Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ancienne usine de bougies, dite fabrique de chandelles Bénard, 93 rue d' Antrain, la Fosse-Courbée (Rennes)

Dossier IA35026691 réalisé en 2001

Fiche

Destinationsimmeuble
Parties constituantes non étudiéesjardin
Dénominationsmaison, usine de bougies
Aire d'étude et cantonRennes ville - Rennes ville
AdresseCommune : Rennes
Lieu-dit : la Fosse-Courbée
Adresse : 93 rue d'
Antrain
Cadastre : 1842 A 2509 à 2511, 2514 à 2517 ; 1980 AS 138

L'ancienne fabrique n'est pas visible sur le cadastre de 1812. Les annuaires de 1826 à 1836 mentionnent l´existence d´une fabrique de chandelles économiques, dont le fabricant a obtenu une médaille à l´exposition des produits de l´industrie du département, en août 1822. Elle est connue par une lithographie de Landais, conservée aux archives départementales L'état des sections de 1844 indique que Jacques Adrien Bernard, propriétaire de la fabrique de chandelles (A 2511), d'un bâtiment dont l´affectation n´est pas précisée (A 2509) et d´un jardin (A 2510), possède également une maison (A 2514), une écurie (A 2516) qui sera démolie en 1877, et des jardins (A 2515 et 2517). Une maison est déclarée comme construction nouvelle, sur la parcelle A 2514, en 1848. Plusieurs bâtiments sont déclarés comme constructions nouvelles sur la parcelle A 2511 : une maison et une fabrique, en 1852, un bâtiment à l'entrée et une seconde maison, en 1857, un bâtiment, en 1858, enfin une maison et une nouvelle fabrique, en 1860 et sur la parcelle A 2510 : une remise, en 1879, à l'emplacement d'un bâtiment partiellement détruit. A partir de 1849, la propriété passe à Guy-François Bernard, puis à M. Bigot, entre 1862 et 1876, enfin à Charles Lahutte, entre 1884 et 1887. Les parcelles 2514 à 2516 sont acquises par Bigot en 1862, cédées à Béauché en 1886, puis à Charles Lahutte, en 1887, qui y installe une fabrique de chaussures. La nouvelle fabrique est acquise par M. Bigot en 1863, qui possède alors deux maisons, une fabrique, une maison et bureau (parcelle 2511) et un bâtiment (parcelle 2515), puis elle passe à Lahutte en 1884.

Période(s)Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Auteur(s)Personnalité : Bernard Jacques-Adrien commanditaire attribution par source
Personnalité : Bernard Guy-François commanditaire attribution par source
Mursbois
torchis
enduit
pan de bois
Toitardoise
Étagesétage de soubassement, étage de comble
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Les annuaires mentionnent l'existence d'une fabrique de chandelles économiques de 1826 à 1836. Cette chandelle, faite avec du suif, mérite le nom de chandelle économique, car elle dure autant que la bougie, qu'elle surpasse en blancheur, n'exhale point l'odeur fétide ordinaire à l'autre chandelle, et se recommande par son bas prix. M. Bernard qui en fabrique par jour 1400 livres, se propose de monter une nouvelle mécanique, au moyen de laquelle 4 hommes pourront, dans 2 heures couler 2800 livres de chandelles. La mention honorable que ce fabricant a obtenue, et la médaillequi lui a été décernée à l'exposition des produits de l'industrie du département d'Ille-et-Vilaine, au mois d'août 1822, sont de sûrs garants de l'excellence de sa fabrication.

Références documentaires

Documents d'archives
  • [1844-1882]. A. C. Rennes. Matrices cadastrales ; registre 9. Ville. Propriété bâtie (1844-1882) .

  • [1844]. A. C. Rennes. Matrices cadastrales ; registre 15. Etat des sections (1844) .

  • A. C. Rennes. Permis de construire ; 743 W 61. Rue d'Antrain (1964-1966) .

Documents figurés
  • [1842]. Plan cadastral parcellaire de la commune de Rennes. Section A, dite de l'hôtel de ville, 7e feuille, dessin, Jouchel du Ranquin, Roger, Viel, Ferré et Simon géomètres, 1842 (A. D. Ille-et-Vilaine).

Périodiques
  • Annuaire du département d'Ille-et-Vilaine.

    1826 ; 1829 ; 1831 ; 1833 ; 1836 ; 1852 ; 1854 ; 1855