Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ancienne gare de Camaret, rue de la Gare (Camaret-sur-Mer)

Dossier IA29005068 réalisé en 2011

Fiche

AppellationsGare de Camaret
Parties constituantes non étudiéesremise ferroviaire, jardin
Dénominationsgare
Aire d'étude et cantonParc Naturel Régional d'Armorique - Crozon
AdresseCommune : Camaret-sur-Mer
Lieu-dit : le Bourg
Adresse : rue de la
Gare
Cadastre : 2001 AL 0336

Souhaitée dès le début du 20e siècle, cette gare, terminus de la ligne de chemin de fer n°7 Châteaulin-Camaret, n'est inaugurée que le 14 août 1925. Le projet pourtant validé par le ministère des Travaux publics en 1910, est en effet interrompu par la guerre 14-18. Dès sa mise en route, Camaret devient la gare la plus fréquentée du réseau. Cette ligne joue alors un rôle important dans les échanges commerciaux. Elle permet, en effet, d´exporter rapidement les produits de la pêche vers les centres de ventes et d'importer des produits agricoles, comme la pomme de terre, pour la consommation locale ou l´exportation vers d´autres ports par cabotage. Ce nouveau réseau ferroviaire contribue au développement du tourisme et permet à Camaret de sortir de son isolement. En raison de nombreux accidents et de la décision des pouvoirs publics de substituer les dessertes routières aux dessertes ferroviaires, la ligne Châteaulin - Camaret ferme en 1967. La gare accueille aujourd'hui un centre de vacances au profit du comité d'entreprise de la S.N.C.F.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1925, daté par source
Auteur(s)Auteur : V. Adam ingénieur attribution par travaux historiques
Auteur : Polti, Julien architecte attribution par travaux historiques, attribution par source

Edifice composé d'un haut corps central, le bâtiment-voyageur, composé de trois niveaux d'élévation, flanqué de deux corps de bâtiments en rez-de-chaussée, dont l'un constitue le hall. Les encadrements des ouvertures, rampants, cheminées, marches et bordures de trottoir sont en granite de l'Aber-Ildut et le pignon sud en moellon de microgranite de l'Ile-Longue.

Mursgranite
bossage
moellon
pierre de taille
Toitardoise
Plansplan régulier
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble
Couverturestoit à deux pans
pignon découvert

Edifice de type néo-régionaliste, représentatif des constructions établies sur la ligne Châteaulin-Le Fret/Camaret, dont l'intérêt réside dans la qualité de la mise en oeuvre, l'homogénéité et l'originalité caractérisée pas les cheminées jumelées. Cette gare témoigne également d'une période économique fastueuse liée à la pêche à la langouste et à l'ouverture de la cité camarétoise au tourisme.

Statut de la propriétépropriété d'un établissement public de l'Etat

Annexes

  • Voir aussi thématique régionale (recensement du patrimoine maritime) - Galifot Agnès. Gare de chemin de fer de Camaret, actuellement centre de loisirs. 2006.

  • 20112905866A0 : Archives départementales du Finistère, 5 S 79.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales du Finistère. Série 5 S 79. Chemins de fer économiques. Ligne de Carhaix-Châteaulin-Camaret. Voeux du Conseil Général et des municipalités pour la construction de la ligne, 1894-1931.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : Série 5 S 79
Bibliographie
  • CADIOU, Didier. Il y a 70 ans de Châteaulin à Camaret par le train. Dans Avel Gornog n° 3, juillet 1995.

    p.50-56
  • CHAURIS, Louis. Le chemin de fer Châteaulin-Camaret, les pierres et la guerre . Dans Avel Gornog n° 16, août 2008.

    p. 191-198
  • DUROC, Jacqueline. Camaret, cité d´artistes . Douarnenez : ArMen/ Chasse-Marée, 1988.

    p. 95
  • JACQUOT André, LAEDERICH Pierre, ROZE Bernard, Le réseau Breton. éditions de l'Ormet, Bar-sur-Aube, 1990.

    p. 51- 59
  • Le Patrimoine des Communes, le Finistère. Charenton-le-Pont : Flohic Editions, 1998 (Collection Le Patrimoine des Communes de France), vol. 1.

    p. 319