Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ancienne école primaire, actuellement groupe scolaire Liberté, 8 et 10 boulevard de la Liberté ; 6, 8 rue des Carmes ; 36 rue Vasselot (Rennes)

Dossier IA35022876 inclus dans Ancien canal des Murs, puis boulevard de Kergus, dit aussi boulevard de l'Impératrice, actuellement boulevard de la Liberté (Rennes) réalisé en 1996

Fiche

Á rapprocher de

Historique :

La construction du groupe scolaire du boulevard de la Liberté s'inscrit dans le programme de modernisation des édifices publics de la municipalité Janvier. Il s'agissait ici de remplacer deux écoles devenues trop exiguës, installées dans des bâtiments anciens et inadaptés, une école de garçons située sur le boulevard de la Liberté et une école de filles située en coeurr de parcelle dans l'ancien couvent des Carmes.

L'agrandissement de ces établissements avait fait l'objet de plusieurs projets (le projet conçu par Jean-Baptiste Martenot en 1892 (voir document figuré) ainsi qu'un projet de 1907 cosigné par Le Ray sont à remarquer) mais l'on choisit, vraisemblablement afin d'offrir aux élèves des conditions d'hygiène optimales, de construire un établissement moderne. Après définition des besoins en fonction des effectifs, l'architecte de la ville, Emmanuel Le Ray, fut chargé de préparer un projet et présenta deux options légèrement différentes qui furent soumises au conseil municipal en mars 1909. La première proposition (voir document figuré), écartée par les élus, présentait un bâtiment en léger retrait par rapport au boulevard, précédé d'un petit jardin fermé par une grille et dont le corps perpendiculaire séparant les cours des garçons et des filles comportait une grande salle de réunion au premier étage. La seconde donna lieu au projet définitif qui fut adopté par la municipalité en juillet 1909 ; la dépense prévue s'élevait à 385.000 francs. Certaines augmentations de prix obligèrent l'architecte à revoir quelques détails du projet ; la construction de la maison de la directrice fut ajournée.

Après la destruction des bâtiments de l'ancienne usine Simon, les travaux furent retardés, lors des terrassements, par la découverte le long du boulevard d'un ancien mur de fortification ne pouvant être démoli. L'architecte dût modifier le système d'assise des fondations et choisit d'établir un ensemble de pylônes en béton lesquels seraient reliés à des poutres en béton armé suivant le système "Hennebique" (marché passé avec l'agent général de l'Ouest de l'entreprise, Eugène Le Brun). L'ensemble de l'édifice, élevé au cours de l'année 1911, fut vraisemblablement terminé au tout début de l'année suivante.

Gravement endommagé par un incendie survenu pendant la seconde guerre mondiale, l'intérieur du bâtiment principal fut totalement reconstruit entre 1949 et 1951 sous la direction d'Yves Lemoine. Une extension fut réalisée en 1965-1966 à l'ouest de la façade principale par l'architecte Robert Chevalier (agence Architecture et Bâtiments).

Situation et composition d'ensemble :

L'emprise du bâtiment et de ses dépendances s'étend sur une importante parcelle située à l'angle du boulevard de la Liberté et de la rue des Carmes. Elle fut constituée par la réunion des terrains de l'ancien couvent des Carmes occupés par l'ancienne école de garçons du boulevard de la Liberté, par l'ancienne usine Simon (à l'angle des rues) et par une partie du jardin de l'ancien presbytère de Toussaints situé rue Vasselot.

L'édifice élevé par Emmanuel Le Ray abritait à l'origine deux écoles distinctes, filles et garçons, organisées suivant un principe symétrique. Le long corps de bâtiment aligné sur le boulevard en abrite les entrées ainsi que des salles de classes sur deux niveaux. A l'arrière, une aile perpendiculaire en rez-de-chaussée sépare la cour des filles de celle des garçons. Le fond des cours est occupé par des préaux, avec du côté de la rue des Carmes, le pavillon du concierge ainsi que le logement du directeur.

Distribution :

Chaque entrée située sur les pavillons du boulevard de la Liberté dessert un vestibule, un parloir et un vestiaire et se prolonge par un corridor ouvrant au sud sur différentes salles de classe situées dans le corps principal de l'édifice. Des escaliers placés dans des avant-corps saillants sur l'arrière donnent accès aux classes du premier étage. L'aile perpendiculaire séparant les cours de récréation est occupée par des lavabos et vestiaires, des salles de classe ainsi que par des réfectoires et leur cuisine commune. Le préau des garçons est surmonté par l'appartement du directeur.

L'extension des années 60 renferme 4 classes distribuées depuis la cour.

Matériaux et structure :

Les fondations du bâtiment sont établies sur un ensemble de 79 pylônes spéciaux ("système Compressol", c.a.d. coulés après compression du sol jusqu'à une profondeur stable) lesquels soutiennent un réseau de poutres en béton armé dont la section transversale en forme de T correspond dans sa partie supérieure à la largeur des maçonneries à supporter. Ces dernières sont construites en moellons de schiste de Pont-Réan. Seules les façades sur rues reçoivent un traitement privilégié avec un soubassement de granite de Saint-Marc taillé surmonté d'un parement de pierres blanches smillées, puis sur toute la hauteur du 1er étage, un parement de briques blanches. Les sommiers, clefs, bandeaux et corniches sont taillés dans de la pierre blanche de Caen. Les arcs et bandeaux décoratifs sont en briques rouges. La couverture est en ardoises.

Dans les cours, les baies s'ouvrent au rez-de-chaussée sous un simple linteau métallique.

La reconstruction remplaça les planchers de fers et les escaliers par des structures en béton armé. Le parement de l'annexe occidentale est composé de granite de Languédia et de panneaux de briques apparentes.

Élévation et décor :

La longue façade du bâtiment aligné sur le boulevard de la Liberté est animée par deux pavillons plus hauts. La distribution intérieure est signifiée à l'extérieur par le groupement des baies deux à deux qui matérialise l'espace d'une classe. Malgré cette simplicité rationaliste, l'édifice se devait d'avoir une façade avenante étant donné sa situation sur l'un des axes importants de la ville. Sa décoration est, comme pour la plupart des édifices de Le Ray, basée sur le jeu des matériaux et sur la qualité de leur mise en oeuvre. Chaque niveau ainsi que les baies en arcs segmentaires est souligné par un bandeau de pierre blanche et de brique rouge. La partie supérieure des pavillons est marquée par un décor sculpté tandis que les avant-toits, légèrement débordants sont soutenus par des aisseliers de bois peint. Les façades arrières sont en revanche beaucoup plus simples avec comme seul ornement des arcs de briques soulignant les baies. Le parement de briques a été enduit au ciment.

Intérieurs :

Le traitement des intérieurs fut principalement guidé par des soucis hygiénistes : l'ensemble des revêtements est lavable (murs peints, planchers de chêne sur ciment dit "planchers hygiéniques" nouvellement brevetés) tandis qu'une attention toute particulière fut portée au système de ventilation des salles de classes.

Conclusion :

En construisant cet important établissement scolaire, Emmanuel Le Ray s'inspire des grands modèles rationalistes élaborés à Paris dans les dernières décennies du 19e siècle et retrouve un sujet habituel de concours de l'Ecole des Beaux-Arts. Si l'économie et l'hygiène ont guidé son parti, le bâtiment n'en est pas moins habilement dessiné et sait éviter la monotonie malgré la monumentalité de ses façades.

Dénominationsécole primaire, groupe scolaire
Aire d'étude et cantonRennes ville - Rennes ville
AdresseCommune : Rennes
Adresse : 8 et 10 boulevard de la, Liberté, 6, 8 rue des, Carmes, 36 rue
Vasselot
Cadastre : 1980 BS 145

Selon G. Huet, une école de garçons est construite sur un terrain (ancien couvent de carmes) acquis à M. Ramé en 1825. Les plans et devis sont établis par l'architecte de la ville Giraud, en 1825, et l'école, construite par l'entrepreneur Simon Cacé, ouvre ses portes en 1827. En 1860, un nouvel alignement est défini sur le nouveau boulevard (actuel boulevard de la Liberté) ; l'architecte de la ville Jean-Baptiste Martenot dessine alors les grilles et murs de clôture réalisés par l'entrepreneur Paty, entre 1860 (date des plans de l'architecte) et 1862 (date de réception des travaux). Les locaux sont agrandis d'une maison bordant la rue des Carmes, louée par les frères des Ecoles-Chrétiennes. En 1860, l'édifice est agrandi d'une sale d'asile aménagée dans les bâtiments subsistants du couvent de Carmes au nord, ouvrant sur la rue Vasselot. Des salles de classes sont aménagées à l'étage alors que la salle d'asile occupe le rez-de-chaussée. Cette partie de l'établissement est affecté à une école de filles, ouverte en 1881 et agrandie en 1883, en prélevant sur les locaux de l'ancienne salle d'asile. Un préau et un gymnase sont aménagés en 1884. Les archives communales conservent les plans du projet d'extension de l'école dessiné par l'architecte communal Jean-Baptiste Martenot, en 1892. Un corps de bâtiment à deux étages carrés, flanqué de deux pavillons, est prévu à l'est de la première maison d'école. En 1909, le nouvel architecte communal Emmanuel Le Ray dessine les plans d'un groupe scolaire qui doit remplacer les deux écoles. Inauguré en 1912, l'édifice sera incendié pendant la Seconde Guerre mondiale et restauré, entre 1949 et 1951, sous la direction de l'architecte de la ville, Yves Le Moine. Une extension latérale est réalisée, en 1965-1966, par l'agence Architecture et Bâtiments, sur les plans de l'architecte Robert Chevalier.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle , (détruit)
Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : milieu 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle , (détruit)
Dates1825, daté par source
1860, daté par source
1892, daté par source
1909, daté par source
Auteur(s)Auteur : Giraud architecte communal attribution par source
Auteur : Cacé Simon entrepreneur attribution par source
Auteur : Martenot Jean-Baptiste architecte communal attribution par source
Auteur : Le Ray Emmanuel architecte communal attribution par source
Auteur : Lemoine Yves architecte communal attribution par source
Auteur : Chevalier Robert architecte attribution par source
Auteur : Architecture & Bâtiment
Architecture & Bâtiment

Société civile d'architectes, 3 rue de Corbin, Rennes


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
agence d'architecture attribution par source

Cet établissement comprenait deux écoles distinctes, l'une de filles, l'autre de garçons, chacune ayant son entrée sur le boulevard de la Liberté. Le plan général des bâtiments prend la forme d'un T avec un corps principal d'un étage carré sur rez-de-chaussée, orienté au sud, et une aile perpendiculaire plus basse située à l'arrière séparant les deux cours de récréation. Le fond de celles-ci est occupé par des préaux et, du côté de la rue des Carmes, par les logements du gardien et du directeur. L'importante façade principale, rythmée par deux pavillons, est soigneusement appareillée de pierres sur la hauteur du rez-de-chaussée, de briques blanches dans les parties hautes, et se trouve animée par des bandeaux de briques rouges et de pierres.

Mursbrique
calcaire
granite
granite
pierre de taille
pierre de taille
pierre de taille
Toitardoise
Étagesrez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, 2 étages carrés
Statut de la propriétépropriété publique

Annexes

  • Extrait de l'ouvrage Jean Janvier, p. 72

    "L'école moderne doit être étudiée tout d'abord pour correspondre exactement aux besoins de l'enseignement, mais elle doit être aussi plus hygiénique, gaie, accueillante, confortable sans luxe, pourvue de tout ce qui peut la rendre pratique, saine, agréable aux écoliers et aux écolières qui la fréquentent. Au groupe scolaire du boulevard de la Liberté, divisé en deux parties bien distinctes - garçons et filles - les nombreuses classes sont vastes, hautes, bien ventilées. De larges fenêtres laissent pénétrer la lumière en abondance. Toutes les mesures d'hygiène ont été prises, tous les angles sont arrondis, chaque classe a deux portes sur le couloir. Le chauffage est partout assuré par distribution de la vapeur à basse pression à des radiateurs judicieusement placés. Les fenêtres sont pourvues de stores à lames, interceptant la lumière sans cependant gêner la ventilation. Chaque classe dispose d'une arrivée d'air frais et d'une évacuation d'air vicié. Les escaliers à volées droites sont vastes, bien éclairés ; des balustres très hautes empêchent les enfants de se pencher dans le vide. De larges couloirs assurent une circulation facile.

    En cas d´incendie au premier étage, il suffit d´ouvrir une porte pour passer de l´école de garçons dans l´école de filles et réciproquement. Il est possible de réunir plusieurs classes entre elles pour former une grande salle de réunions. Le mobilier scolaire a fait l´objet de recherches particulières. Sur l´avis de l´architecte, la commission municipale a adopté le type rationnel, breveté, de la table Brudenne, qui semble remédier aux nombreux inconvénients des vieilles tables généralement employées. Les enfants peuvent se rendre à couvert, par des galeries vitrées, aux WC, largement pourvus de chasses d´eau. Pour le cas de sinistre, des prises d´eau sont installées dans la cour. Chaque école est pourvue de parloirs, lavabos, vestiaires, cabinets pour les maîtres, cantine, cuisine, préaux couverts, cours très spacieuses, conciergerie, logement du directeur, etc. En créant ce beau groupe scolaire, le conseil municipal a non seulement fait oeuvre utile, mais il a doté la ville de Rennes d´un nouvel édifice qui, avec tant d´autres, contribue à son embellissement.".

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. C. Rennes. Série M ; M 190. Groupe scolaire du bd. de la Liberté, construction (1910-1914) .

  • A. C. Rennes. Série M ; M 191. Groupe scolaire du bd. de la Liberté, construction (1900-1923) .

  • A. C. Rennes.Série M ; M 192. Groupe scolaire du bd. de la Liberté, construction (1909-1914) .

  • A.C. Rennes. Série M ; M 193. Groupe scolaire du bd. de la Liberté, construction. Restauration à la suite de faits de guerre (1946-1949) .

  • A. C. Rennes : Permis de construire ; 6 W 53. Boulevard de la Liberté.

  • A. C. Rennes : Permis de construire ; 6 W 54. Boulevard de la Liberté.

  • A. C. Rennes : Permis de construire ; 6 W 55. Boulevard de la Liberté.

  • A. C. Rennes : Permis de construire ; 6 W 88. Boulevard de la Liberté.

  • A. C. Rennes : Permis de construire ; 6 W 264. Boulevard de la Liberté.

  • A. C. Rennes : Permis de construire ; 928 W 46. Boulevard de la Liberté.

  • A. C. Rennes : Permis de construire ; 6 W 265. Boulevard de la Liberté.

  • A. C. Rennes : Permis de construire ; 928 W 47. Boulevard de la Liberté.

  • ANDRIEUX Jean-Yves, LAURENT Catherine (éd.). Quelques souvenirs, Jean Janvier, Maire de Rennes. Rennes : P.U.R., 2000.

    p. 71-72
Documents figurés
  • [1892]. Plan des écoles primaires de garçons et de filles. Indications des propriétés au nord de l'ancien couvent des Carmes, dessin, par J.-B. Martenot, 1892 (A. C. Rennes ; 2 Fi 952).

  • [1892]. Projet d'école primaire de garçons, rue des Carmes en remplacement de la halle aux toiles. Elévations, dessin, par J.-B. Martenot, 01.02.1892 (A. C. Rennes ; 2 Fi 963).

  • [1892]. Projet d'école primaire de garçons, rue des Carmes en remplacement de la halle aux toiles, dessin, par J.-B. Martenot, 01.02.1892 (A. C. Rennes ; 2 Fi 966).

  • [1892]. Plan d'ensemble des parcelles. Projet du nouveau bâtiment de l'école, dessin, par J.-B. Martenot, 01.02.1892 (A. C. Rennes ; 2 Fi 986).

  • [1909]. Avant-projet, école municipale de garçons et de filles, bd. de la Liberté, plan du rez-de-chaussée, dessin, par E. Le Ray, 27.03.1909 (A.C.Rennes ; 2 Fi 1006).

  • [1909]. Avant-projet, école municipale de garçons et de filles, bd. de la Liberté, plan du 1er étage, dessin, par E. Le Ray, 27.03.1909 (A. C. Rennes ; 2 Fi 1007).

  • [1909]. Ville de Rennes. Projet de construction d'un groupe scolaire, bd. de la Liberté. Élévation sur la rue des Carmes, dessin, par E. Le Ray, 1909 (A. C. Rennes ; 2 Fi 1038).

  • [1909]. Ville de Rennes. Projet de construction d'un groupe scolaire, bd. de la Liberté. Élévation et coupe sur la façade sur cour, dessin, par E. Le Ray, 1909 (A. C. Rennes ; 2 Fi 1041).

Bibliographie
  • LOYER, François, GUENE, Hélène. L'Eglise, l'Etat et les architectes, Rennes 1870-1940, éditions Norma, 1995.

    p.226-227
  • LAURENT, Catherine (sous la direction de). Emmanuel Le Ray, architecte de la Ville de Rennes de 1985 à 1932, Rennes, 2000.

    p. 75-80
  • HUET, G. La paroisse de Toussaints de Rennes. Rennes : imprimerie Les Nouvelles, 1960.

    p. 131-136