Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne église paroissiale Saint-Judoce (Saint-Judoce)

Dossier IA00004892 réalisé en 1986

Fiche

Dossiers de synthèse

Bien que propriété privée, les ruines de l’ancienne église de Saint-Judoce présentent un intérêt patrimonial collectif indéniable, tant pour l’histoire de la commune de Saint-Judoce que pour celle du pays d’Evran. Le site tout d’abord, dans la proximité immédiate de la Rance qui rappelle celui de l’ancienne église de Saint-André-de-Eaux, est aussi sans doute à mettre en relation avec celui d’un ancien prieuré au village de la Chapelle en Evran, situé non loin de là de l’autre côté de la Rance, et dont subsiste aujourd’hui des vestiges du 14e siècle avec remploi de quelques éléments romans. Par rapport aux églises de Tréfumel, Saint-Maden, ou Saint-André des Eaux, qui ont conservé une bonne partie de leurs élévations romanes, l’ancienne église de Saint-Judoce présente la particularité d’avoir été presque entièrement reconstruite au 14e puis 15e siècle. Ceci explique très probablement l’absence d’arc diaphragme à la rencontre de la nef et du choeur, et sa forme de vaisseau continu jusqu’au choeur, reconstruit avec la même largeur que la nef. La trace d’une petite meurtrière dans le pignon ouest est très probablement un vestige de l’époque romane, par contre la porte sud avec sa mouluration prismatique et son larmier en accolade date incontestablement de la fin du 15e ou du tout début du 16e siècle.

Vocables Saint-Judoce
Parties constituantes non étudiées enclos
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Saint-Judoce
Lieu-dit : le Vieux-Bourg
Cadastre : 1983 A4 460

L´église est mentionnée dès le milieu du 12e siècle dans une charte de donation au prieuré de Léhon, sous la mouvance de l´évêché de Dol. De cette époque peuvent dater quelques parties de l´édifice actuel, parmi lesquelles une petite baie étroite actuellement murée dans le pignon ouest. L´église est paroissiale au 14e siècle, époque à laquelle elle est en grande partie reconstruite ainsi que l´atteste le portail ouest, le clocheton à jour surmonté d´une croix percée formée de quatre croissants qui le couronne et une baie au réseau composé de trilobes anguleux dans le mur sud du choeur. Dans l´élévation sud de la nef, une porte de la fin du 15e siècle porte l´inscription : « DIEX PARDOINT A VILLECMER », en souvenir d´une importante fondation expiatoire. Une sacristie surmontée d´une trésorerie a été ajoutée dans l´angle formé par le bras sud et le choeur au 17e siècle, elle porte des armes bûchées qui devaient être celles des Grignart seigneurs de Champsavoy. Une partie du choeur a été reconstruite à partir de 1740 par Gilles Gourdel, entrepreneur Suite à la création d´un nouveau bourg centré géographiquement au lieu dit le Champ Bossard, l´ancienne église fut désaffectée en 1924 et vendue avec le presbytère proche. L´édifice a été victime d´un incendie dans les dernières années qui l´a privé de l´ensemble de sa toiture. Eglise fermée au culte 1925 et désaffectée 1942.

Période(s) Principale : 14e siècle
Principale : 15e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle

Eglise de plan en croix latine irrégulier : le bras sud est plus étroit que le bras nord. Sacristie à étage à la jonction du bras sud et du choeur. Clocher à jour pour deux cloches sur le pignon ouest. La façade ouest et le chevet son épaulés par de puissants contreforts à glacis dans le prolongement des murs. Matériaux : granite, calcaire coquillier, schiste, et quelques fragments de brique. La majorité du gros oeuvre est en schiste de provenance locale, associé à du granite ou de la granulite feuilletée. Les baies sont en granite probablement de Languédias avec quelques parties en calcaire des faluns. On remarque également de façon éparse quelques remplois de briques.

Murs schiste
granite
falun
brique
moellon
Toit ardoise
Plans plan en croix latine
Étages 1 vaisseau
Couvertures toit à longs pans
pignon découvert
croupe
noue
États conservations mauvais état
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH partiellement, 1925/11/10
Précisions sur la protection

Porte sud inscrite MH du 10 novembre 1925.

Annexes

  • 20102211870NUC : Archives départementales des Côtes-d'Armor

    19802202904ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor

    19802202902ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor

    19802202903ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor

Liens web