Logo ={0} - Retour à l'accueil

Avenue du Mail-Donges, actuellement avenue Aristide-Briand (Rennes)

Dossier IA35022398 inclus dans Bief de dérivation, dit bief de la Chapelle-Boby et bief de Saint-Hélier (Rennes) réalisé en 1998

Fiche

  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • voie ferrée
    • gare

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiéesvoie ferrée, gare
Dénominationsavenue
Aire d'étude et cantonRennes ville - Rennes ville
AdresseCommune : Rennes
Adresse : avenue Aristide-Briand

Rive nord du canal dit du Gué-de-Baud, l'ancienne avenue du Mail-Donges est aménagée par les Ponts-et-Chaussées et fait l'objet d'une convention avec la ville en 1873, stipulant que l'entretien de la voie jusqu'à l'écluse de la Chapelle-Boby est à la charge de la ville et qu'il reste à la charge des Ponts-et-Chaussées entre l'écluse et le boulevard de Strasbourg. Une réclamation d'un riverain, adressée à la mairie en 1873, signale qu'on ne peut plus y circuler en voiture suspendue. En 1885, on prévoit d'élargir la chaussée à 8 m en supprimant une rangée d'arbres, en raison de la présence de la cale du Mail-Donges. La largeur de la chaussée est fixée à 5 m avec des trottoirs de 1,50 m de large, sur la proposition des ingénieurs des Ponts-et-Chaussées mais la ville demande de la porter à 7 m en raison de la présence de nombreux chantiers de bois. L'ingénieur signale que la suppression des arbres du côté des maisons qui bordent la voie nécessite qu'on y construise des trottoirs. En 1883, les habitants du Gué-de-Baud adressent une pétition à la mairie demandant l'abattage des peupliers des avenues du Mail-Donges et du Gué-de-Baud, en raison de la largeur insuffisante des voies, alors plus empruntées que la rue Saint-Hélier et la rue de Paris. En 1889, la ville prend la décision de modifier le profil de la chaussée et l'année suivante un rang d'arbres est supprimé sur chaque digue pour établir une chaussée de 7 m, formée d´un empierrement central, de deux caniveaux pavés et équipée de bouches d'égout. En 1892 et 1893, les réclamations des habitants indiquent que la construction des trottoirs et le comblement des fossés n´est toujours pas réalisé. En 1899, les habitants du Mail-Donges se plaignent que la circulation piétonne est rendue impossible par la présence de la voie ferrée des tramways départementaux, et demandent la construction de trottoirs, depuis la place de Viarmes jusqu´au n° 45. L'année suivante, l'état de la voie est toujours défectueux mais la ville fait établir un devis pour la construction de bordures de trottoirs et de caniveaux pavés, en grès de Combourg. En 1911, M. Bousquet fait construire un trottoir au-devant de sa propriété par l'entrepreneur E. Guérin. En 1913, M. Château, entrepreneur à Granville (Manche), obtient l'adjudication des travaux de construction des trottoirs, à laquelle les habitants participent financièrement, pour la partie comprise entre la rue Kléber et la rue de Châteaudun, L'année suivante, les trottoirs et les caniveaux sont construits depuis la rue de Châteaudun jusqu'au boulevard de Strasbourg. En 1886, on projette d'installer des canalisations de gaz pour éclairer la voie entre la cale de Viarmes et la rue de Châteaudun ; il n´existe alors que 5 lanternes espacées de 125 m ; l'installation du gaz nécessite l'emploi de 11 lanternes. Les supports de câbles électriques sont posés en 1903.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle , daté par source
Principale : 4e quart 19e siècle , daté par source
Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Dates1889, daté par source
1899, daté par source
1913, daté par source
Auteur(s)Auteur : Guérin Emile entrepreneur attribution par source
Auteur : Château entrepreneur attribution par source
Personnalité : Ponts-et-Chaussées commanditaire attribution par source
Personnalité : Ville de Rennes commanditaire attribution par source
Typologiesréseau de berge
Statut de la propriétépropriété publique

Annexes

  • Amélioration des berges du canal du Gué-de-Baud.

    "[Le] profil transversal adopté est défectueux et n'est pas en rapport avec la circulation de ces artères.

    Il se compose, en effet, d'une chaussée à un seul versant bordée, d'un côté, par une allée à deux rangs d'arbres et de l'autre par les propriétés particulières [...]

    Il est vrai que l'ingénieur en chef de la navigation, auteur du projet, était persuadé que jamais ces rues ne seraient bordées de constructions et il soutenait cette opinion, chaque fois qu'il en avait l'occasion.".

  • Industrie

    Brasseries et distilleries

    Un tableau des établissements insalubres dressé en 1866, pour un rapport demandé par le préfet d'Ille-et-Vilaine, mentionne la brasserie de M. Bernard entre 1852 et 1866.

    Les Annuaires mentionnent la Brasserie Bretonne Fourel et Cie, de 1860 à 1871, et la brasserie de M. Guilbert (au n° 39) en 1921, la distillerie de M. Levernieux (au n° 123) en 1909, la distillerie fondée en 1837 qui appartient à M. Chayer en 1921 et dont le successeur est Onraët et Cie. L'entrepôt des vins et la distillerie se situent au Mail-Donges, les bureaux et chais se trouvent aux n°10-12 avenue du Mail-Donges. Les sources archivistiques signalent également la grande distillerie de cidre M. Durassié, en 1817.

    Les sources archivistiques mentionnent l'existence d'un four à plâtre situé en face de la Brasserie-Bretonne et appartenant à M. Angerly en 1857, ceux de M. Paillard en 1862 et de MM. Lahaye et Buineau en 1865, enfin l'usine de chaux de M. Raffray en 1841.

    Les annuaires mentionnent la fabrique de faïence de Jumel et Jaigu, en 1881 (au n° 37), le four à poterie de M. Fénardent, en 1877 (au n° 35), la fabrique de pipes en ébène des frères Laurent, de 1870 à 1885, enfin une scierie mécanique au n° 7 entre 1911 et 1921.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Ille-et-Vilaine. Série 5M ; 5M 187. Situation des établissements insalubres, instructions, généralités (1806-1938) .

  • A. D. Ille-et-Vilaine. Série 5M ; 5M 235. Poteries, faïences (1831-1886) .

  • A. D. Ille-et-Vilaine. Série 5M ; 5M 234. Briqueteries, tuileries (1829-1889) .

  • A. D. Ille-et-Vilaine. Série 5M ; 5M 244. Brasseries (1822-1857) .

  • A. D. Ille-et-Vilaine. Série 5M ; 5M 246. Distilleries (1817-1906) .

  • A. D. Ille-et-Vilaine. Série 5M ; 5M 263. Fours à plâtre (1823-1872) .

  • A. D. Ille-et-Vilaine. Série 5M ; 5M 265. Fours à chaux (1821-1888) .

  • Annuaire officiel d'Ille-et-Vilaine : administratif, industriel et commercial,1928, Rennes.

    1860, 1861, 1871, 1875, 1882, 1885, 1886, 1888, 1893, 1895, 1902
  • A. C. Rennes. Série O ; 1 O 95. Voirie urbaine. Canton nord-est. Avenue Aristide-Briand (1853-1904) .

  • A. C. Rennes. Série O ; 1 O 54. Voirie urbaine. Quais sur la Vilaine. Avenues Aristide-Briand et Sergent-Maginot (1865-1952) .

Bibliographie
  • VEILLARD, Jean-Yves. Rennes au 19e siècle, architectes, urbanisme et architecture. Rennes : éditions du Thabor, 1978.

    p. 284
  • VEILLARD Jean-Yves, Rennes naguère 1850-1939. Paris : édition Payot, coll. Mémoires des villes, 1981.

    p. 157