Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Batterie de Clohars-Carnoët dit fort du Pouldu ou Fort-Lamond (Clohars-Carnoët)

Dossier IA29004348 réalisé en 2008

Fiche

Appellations Fort du Pouldu, Fort-Lamond
Destinations batterie, maison
Parties constituantes non étudiées blockhaus
Dénominations batterie
Aire d'étude et canton Bretagne - Quimperlé
Adresse Commune : Clohars-Carnoët
Lieu-dit : le Pouldu
Cadastre : AI 375

A l'extrémité de l'estuaire de la Laïta, en rive droite, la position de la batterie de Clohars-Carnoët, aussi appelé fort, permettait de battre en écharpe (c'est-à-dire de tirer obliquement sur les assaillants) depuis la plage du Loc'h jusqu'à celle du Pouldu. La batterie est composée d'un corps de garde modèle 1846, construit en 1849. Elle permettait le logement de soixante hommes. Elle remplace une batterie dans la première moitié du 18e siècle. Mise hors service en 1899, elle devient une propriété privée, dont le propriétaire ajoute un logis au sud-est. Ce propriétaire donne comme nom à son bâtiment le Fort-Lamond. Lors de la Seconde Guerre mondiale, les Allemands y construisent deux abris en béton de par et d'autre du fort.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Secondaire : milieu 20e siècle
Dates 1849, daté par source

Le Fort-Lamond est composé d'une batterie aux murs chaulés avec chaînage d'angle et encadrement des ouvertures en granite, couverte d'un toit en terrasse, et d'un logis couvert d'un toit à croupe, en ardoise. La batterie conserve les caractéristiques extérieures du modèle 1846 (exception faite du mur sud-est, mitoyen au logis). Cet héritage militaire représentait un élément important du dispositif défensif du port stratégique de Lorient sur sa côte ouest.

États conservations bon état

Données complémentaires architecture PATMAR

Statut de la propriété propriété d'une société privée

Références documentaires

Bibliographie
  • FAUCHERRE, Nicolas. PROST, Philippe. CHAZETTE, Alain. Les fortifications du littoral. La Bretagne Sud. Editions Patrimoines et Médias, 1998.