Logo ={0} - Retour à l'accueil

Fiche

Á rapprocher de

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiéespont, tunnel, voie ferrée, maison, garage de réparation automobile
Dénominationsboulevard
Aire d'étude et cantonRennes ville - Rennes ville
AdresseCommune : Rennes
Adresse : boulevard Villebois-Mareuil

Ancien chemin de petite communication n° 40, reliant le boulevard de Saint-Méen (actuel boulevard de Strasbourg) au cimetière de l'Est, dont l'ouverture est votée en 1887. Le raccordement avec la route de la Guerche (actuelle rue de Châteaugiron) est voté en 1888. Une délibération du conseil municipal, en 1896, indique que le projet de la ligne du tramway départemental de Rennes à Châteaugiron qui doit emprunter le boulevard, est tributaire de la construction de la voie qui n'est toujours pas effectuée. La construction de la voie est votée en 1897. L'entrepreneur Jules Hogrel est adjudicataire des travaux en 1898. La dénomination de la voie est votée en 1900. Deux ponts et deux viaducs permettent le franchissement du canal du Gué-de-Baud et de la Vilaine, et des voies de chemin de fer. Un premier viaduc, dont la largeur est fixée à 4 m, est construit en 1897, pour le franchissement de la voie ferrée Paris-Brest. L'ouverture de la ligne Rennes-Châteaubriant entraîne la construction d'un second viaduc, en 1909, dont la largeur, fixée à 6 m par la compagnie des Chemins de fer de l'Etat, est portée à 10 m, à la demande de la ville. L'élargissement du premier viaduc fait l'objet de pourparlers entre la compagnie, le département et la ville, qui n'ont pas abouti. En 1929, la ville vote sa participation aux travaux d'élargissement à 10 m, en raison du danger qu'il présente pour la circulation. La voie, construite en plusieurs tranches, a trois largeurs différentes, qui doivent être normalisées par les nouveaux alignements définis en 1949. Le projet coûteux ne sera pas réalisé. Aménagement au niveau du cimetière, intersection avec l'avenue du Cimetière de l'Est (actuelle avenue Monseigneur-Mouëzy).

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Dates1887, daté par source
1930, daté par source
1949, daté par source
Auteur(s)Auteur : Hogrel Jules entrepreneur attribution par source
Personnalité : Ville de Rennes commanditaire attribution par source
Typologiesréseau de jonction
Statut de la propriétépropriété publique

Annexes

  • Délibération du Conseil Municipal du 23 mai 1930 (A. C. Rennes 1 O 199)

    "Le pont du chemin de fer de la ligne Paris-Brest, dit de la Motte-Baril, sur le chemin vicinal ordinaire n° 40 de Rennes (boulevard Villebois-Mareuil) a une largeur de 4 mètres sur une longueur de 18 m 35.

    L'établissement sur ce chemin de la ligne des tramways départementaux de Rennes à La Guerche avec embranchement sur le Grand-Fougeray rend le passage difficile sous cet ouvrage, et par suite de l'extension de la ville de Rennes et du développement de l'automobile, la circulation y devient de plus en plus dangereuse.".

  • Délibération du Conseil Municipal : séance du 14 décembre 1949. Voirie urbaine. Boulevard Villebois-Mareuil. Projet de modification des alignements. Déclaration d'utilité publique.

    "Les dispositions générales figurant au plan directeur d'Urbanisme pris en considération tendent à décongestionner la circulation dans les voies du centre de l'agglomération et dans les anciennes voies radiales de pénétration, en canalisant la circulation de transit par les voies de circonvolution de la périphérie. C'est pour cette raison que les voies de circonvolution doivent être améliorées (largeur, visibilité, etc.) et complétées s'il y a lieu.

    Dans la partie sud-est de la ville, la création d'une voie nouvelle joignant la rue de Vern (les Hautes-Ourmes) à la rue de Châteaugiron (carrefour du boulevard Léon-Bourgeois), doit ramener sur le boulevard Villebois-Mareuil toute la circulation de transit en provenance des routes nationales n° 163 (Vern) et 163 bis (Châteaugiron) et à destination des routes nationales 164 bis (Loudéac), 12 (Saint-Brieuc), 137 (Dinan, Saint-Malo, Dol), 776 (Antrain, Mont-Saint-Michel, Avranches).

    Par ailleurs la succession des boulevards Georges-Clémenceau, Emile-Combes, Franklin-Roosevelt et Léon-Bourgeois doit également constituer une rocade facile pour la circulation de transit en provenance de Nantes ou Redon et à destination des routes nationales n° 12 (Vitré, Le Mans, Paris), 177 (Fougères) et 776 (Antrain, Avranches).

    Le boulevard Villebois-Mareuil est donc appelé à devenir, à brève échéance, une rocade intra-muros supportant une circulation intense et lourde, et ce, d'autant plus qu'il donne accès à la zone industrielle de Baud.

    Que la largeur des diverses sections de ce boulevard soit de 15 ou 20 mètres, les deux passages délicats sont actuellement :

    1° - le passage souterrain sous les voies SNCF ;

    2° - le manque de visibilité du virage situé au sud du placis d'entrée du cimetière de l'Est.

    C'est pourquoi le plan d'urbanisme prévoit, à cet endroit, une opération de détail destinée à améliorer cette visibilité et, par conséquent, la sécurité et la commodité de la circulation.

    Le présent projet a donc pour but la détermination urgente et commode des alignements destiné à permettre les améliorations envisagées.

    Cette détermination est urgente, car les terrains intéressés, fort heureusement, ne sont pas encore bâtis ou clos solidement. Elle est commode car les emprises prévues ne grèvent pas les propriétés riveraines de servitudes exorbitantes. De plus, une fois les acquisitions réalisées, un travail de voirie peu onéreux sera de réalisation immédiate.

    Les alignements figurant au plan joint au dossier comportent principalement :

    1° - un pan coupé symétrique de 5 mètres de longueur à l'entrée de l'avenue du Cimetière de l'Est (rive sud) ;

    2° - un élargissement de 2 mètres de profondeur, de la section de voie longeant la partie sud du placis ;

    3° - un raccordement circulaire de 50 mètres de rayon de l'alignement précédent à celui actuel du boulevard Villebois-Mareuil (rive ouest).".

  • Délibération du Conseil Municipal du 22 juin 1950

    "La solution qui consisterait à prendre l'élargissement sur la rive est aurait l'inconvénient d'augmenter la dissymétrie entre les espaces libres à l'entrée du cimetière, mais, en raison de l'encombrement de plus en plus grand lors de certaines cérémonies, il est vraisemblable que ces espaces devront être aménagées (sic) en parc à brève échéance et l'argument perdrait de sa valeur.

    Il est certain que si le boulevard Villebois-Mareuil avait été construit en une seule fois, on n'aurait pas prévu trois largeurs différentes et réduit celle-ci dans la partie la plus dangereuse.

    Nous pensons qu'il conviendrait de maintenir l'alignement actuel à l'ouest, en prévoyant le raccordement circulaire de 50 m de rayon qui ne soulève pas de réclamation et l'élargir à l'est en prévoyant, si possible, un sens unique.

    [...]

    Il doit être mentionné, d'autre part, que les dispositions initiales du projet favoriseront la circulation giratoire des cars automobiles des T. E. R. autour du terre-plein sud du placis.".

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. C. Rennes. Série O ; 1 O 198. Boulevard Villebois-Mareuil.

  • A. C. Rennes. Série O ; 1 O 199. Boulevard Villebois-Mareuil.