Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Calvaire, Le Saint-Esprit (Léhon fusionnée en Dinan en 2018)

Dossier IA22018102 réalisé en 2013

Fiche

Croix remarquable de la fin du 14e siècle ou du début du 15e siècle. Son iconographie est intéressante par le regroupement synthétique de thèmes. La sculpture érodée et restaurée par endroits, ne permet plus de reconnaitre tous les personnages. Comme le signale Marc Décenneux, dans la Bretagne des enclos et calvaires , « l’ensemble laisse l’impression déroutante d’une pensée religieuse savante mais quelque peu inaccessible : la correspondance numérique entre la figuration de la Trinité et le socle triangulaire, la mise en relation avec la Vierge couronnée au ciel et de sainte Marguerite, image de pureté récompensée par la gloire de la vie éternelle, montrent qu’une conception théologique élaborée a présidé à l’organisation de l’iconographie ».

Dénominations calvaire
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Dinan
Adresse : avenue du Saint Esprit
Précisions commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Léhon

Situé à un croisement de voies anciennes, il était placé à proximité de la chapelle détruite.

La tradition attribue la construction du calvaire au duc de Lancastre qui campait avec son armée anglaise sur le plateau de la Haye, lors du siège de Dinan en 1357. Il apparait plus probable que son érection soit liée à la fondation de la chapelle Notre Dame et Saint Martin en 1340. Le style s’apparente aux sculptures et composition du 14e siècle, mais le calvaire peut-être une œuvre plus tardive du début du 15e siècle. Comme pour le calvaire de Saint Maudez, sa silhouette présente le contraste d’un socle très architecturé et d’un long fût polygonal lisse terminé par une bague moulurée sur laquelle repose une croix historiée, protégée par un dais.

Les trois contreforts étaient surmontés avant la Révolution de trois statues : saint Malo, saint Samson et saint Magloire qui ont été remplacées par un fronton trilobé au 19e siècle.

Il a été déplacé en 1974 pour faciliter la circulation.

Période(s) Principale : 14e siècle
Secondaire : 19e siècle
Secondaire : 20e siècle

Composition

L’assise triangulaire reçoit un socle gothique hexagonal, décoré de gâbles et contreforté de petits arcs boutants dont les culées sont ornées d’animaux. Le fût monolithique et lisse de la croix de très grande hauteur, plus de trois mètres, est surmonté d’une croix historiée surmontée d’un dais gothique.

Iconographie

Déplacement du calvaire et réorientation.

Face : Représentation de la Trinité : le Père, le Fils et le Saint Esprit. Les bras de Dieu soutiennent la traverse de la croix. A gauche et à droite de la croix figurait une Annonciation.

Revers : De multiples interprétations ont été proposées pour son iconographie qui est divisée en deux registres. Dans le registre supérieur, la scène du couronnement de la Vierge a été identifiée, malgré le gestuel inhabituel de Jésus. Pour le registre inférieur plusieurs thèmes iconographiques ont été avancés, pour beaucoup d’auteurs il s’agirait d’une représentation des rois mages. Cette hypothèse apparait peu convaincante car uniquement deux personnages sont bien lisibles. Il pourrait s’agir de la représentation de deux saintes femmes : Marguerite qui selon la légende fut avalée par un monstre dont elle transperça miraculeusement le ventre pour en sortir indemne au moyen d’une croix et Barbe représentée debout avec une tour. La tour était souvent représentée avec trois fenêtres en référence à son adoration pour la Sainte Trinité. Ces deux saintes sont souvent associées par leur vœu commun de chasteté.

A droite: Une Vierge debout tenant son enfant par lebras gauche.

A gauche : non lisible

Les trois contreforts étaient surmontés avant la Révolution de trois statues : saint Malo, saint Samson et saint Magloire qui ont été remplacées par un fronton trilobé.

Murs granite pierre de taille
Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections classé MH, 1907/07/13
Précisions sur la protection

Classement par arrêté du 13 juillet 1907.

Références documentaires

Bibliographie
  • PICARDA Françoise. Léhon entre Rêve et Rance. Maury imprimeur : Léhon, 1997.

  • DECENNEUX Marc, MINGANT Daniel. La Bretagne des enclos et des calvaires.Rennes : Editions Ouest-France, Edilarge, 2001.

  • FOUERE-MACE Mathurin, Le Prieuré Royal de Saint-Magloire de Léhon, H. Caillière, Rennes, 1892, p.290-299.

  • DURAND Gildas. Naissance du grand calvaire monumental breton en pays de Dinan : le Saint-Esprit en Léhon. In : Le Pays de Dinan, Dinan au Moyen Age, 1986.

Liens web