avril, Vauban nuançait son avis : "A propos du Mengant sur lequel j´ai été deux fois, c´est une dépense considérable, mais pas impossible". Le 8 mai, Vauban adressait à Seignelay, qui rêvait de fortifier le rocher du Mengant, un projet d´aménagement. De nombreux plans ne manquèrent pas d´être établis par la suite, qui ne furent pas réalisés". Les batteries de Néven (pointe du Diable) et de Guiny (située entre les forts du Minou et du Mengant au lieu-dit Coatibouch Selon le mémoire de Vauban du 15 juillet 1695, "il y a encore deux petites batteries dans les côtés du goulet, l´une de six pièces appelée de Néven et l´autre de cinq appelée de Guiny (E). Leur canon n´est que de 18 livres. Celles-ci, quoique bien situées, ont trop peu de capacité et ont été faites à la hâte par M. de Bercy. Leurs épaulements ont six pieds d´épais de maçonnerie de moellon à mortier de terre. Elles n'ont ni magasin ni corps de garde qui vaillent et ne sont pas fermées par les derrières. On pourra les augmenter du double et les fortifier, mais c´est un ouvrage de dépense et à faire en temps de paix. Je compte faire faire le remuement de terres de ces ouvrages par les matelots, et le gazonnage aux dépens de votre Majesté ou du pays". En septembre, Vauban estimait que la batterie de Néven pouvait être augmentée de dix à douze pièces de canon. En septembre 1699, Vauban écrivait : "La batterie de Guiny est fermée. On peut y mettre un invalide, sa femme et leurs enfants. S´il se trouve qu´ils veuillent bien y demeurer, on mettra son canon sur le ventre, la lumière en bas avec un tampon dans la bouche". S´agissant de la batterie de Néven, "il convient de faire la même garde qu´à celle de Guiny". Les batteries en projet "En septembre 1699, Vauban préconisait un certain nombre de disposition concernant la garde des sites en voie ou en cours d´équipement. "L´île Cézon, dans Aber Wrac´h, demande un commandant avec une garde de dix hommes, un sergent et un canonnier qui dans les besoins sera aidé par les soldats de la garde. Le poste est important jusqu´à ce qu´on ait construit un fort plus considérable sur l´île de Croix, quoique ce port soit sauvage et de peu de réputation. Il ne laisse pas d´être fort fréquenté de ceux qui s´y réfugient dans les mêmes temps et quand ils craignent les corsaires comme étant un lieu très sûr quand on y est entré... Le Conquet serait assez propre à faire la résidence de quelque vieille officier marin à qui l´on donnerait inspection sur toutes les redoutes et batteries qu´on y a faites. Il faudrait mettre une garde de 12 hommes avec un sergent qui obéirait à cet officier aussi bien que les canonniers qui serviront de concierges... Il faudrait bâtir un lieu sûr dans l´île Ouessant pour pouvoir au besoin y mettre une garde de trois hommes avec une batterie et de quoi faire des signaux... Il faut mettre le canon de la pointe de Kerviniou et du Capucin sur le ventre, le retourner et fermer son corps de garde et charger le commandant de la batterie de Cornouaille, de la visite tous les jours une fois... Au bas de la pointe du Capucin, il y a un rocher détaché capable d´une batterie de 24 pièces qui croiseraient sur l´entrée du goulet et sur celle de la rade de Camaret qui serait là très bien placée et aisée à bâtir... Il est nécessaire d´accommoder la batterie du Trémet de même que celle de Kerviniou.

    p. 273, 275, 281-282
  • Le Conquet, plage des Blancs Sablons DELECLUZE (E.), "Défense du Conquet en 1624-1625", Bulletin de la Société Académique de Brest, 2, IX, 127, 1883-1884, 1884-1885.

  • GURY (J.), "Raids anglais sur le Conquet", Les cahiers de l´Iroise, 1973, p. 252-253.

  • OLIER (F.), "Le Conquet, garnison du bout du monde, La vie militaire au Conquet au XVIIIème siècle", Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, tome CXV, 196, p. 287-314.

  • Pointe Saint-Mathieu LEVOT (P.), "L´abbaye de Saint-Mathieu de Fine-Terre ou de Saint-Mathieu", Bulletin de la Société Académique de Brest, 1, VIII, 315, 1872-1873.

  • MICHEA (H.) - Association "les Amis de Saint-Mathieu", "L´abbaye de Saint-Mathieu, la mer, la guerre, la ville XIIIème-XIVème siècles", in Saint-Mathieu de Fine-Terre à travers les âges, Actes du colloque du 22 et 23 septembre 1994, Actes réunis et publiés par Bernard Tanguy et Marie-Claire Cloître, Centre de Ressources Bretonnes et Celtiques et Amis de Saint-Mathieu, 1995, p.193-208.

  • VURSCHELLER (H.), "La pointe Saint-Mathieu", Bulletin de la Société Académique de Brest, 2, XIV, 333, 1888-1889. Saint-Mathieu de Fine-Terre à travers les âges, Actes du colloque du 22 et 23 septembre 1994, Actes réunis et publiés par Bernard Tanguy et Marie-Claire Cloître, Centre de Ressources Bretonnes et Celtiques et Amis de Saint-Mathieu, 1995, 356 p.

Périodiques
  • BESSELIEVRE (J.-Y.), "La redoute de Guestel-Bras - Histoire d'une fortification", Bulletin de la société archéologique du Finistère, 1999, tome CXXVIII, 2000, p. 189-206. (" Remarquablement conservée, la redoute de Guestel-Bras, près de Brest, offre un point de vue unique sur la fortification de la fin du 18e siècle. Partie intégrante de la défense du port du Ponant, elle fut édifiée lors de la guerre d'indépendance américaine. Des archives nombreuses et riches éclairent son rôle, sa conception et surtout sa construction qui dura près de sept ans").

  • PHILIPPAR (G.), "Vauban et son oeuvre à Brest", Société d´éditions géographiques maritimes et coloniales, Paris, 1934, 26 p. (Texte d´une conférence de 1933).

  • TABURET (G.), "Vauban au Conquet", Les cahiers de l´Iroise, 1956, 2, p. 12-17.

(c) Inventaire général (c) Inventaire général ; (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne - Lécuillier Guillaume