Logo ={0} - Retour à l'accueil

Bornes géodésiques de Goariva (Plougras)

Dossier IA22016897 réalisé en 2010

Situé à 314 mètres au-dessus du niveau de la mer, le site de Goariva à Plougras offre un remarquable panorama sur le Trégor, la Cornouaille et les Monts d’Arrée. A cet endroit furent implantées deux bornes géodésiques dont l’une en 1736 - ornée d'une fleur de lys - pour servir de point de repère lors de l’établissement de la carte du royaume de France par César-François Cassini (carte publiée en 1744). La seconde borne dite Topographische Punkt a été implantée par les géomètres de l'armée allemande durant la seconde guerre mondiale. En 2003, ce site a été choisi pour installer huit éoliennes qui semblent faire écho au moulin à vent qui dominait autrefois Menez Goariva.

Dénominationsborne
Aire d'étude et cantonSchéma de cohérence territoriale du Trégor - Plouaret
AdresseCommune : Plougras
Lieu-dit : Goariva

Menez Goariva à Plougras, littéralement la "montagne du théâtre", le "lieu où l’on joue du théâtre" ["c’hoari", le jeu] culmine à 314 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le cadastre de 1834 figure à son sommet un moulin à vent (parcelle n° 633) et un bâtiment (parcelle n° 630), tous deux ruinés comme le suggère les pointillés. Le moulin à vent - décrit comme totalement ruiné en 1853 - aurait appartenu aux moines de l’abbaye de Bégard avant la Révolution. A 300 mètres au sud du point culminant se situe le hameau de Goariva composé de trois logis de ferme selon le recensement du patrimoine de 2010.

Ce point culminant a été choisi en 1736 pour servir de point de repère géodésique lors de l’établissement de la carte du royaume de France par César-François Cassini (1714-1784) dit Cassini de Thury et Giovanni Domenico Maraldi (1709-1788), membres de l'Académie royale des Sciences. Le "signal de Gouariva [Goariva]" figure ainsi sur la "Nouvelle carte qui comprend les principaux triangles qui servent de fondement à la Description géométrique de la France" publiée en 1744.

Cette borne géodésique dite de Cassini fonctionnait par triangulation :

- avec le clocher de Plougasnou et le signal de Toussaine [sic] à la chapelle de Saint-Michel de Brasparts à Saint-Rivoal (sommet à 381 mètres d’altitude) ;

- avec le clocher de Plougasnou et le clocher de Ploumilliau ;

- avec le clocher de Ploumilliau et le signal de la chapelle Saint-Hervé du Méné Bré à Pédernnec (sommet à 302 mètres d’altitude) ;

Cette première borne géodésique, ornée d’une fleur de lys, a été réimplantée en 2012 (voir son état lors du recensement en 2010). La borne a été déplacée (elle avait été photographiée dans la parcelle n° 247 du nouveau cadastre). On ignore cependant pourquoi cette borne a été édifiée alors même qu’existait sur le site un moulin à vent pouvant servir de point de repère. Dès 1805, sept des quinze points géodésiques situés dans le département - dont celui de Goariva - sont détruits selon le géomètre en chef. Les "mire et borne" du Mont Goariva sont pourtant mentionnées en 1832 dans la Nouvelle description géométrique de la France.

Une seconde borne est fichée dans un massif de béton : cette dernière porte les lettres "TP" sur sa face sud pour Topographische Punkt, "point topographique" en allemand. Elle a été implantée par des géomètres de l’armée allemande durant la seconde guerre mondiale.

En raison du caractère venté du site, un parc éolien a été implanté en 2003 à Roc´h C´hlas – Goariva (huit éoliennes Jeumont de 46 mètres de hauteur et de 48 mètres de diamètre de pale soit une puissance totale de 6 Mégawatt). C’est le premier site éolien créé dans le département des Côtes-d´Armor. Un mât de mesure du vent a été implanté en 2017 sur le site des éoliennes de Roc´h C´hlas – Goariva par la société Valorem, bureau d’études et producteur d’énergie verte.

Un projet de valorisation du site de Goariva est porté par la commune de Plougras : la maîtrise d'œuvre est assurée par l’Atelier de l’Hermine depuis 2017.

Période(s)Principale : 2e quart 18e siècle , daté par source, daté par travaux historiques , (?)
Secondaire : 2e quart 20e siècle , daté par source, daté par travaux historiques , (?)
Dates1736, daté par travaux historiques
Auteur(s)Personnalité : Cassini de Thury

Borne en granite gris de forme pyramidale tronquée mesurant 80 cm de longueur (borne déplacée) :

- face nord : néant ;

- face est : triangle et deux stries horizontales ;

- face sud : fleur de lys et deux stries horizontales ;

- face ouest : triangle et deux stries horizontales ;

- face supérieure : croix gravée.

Seconde borne en granite fichée dans un massif de béton entourée de quatre supports métalliques (borne vraisemblablement en place) :

- face nord : triangle ;

- face est : néant ;

- face ouest : néant ;

- face sud : "TP" (abréviation de Topographische Punkt - "point topographique" en allemand) ;

- face supérieure : croix gravée.

Mursgranite pierre de taille
États conservationsbon état

Recensement réalisé par Gwenaël Fauchille en 2010.

Dossier d'Inventaire monté en 2011 par Guillaume Lécuillier.

Recherches, textes historiques et descriptifs écrits en juin 2019 par Guillaume Lécuillier suite à la sollicitation de Michel Desbrière.

Statut de la propriétépropriété de la commune, Les deux bornes géodésiques de Goariva se situent sur une parcelle communale.
Intérêt de l'œuvreà signaler
Éléments remarquablesborne
Précisions sur la protection

Aucune protection.

Annexes

  • Iconographie

    20102211371NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 3P217.

    20102211372NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 3P217.

Références documentaires

Périodiques
  • DESBRIERE, Michel. "Le mystère de la pierre de Goariva en Plougras", in Société d’Émulation des Côtes-du-Nord, tome CXIV, Mémoires de l’année 1985, p. 82-87.

  • BREZINSKI, C. "Géodésie, topographie et cartographie". Bulletin de la Sabix, n° 39, 2005, p.32-66.

  • DESBRIERE, Michel. "Corrélation entre la carte de Cassini et le cadastre napoléonien" in Bulletin de l’Association pour la Recherche et la Sauvegarde des sites Archéologiques du Trégor (ARSSAT), Lannion, 2016, p. 219-257.

Liens web

(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne - Fauchille Gwénaël - Lécuillier Guillaume