Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Calice

Dossier IM29005071 réalisé en 1971

Fiche

Dossiers de synthèse

Le calice de Locronan passe à juste titre pour avoir été donné par le duc François II et la duchesse Marguerite de Foix. Cette tradition rapportée par les anciens auteurs et reprise par René Couffon, se fonde sur l'existence d'un écu armorié aux armes d´alliance des deux souverains, aujourd'hui disparu, enchâssé sur le dessus du pied, à l'opposé du petit calvaire dans une cavité en tiers point renversé. Les boutons du noeud, gravés et émaillés d´un semis d'hermines, qui correspond aux armes pleines de Bretagne, confirment cette attribution, de même que la qualité de l'objet que son style situe parfaitement dans le dernier quart du XVe siècle. Le pied sans ressaut, à six lobes en accolade, dont la tranche est finement ajourée en orbevoie, la silhouette de la tige amincie de la base jusqu'à la coupe, le profil de cette dernière, largement évasé, appartiennent pleinement au style de la fin du XVe siècle. La forme du pied est comparable à celle du calice de Sibiril, de la deuxième moitié du XVe siècle, les boutons carrés posés sur la pointe, dans la tradition du XIVe siècle, se retrouvent sur le calice de Larré, mais le noeud à six niches abritant des figurines d'apôtres, relève d'un formalisme nouveau qui n´apparaît guère qu dans le dernier tiers du siècle. Les légers crénelages qui surlignent le sommet du pied et apparaissent derrière les gâbles des niches, les fins contreforts, les corps de moulures au profil nerveux, les orbevoies du noeud et les petites arcatures du sommet de la tige, rehaussés de gravure, témoignent d'une exécution extrêmement soignée dans les détails, de même que le culot de la coupe à six feuilles découpées, repoussées et appliquées.

Cette pièce d'un haut niveau de qualité présente en outre le grand intérêt de ses deux poinçons insculpés sur la coupe. Celui d'abord à l'hermine passante surmontée de l'initiale R qui signale la communauté de Rennes, le plus ancien connu pour cette ville, avec entre les pattes la lettre-date C, qui révèle comme sur les plus anciens poinçons de Nantes, l´emploi d´un alphabet dès le XVe siècle et celui d'autre part de l'orfèvre aux initiales A et M reliées par une cordelière ou un lacet à glands. Avec une quasi certitude ce dernier poinçon peut être attribué à l'orfèvre Alain Maillart, signalé à Rennes comme "orfèvre doridier" exerçant dans la deuxième moitié du XVe siècle, et dont on trouve trace dans les comptes des miseurs de cette ville autour de 1480. La commande faite à cet orfèvre en 1484, de « réparer, brunir et dorer des flacons d'argent » pour l'entrée de François d'Avaugour à Rennes prend tout son intérêt si l'on observe que ce prince n'était autre que le fils naturel du duc François II, lequel passe pour être le commanditaire avec la duchesse du calice de Locronan. Au bas de ce même acte de 1484, la signature en toutes lettres de l´orfèvre est accompagnée d´un paraphe qui reprend le principe des deux initiales A et M réunies par un lacet ornemental. Cette coïncidence troublante jette un éclairage nouveau sur la relation entre les signatures des plus anciens orfèvres et leurs poinçons.

Une patène également en argent doré est traditionnellement associée à ce calice. La représentation de saint Renan gravée en son centre l'y rattache naturellement et fonctionnellement. Toutefois, la forme du phylactère qui entoure le dessin et surtout la graphie en capitales romaines et non gothiques ne peuvent guère la faire remonter avant le début du XVIe siècle. Sa ressemblance avec des oeuvres similaires contemporaines dues à des orfèvres de Quimper permettrait de l´attribuer à un des nombreux ateliers de cette ville.

Dénominations calice
Aire d'étude et canton Haute-Bretagne - Châteaulin
Adresse Commune : Locronan
Emplacement dans l'édifice sacristie

Calice du 4e quart du 15e siècle, exécuté à Rennes par l'orfèvre Alain Maillart mentionné dans les archives de la ville aux alentours de 1480. Selon René Couffon, un écu émaillé disparu à l'arrière du pied, portait les armes du duc François II et de la duchesse Marguerite de Foix, commanditaires et donateurs de l'objet. La patène plus tardive, du premier quart du XVIe siècle, traditionnellement associée à ce calice, a fait l'objet d'une notice séparée.

Période(s) Principale : 4e quart 15e siècle
Lieu d'exécution Édifice ou site : Bretagne, 35, Rennes
Auteur(s) Auteur : Maillart Alain, orfèvre
Personnalité : Montfort François de,
François de Montfort

Duc de Bretagne


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire

Pied à six lobes en accolade, sans ressaut. Base de la tige à six pans avec arcatures abritant des figuriens d'apôtres. Nœud orné de boutons carrés posés sur la pointe. Noeud et personnages fondus ; pied et coupe repoussés ; languettes du pied à la tige rabattues et soudées ; bordure du pied estampée ; sommet de la tige gravée ; boutons du noeud gravés et émaillés.

Catégories orfèvrerie
Structures pied, polylobé
Matériaux argent, repoussé, ciselé, ajouré, estampage, doré, gravé, fondu, émail
Précision dimensions

h = 24 ; pds = 760. Pied : l = 19 ; coupe : d = 12,5.

Iconographies Calvaire, Les Apôtres
Précision représentations

Les apôtres : saint Pierre, saint André, saint Jude, saint Paul, saint Jacques, saint Barthélémy.

Inscriptions & marques poinçon de maître
poinçon de ville
armoiries
Précision inscriptions

Poinçons (sur le haut de la coupe) : poinçon de ville : hermine passante, lettre C entre les pattes, au dessus, lettre R, communauté de Rennes ; poinçon de maître : lettres minuscules gothiques A et M, séparées par un lacet dont le noeud est en forme de coeur, maitre Alain Maillart. Armoiries (sur les boutons carrés du noeud) : un semis d'hermine, famille ducale de Bretagne.

États conservations manque
Précision état de conservation

L'écu armorié a disparu.

Pièce majeure du dernier quart du XVe siècle, portant le plus ancien exemple connu du poinçon de communauté de Rennes .

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1906/11/24

Références documentaires

Bibliographie
  • Couffon R., Le Bars A. Nouveau répertoire des églises et chapelles du diocèse de Quimper et de Léon. 2ème éd. - Quimper : association diocésaine, 1988.