Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ancienne église paroissiale Saint-Méen, place Saint-Méen ; rue de la Vallée-Porcon (Cancale)

Dossier IA00130953 inclus dans Quartier centre ville dit ville-haute (Cancale) réalisé en 1999

Fiche

Œuvres contenues

Une première reconstruction

Dès1725, émerge l’idée de rebâtir entièrement l’édifice. La couverture et les murs devenus trop dégradés pour être réparés, on décide de faire appel à l'ingénieur Siméon Garangeau (1647-1741) pour dresser les plans d’une nouvelle construction. Ce dernier propose d'adjoindre à la nef un triple transept avec un chœur plus petit à chevet plat. À l'origine, les bas-côtés ne couraient pas tout au long de la nef. En effet, sur le plan au sol dressé par Garangeau en juin 1725, on distingue la construction de 1714 -figurée en rouge- des nouveaux aménagements qu'il propose -figurée en jaune-. L'église de style néoclassique s'affiche par son clocher en façade, le portail d'entrée remanié par Siméon Garangeau, est constitué d'un arc surbaissé surmonté d'un fronton triangulaire que soutiennent quatre pilastres doriques. Au-dessus se dresse une tour carrée coiffée d'un clocher recouvert d'un toit à l'impériale sur lequel se situe un lanternon, caractéristique de cette période. Vers la fin du 18e siècle, Siméon Garangeau dresse en collaboration avec l'ingénieur Amédée Frézier, les plans de l'église Saint-Croix à Saint-Servan. Par ses lignes extérieures austères elle se rapproche de façon simplifié de la façade de l'église Saint-Méen. Le clocher coiffé d'un lanternon ou formant clocher-porche est caractéristique du 18e siècle.

Les agrandissements du 19e siècle

Entre 1836 et 1838, de nouveaux agrandissements sont conçus, notamment l'aménagement d'une façade aveugle avec son toit terrasse et l'agrandissement de la nef par deux bas-côtés, qui forment un double pignon sur chaque façade latérale. Siméon Garangeau intervient à Cancale en tant que directeur des fortifications de Haute-Bretagne. Il est chargé à l'époque de la conduite des ouvrages militaires mise au point par Vauban dès 1689 pour défendre les approches du port Malouin. Un bon nombre de ses plans ont aujourd'hui disparu, seuls subsistent ceux des fortifications.

L'église aujourd'hui

En 1978, à l'occasion de la réfection de la couverture du dôme par la municipalité, l'Association des Amis des Bisquines et du Vieux Cancale, décide d'offrir le lanternon du clocher de la vieille église. Celui-ci est alors mis en place au sommet du dôme permettant ainsi à l'église de retrouver son clocher d'origine. Depuis le 29 décembre 1982, l'église est protégée au titre des monuments historiques. À la fin du 19e siècle, l'église Saint-Méen est désaffectée, une nouvelle église paroissiale est construite entre le bourg et la Houle afin de répondre à l'accroissement de la population. Édifiée sur une partie du parc de l'ancien manoir de Bellevue, entre 1876 et 1886, celle-ci adopte un style néogothique propre à son architecte Alfred-Louis Frangeul.

Destinationsmusée, cinéma
Parties constituantes non étudiéescroix monumentale, croix de cimetière
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonIlle-et-Vilaine - Cancale
AdresseCommune : Cancale
Adresse : place, Saint-Méen, rue de la
Vallée-Porcon
Cadastre : 1982 J 245, 249, 250

Ancienne église paroissiale de style néoclassique construite entre 1714 et 1727 (dates portées) par l'ingénieur Jean-Siméon Garangeau. En 1838 (date portée), la nef est agrandie de deux bas côtés et une nouvelle façade est construite. Le choeur est remanié en 1842, la décoration et l'ameublement ont été réalisés suivant les plans d'Alfred-Louis Frangeul, architecte malouin. De nombreux remaniements ultérieurs ont transformé la physionomie de l'église qui a été convertie d'une part en cinéma et d'autre part en musée des arts et traditions populaires.

Période(s)Principale : 2e quart 18e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Dates1714, daté par travaux historiques
1727, daté par source
1838, daté par source
Auteur(s)Auteur : Jean-Siméon Garangeau ingénieur attribution par travaux historiques
Auteur : Frangeul Alfred-Louis architecte attribution par travaux historiques

3 vaisseaux ; clocher-porche ; façade latérale à pignons multiples ; chevet plat ; clocher et portail de style néo-classique.

Mursschiste
granite
enduit
moellon
pierre de taille
appareil mixte
Toitardoise
Statut de la propriétépropriété de la commune
Protectionsinscrit MH, 1982/12/29
Précisions sur la protection

Façade ouest avec le clocher et les deux premières travées du 18e siècle (cad. J 245) : inscription par arrêté du 29 décembre 1982.

Annexes

  • Description

    "Edifice à plan rectangulaire présentant à l'ouest une façade de granit appareillé ouverte d'une porte en arc surbaissé surmonté d'un fronton triangulaire que soutiennent quatre pilastres doriques. Au-dessus, se dresse une tour carrée, à toit d'ardoise octogonal, surmonté d'un campanile. Derrière cette façade, et perpendiculairement à celle-ci, se voient deux travées qui se terminent par deux pignons accolés, ornés de gargouilles.

    "Les façades sud et nord présentent deux pignons de schiste et grés non appareillé, accolés l'un à l'autre et ouvert chacun d'une baie en arc surbaissé. Des gargouilles ornent les bases des rampants."

    Historique

    "L'église de Saint-Méen existait déjà en 1302 puisque Alain III, duc de Bretagne, rendit aux moines du mont Saint-Michel deux églises que son père, le duc Geoffroy 1er avait données à cette abbaye avant l'an 1008 mais qui avaient été enlevées depuis aux religieux. Ces églises, situées dans le Pou-Aleth ou territoire d'Aleth, appelé Poulet dans les derniers siècles, étaient celles de Saint-Méloir et de Saint-Méen. Au XIe siècle, la paroisse de Saint-Méen de Cancale était donc parfaitement constituée et sous la dépendance de l'abbaye du mont Saint-Michel ; les bénédictins de ce monastère conservèrent même très longtemps la présentation du recteur de Cancale. Ce droit qui leur avait été confirmé en 1236 par l'évêque de Saint-Malo, leur fut ensuite contesté par le chapitre de cette ville qui finit par s'en emparer en 1737. Mais les moines restèrent décimateurs de la paroisse jusqu'en 1789.

    "L'église Saint-Méen fut entièrement reconstruite de 1715 à 1727 par Garangeau. Elle a été agrandie de 1836 à 1838. Son choeur date de 1842. Elle est aujourd'hui désaffectée par une nouvelle église dont la première pierre fut posée le 17 août 1875."

    Tiré du dossier de la demande de protection au titre des Monuments Historiques, juillet 1979.

  • Notice "Journées du Patrimoine 2015"

Références documentaires

Documents figurés
  • Plans de l'église paroissiale de Cancale. Plan, par l'ingénieur Siméon Garengeau, 30 juin 1725 et 2 janvier 1726. (A. paroissiales de Cancale : I E 68-69).

  • Cancale. La vieille église. Carte postale, [s.l. ; s.n.], cliché A. G. [s.d.]. (A.D. Ille-et-Vilaine : 6 Fi).

Bibliographie
  • BANÉAT, Paul. Le Département d'Ille-et-Vilaine... Rennes : Librairie Moderne J. Larcher, 1927-1929.

    t. 1, p. 261-262
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Ille-et-Vilaine. Eglises et Chapelles, par ORAIN Véronique, avec la collaboration de BARBEDOR Isabelle, DUFIEF-MOIREZ Denise, RIOULT Jean-Jacques. Rennes : Association pour l' Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine).

  • GUILLOTIN DE CORSON, Abbé. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray Libraire-éditeur. Paris : René Hatton Libraire-éditeur, 1882-1886.

    t. 4, p. 282-283
Périodiques
  • MINDEAU, Guy. La vieille église Saint-Méen de la tradition à l'histoire. Les Cahiers de la vie à Cancale, 1985, n° 9.

    p. 21-36
  • HUCK, Thierry. L'église Saint-Méen au 18e siècle. Les Cahiers de la vie à Cancale, 1996, n° 20.

    p. 22-27

Liens web