Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Architecture religieuse, funéraire ou commémorative sur la commune de Miniac-Morvan

Dossier IA35043901 réalisé en 2006

Fiche

Voir

L'architecture religieuse a souffert, à Miniac-Morvan, de destructions et de dégradations.

L'église :

D'après la tradition, l'église primitive de Miniac-Morvan se trouvait au village du Vieux-Bourg, elle avait été donnée à l'Abbaye de Saint-Florent en Anjou vers le début du 12e siècle. Sa translation dans le bourg actuel aurait eut lieu dans le courant du 14e siècle.

Cette deuxième église, remplacée elle-même en 1747, était accostée de six chapelles : celle des seigneurs de Miniac, près du chœur avec leur enfeu, et cinq autres contenant les enfeux des seigneurs de Launay-Quinouart, de Gouillon et de la Touche-Québriac. Au milieu du chœur était une pierre tombale aux armes d'Olivier de Mauny et de Marguerite de Québriac, sa femme, seigneur et dame de Miniac en 1380.

L'église paroissiale bâtie en 1747, a un plan en croix latine, une tour-clocher. Elle conserve une cloche de 1574 aux armes des Rieux, seigneurs de Châteauneuf, et un retable du maître-autel en bois du 17e siècle classé monument historique. L'église fut reconstruite en 1846.

Les chapelles :

On comptait autrefois 11 chapelles sur la commune de Miniac-Morvan. Celles dépendant des prieurés de la Mare et de Saint-Grégoire, Notre-Dame-de-Grâce du Vieux Bourg, la chapelle de la Barre-Guéhenneuc, bâtie près du manoir du même nom, la chapelle du Bourgneuf, celle du Fresche et de la Bouglaie ont disparu.

La chapelle de Gouillon, dépendant du manoir de ce nom, se trouvait jadis au village du Bas Gouillon, au bout de l'étang. Elle était en ruine en 1740. Peu après cette époque, la chapelle actuelle fut construite, plus près du manoir faisant pendant à la fuie seigneuriale dont elle affecte la forme.

La chapelle située au Frêche s'appelle en réalité Saint-Julien de l'Angle, elle porte sur une poutre la date 1702, elle est devenue un cellier. Son clocheton a disparu, elle est couverte en tôle, mais son plan rectangulaire, ses chaînes d'angle, ses portes en plein cintre à moulures accusent encore sa fonction originelle.

Notre-Dame-de-Toute-Puissance, la chapelle du château du Bas Miniac, démolie pendant les guerres de la Ligue, fut reconstruite en 1656. Un décret épiscopal daté du 1er janvier 1711 érigea cette chapellenie sous le patronage de Notre-Dame-de-Toute-Puissance, de saint-Joseph, saint Jean-Baptiste et des deux saints Antoine.

L'Immaculée-Conception est une chapelle moderne dépendant de la maison des Filles de la Sagesse ; elle a été bénite en 1842.

Les croix :

Les croix de Miniac-Morvan sont petites et en granite. La croix du Clos Hiard, à peine visible parmi les herbes, atteint une hauteur de 60 centimètres. C'est une petite croix grecque monolithe, en granite gris, de section rectangulaire avec arêtes latérales chanfreinées. Elle est précédée d'une pierre rectangulaire, également en granite, monolithe, longue de 1,16 mètres et haute de 0,3 mètre, dans laquelle sont deux cavités. La croix de la Barre est à peine plus grande : elle atteint une hauteur de 80 centimètres. C'est une croix latine monolithe en granite gris de sections rectangulaires aux arêtes latérales chanfreinées. Elle est posée sur un socle rectangulaire, ornée sur sa face ouest d'un écusson martelé, sur sa face est d'un quadrilobe.

La croix située près du Porche, très enterrée, atteint à peine 40 centimètres de hauteur. Elle utilise le même matériau que les précédentes, et n'a pas de chanfreins.

Les prieurés :

L'ancien prieuré de la Mare, après avoir dépendu de l'Abbaye de Saint-Florent en Anjou, passa en 1245 à celle du Tronchet. Il conservait une chapelle datée 1649. D'après une légende, l'ermite breton Saint-Colomban aurait construit au 7e siècle un oratoire dans une forêt qu'envahit plus tard la Mare Saint-Coulban, cet oratoire fut remplacé dans la suite par un prieuré qui disparut vers le 17e siècle. Son logis du 15e siècle, devint sous le nom de la Mare-Ferron un manoir.

Le prieuré de Saint-Grégoire n'a jamais eu une grande importance. Ce petit prieuré était affermé en 1675, par la prieure Louise du Halgouët. Quant à la chapelle de Saint-Grégoire, réparée d'abord en 1622 par Marguerite d'Angennes, abbesse de Saint-Sulpice, elle fut rebâtie en 1685 par les soins de Robert Robinault, seigneur du Bois Hamon, qui tenait alors à ferme le prieuré. Cette chapelle n'existe plus maintenant, une croix seule en rappelle l'emplacement dans le village de Saint-Grégoire.

L'allée couverte de Four-ès-Feins :

Située à l'ouest du village de Beillac, elle mesurait 10,50 mètres de longueur sur 1,50 mètres de hauteur. Elle conservait douze supports de 0,50 à 0,60 mètre et trois tables de recouvrement.

La Maladrerie :

Le Pouillé de la province de Tours, imprimé en 1648, mentionne la maladrerie de Miniac, au diocèse de Dol. Le village de la Maladrie se situait à 1800 mètres au sud-est du bourg, sur le bord nord de la route. Il semble rappeler le souvenir d'une ancienne léproserie. Il est visible sur le cadastre de 1849, près de Villebret.

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Dénominations église, croix de chemin, chapelle, monument aux morts, prieuré
Adresse Commune : Miniac-Morvan
Période(s) Principale : Temps modernes
Décompte des œuvres repérées 25
étudiées 0

Annexes

  • 20063512590NUCB : AD, Ille-et-Vialine, 6Fi.

    20063512588NUCB : AD, Ille-et-Vilaine, 6Fi.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Ille-et-Vilaine : 2 O 180/16, édifices publics, monuments et établissements publics. Cimetière : acquisition d'un nouveau cimetière, agrandissement, clôture. 1854-1935.

Bibliographie
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault. Itinéraire du patrimoine, n°34, Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1993.

  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • Histoire et Mémoire de Miniac-Morvan, bulletin semestriel de l'association Histoire et Mémoire de Miniac-Morvan, n°1 à 19, 1994-2003.