Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Bateaux du chantier François Hervé

Dossier IM22005473 réalisé en 2006

Fiche

Dénominations bateau de plaisance, bateau de pêche
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Perros-Guirec
Adresse Commune : Trégastel
Lieu-dit : la Baie de Sainte-Anne Poull Palud

François Hervé fut au cours de la 2ème moitié du 20ème siècle, le seul constructeur de nombre de bateaux de pêche et de plaisance de Trégastel. Le chantier naval François Hervé de Trégastel était installé dans un hangar en bois à Poul Palud en 1947. François Hervé avait fait son apprentissage dans la construction des charpentes de chapelle (Honfleur) et auprès de Adrien Briand (charpentier de marine de Ploumanac'h), dont il termina le dernier bateau "Adrien B", commencé en 1944 par Briand et terminé à Poul Palud en 1945 après le décès de ce dernier. Il fut un temps influence par l'architecture navale scandinave avant de construire des bateaux avec un arrière à tableau et un gouvernail extérieur. A la demande des marins-pêcheurs locaux, il a élargi les formes de l'arrière de ses bateaux pour supporter un étambot plus fort et s'adapter aux techniques de pêche (lignes et casiers). Le bateau "La Clarté", lougre de pêche de Ploumanac'h, construit en 1967 par François Hervé, représente une évolution des formes, adaptées à la pêche aux lignes et aux casiers. Il a pris la place laissée par Adrien Briand en poursuivant la construction de bateaux de pêche et de plaisance pour les marins-pêcheurs et les plaisanciers trégorrois (de Tréguier à Trébeurden). Il construisit une série de canots de 4, 50 mètres (une vingtaine) et une seconde série de 5 mètres comme "La Petite Alice" (œuvre repérée), bateaux construits sur gabarits pour la plaisance. Il construisit aussi de nombreux bateaux à la demande du client avec des formes spécifiques, à l'unité ("Dixi", "Saint-Nicolas", œuvres repérées). Il pouvait aussi tracer des bateaux de plaisance jusqu'à 10 mètres ("Kenkouis", "Atao"). Il a mis en chantier une série de yachts de 7 mètres, quelques cotres de 6,10 m, à voûte carrée. Il a construit de nombreux bateaux de pêche et de pêche plaisance comme le "Dalh Mad", "Le Guer", dans les années 1960-70 avec son apprenti Belzon. Il a construit son dernier bateau de pêche "La Petite France" en 1967 pour François Le Meur. Le chantier a aujourd'hui disparu mais les bateaux Hervé sont les témoins du savoir-faire de ce charpentier de marine. Nous avons repéré et étudié 12 bateaux du chantier Hervé encore en état de naviguer sur la commune de Trégastel, dont 7 à signaler : "La Clarté" (à signaler), "Dixi" (à signaler), "Sibecarre" (à signaler), "La Petite Alice" (à signaler), "Sainte-Anne" (à signaler), "Ma Uré" (à signaler), "Sibecarre" (à signaler), "Ar Scrawik", "Pen", la "Licorne", "Rico", "Aurore", "Ar Gwelen", et le "Gabier".

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Hervé François, constructeur

Les bateaux de François Hervé sont construits à franc bord, bateaux creux pour la pêche avec une quille longue, un tableau bien dessiné, des memebrures franches en alternance avec des membrures ployées, pour davantage de légèreté.

Catégories patrimoine maritime, charpente
Matériaux bois
Précision dimensions

l = 4 ; l = 5 ; l = 6. Dimensions approximatives.

Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Historique du chantier naval François Hervé par Bertrand Quéré

    François Hervé, employé par le charpentier de marine Adrien Briand, se trouva seul à la mort de ce dernier en 1945 et termina le bateau en cours de chantier, qui fut appelé "Adrien B" par son propriétaire en souvenir d'Adrien.

    Ce bateau, gréé en cotre, partit en baie de Saint-Brieuc puis revint à Ploumanac'h dans les années 1953-54 où il pratiqua la pêche avant d'être vendu dans le Finistère.

    François Hervé s'installa alors à Poull Palud où il reçut la commande d'un yacht de 9 mètres qu'il construisit sur la grève. Par la suite il construisit un hangar en bois pour abriter son chantier à Poull Palud, où il put construire des bateaux pendant 25 ans. Il eut jusqu'à 3 compagnons et on retiendra les noms de : Michel Alain, Painchand Bihan et Le Flem qui s'installera plus tard à Toëno.

    François Hervé travailla surtout pour la plaisance ; ses bateaux étaient de bons marcheurs.

    Il construisait à l'unité selon le desiderata des clients mais réalisa des séries de bateaux similaires, des jolis petits cotres demi-pontés de 4, 50 mètres et de 5 mètres. Ces bateaux ne portaient pas de trinquette mais un foc sur un bout-dehors assez court. Ces bateaux bons marcheurs se vendaient bien.

    Tous ces bateaux étaient à tableau. François réalisa aussi des yachts de 9 à 10 mètres, inspirés des bateaux d'Eugène Cornu : "Kenkouls" (10 mètres), "Atao", avec un arrière canoë (9 mètres). Dans les années 1960, il tenta de lancer une série de bateaux de 7, 8 mètres, gréés en Marconi et de formes modernes (genre "Dauphin"). Mais la nouvelle technique de construction en plastique contraria ses projets.

    Il construisit beaucoup d'annexes de 3 mètres et de canots à misaine très beaux, de 3, 4 mètres ("Sainte-Anne"). Cependant, faute d'entretien, peu de ces bateaux ont survécu.

    Parmi les bateaux de pêche construits par François Hervé, on peut citer "Jean-Marc", pour Landouard, long de 6, 10 mètres, "Guiliguili" à Louis Le Vot, superbe petit cotre de pêche de 5, 30 mètres.

    Dans les années 1960, il construisit des bateaux de pêche de formes plus adaptées à la maotorisation, avec moins de tirant d'eau, un tableau plus large et un avant tulipé, de 5, 50 mètres à 7 mètres ("Petite France").

    Yvon Belzon, continua par la suite à Ploumanac'h, à construire des bateaux inspirés de ceux qu'il avait aidés à construire lorsqu'il travaillait chez François Hervé.