Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Base de loisirs des Gayeulles, dit Parc des Bois

Dossier IA35024181 inclus dans Ancien chemin vicinal n° 11, dit des Gayeulles, actuellement avenue des Gayeulles et rue de Saint-Laurent réalisé en 1998

Fiche

  • Vue générale
    Vue générale
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • tennis
    • ménagerie
    • piscine
    • terrain de jeu
    • camping
    • restaurant
    • édifice sportif

Á rapprocher de

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiées tennis, ménagerie, piscine, terrain de jeu, camping, restaurant, édifice sportif
Dénominations jardin d'attractions
Aire d'étude et canton Rennes ville - Rennes ville
Adresse Commune : Rennes
Lieu-dit : les Gayeulles
Adresse : avenue des Gayeulles , route de Fougères

Suivant le plan d'urbanisme approuvé en 1958, "l'hippodrome, les Basses-Gayeulles et les Petites-Cours devaient constituer l'essentiel d'une zone verte à caractère sportif". Comme l'indique l'ouvrage d'Henri Fréville, l'acquisition des terrains de la ferme des Bois (33 hectares) a lieu en 1969. Le parc est alors dessiné par les services des jardins, sous la direction de M. Le Rudulier. D'autres acquisitions réalisées en 1973, permettent d'étendre le parc qui atteint une surface de 160 hectares. Le "complexe des Gayeulles doit être associé à des installations sportives existantes et à l'hippodrome. Une piscine sera construite en 1976.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1969, daté par source
1973, daté par source
1976, daté par source
Auteur(s) Auteur : Le Rudulier, maître d'oeuvre, attribution par source

Données complémentaire architecture Rennes

IAUT nsp
ICHR typicum
IESP unicum aire d'étude
ICONTX structurant
ITOPO site urbain
POS sans objet
SEL sélection requise
Statut de la propriété propriété publique

Annexes

  • Extrait de l'ouvrage d'Henri Fréville, tome 1, p. 206

    "Il a pris la forme d'une zone forestière à plantation dense d'essences indigènes : pins, sapins, chênes et bouleaux. Les pelouses - très étendues - ont été traitées comme des clairières à l'intérieur d'un massif boisé ; elles sont prévues pour être largement utilisées par le public sans aucune restriction et voisinent avec deux étangs d'une superficie totale d'environ 3 hectares.".

Références documentaires

Bibliographie
  • FREVILLE, Henri. Un acte de foi. Trente ans au service de la Cité. Rennes : éditions Sepes, 1977.

    tome 1, p. 205-206, 212