Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancien faubourg de Nantes

Dossier IA35023358 inclus dans Urbanisme : plan d'aménagement urbain Ange de Léon réalisé en 1999

Fiche

Œuvres contenues

L'ouverture de l'avenue La-Tour-d'Auvergne qui forme la nouvelle traverse urbaine de la route Bordeaux-Saint-Malo, vers 1860, entraîne le déclassement du faubourg, qui reste enclavé jusqu'à l'achèvement de la rue Thiers. Rénové dans les années trente, puis partiellement détruit au moment de la réalisation du nouveau quartier du Colombier, il subsiste aujourd'hui à l'état de vestige.

Parties constituantes non étudiées couvent, caserne
Dénominations faubourg
Aire d'étude et canton Rennes ville - Rennes ville
Adresse Commune : Rennes

Le faubourg de Nantes se développe, après la construction de l'enceinte construite entre 1448 et 1476, au sud de la porte Toussaints, le long de la route de Nantes. Jean-Pierre Leguay signale la démolition de 21 maisons, entre 1464 et 1476, au moment de la construction du boulevard de Toussaints, puis de 55 maisons, en 1487, au moment du siège de la ville. Le plan Hévin (1685) et le plan Forestier (1726) en donnent une représentation partielle, ce dernier indiquant l'emplacement des baraques dont l'intendant a autorisé la construction pour reloger les sinistrés, après l'incendie de 1720. Le plan Caze de la Bove (1783) en donne une première représentation intégrale, figurant un bâti concentré au niveau du boulevard et le long de la route de Nantes. A l'est, apparaissent le couvent des Visitandines du Colombier et celui des Hospitalières de Saint-Thomas, fondés au 17e siècle. Deux voies nouvelles sont visibles sur le plan Ange de Léon, au nombre des travaux votés entre 1855 et 1861 : la rue Edouard-Turquety, qui doit relier le faubourg à la nouvelle avenue La-Tour-d'Auvergne, et la rue Thiers (dite rue de l'Arsenal), qui doit faciliter la circulation entre le Champ de Mars et le nouvel abattoir. Le plan de 1880 indique que l'ouverture de la rue Thiers est partiellement réalisée ; la jonction avec le faubourg est alors rendue impossible par les constructions existantes. Les deux voies sont achevées sur le plan d'extension de 1928, qui figure également le passage Du-Couëdic. La rue Docteur-Roux est ouverte en 1934. Après la Seconde Guerre mondiale, le faubourg est partiellement détruit, au motif de son caractère insalubre, et remembré, dans le cadre de l'opération de rénovation urbaine du Colombier.

Période(s) Principale : 2e quart 18e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle

Secteur urbain limité au nord et à l'est par le quartier neuf du Colombier, au sud par la voie ferrée et à l'ouest par l'avenue La-Tour-d'Auvergne. Il est structuré par une voie secondaire.

Typologies type ramifié
États conservations vestiges

Données complémentaire architecture Rennes

HYPO type ramifié
IAUT sans objet
ICHR typicum
IESP typicum aire d'étude
ICONTX structurant
ITOPO site de périphérie
POS sans objet
SEL étudié
NATURE mixte
RESEAU réseau principal pénétrant
MORPHO sans objet
IMPBA autre cas
Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents figurés
  • [1720]. Plan des baraques de la Grippe, des Portes-Blanches et de Toussaints, du champ de foire et de Chicogné, dessin, 18e siècle (A. C. Rennes ; 3 Fi 23).

  • [1861]. Plan de la ville de Rennes, avec indication des travaux exécutés depuis 1855, sous l'administration de M. A. de Léon, en voie d'exécution au 1er mai 1861 ou votés par le conseil municipal, lithographie, Oberthür éditeur (A. C. Rennes ; 1 Fi 76).

  • [1685 ca.]. Plan de la vieille ville ou cité, ville neuve et nouvelle ville de Rennes, capitale de la Bretagne, dit Plan de Hévin, gravure sur bois, vers 1685 (A. D. Ille-et-Vilaine ; 1 Fi Rennes 6).

  • [1812]. Plan cadastral parcellaire de la commune de Rennes. Section E, dite du faubourg de Nantes, dessin, 1812 (A. D. Ille-et-Vilaine).

Bibliographie
  • LEGUAY, Jean-Pierre. La ville de Rennes au 15e siècle à travers les comptes des Miseurs. Paris : Klincksieck, 1968.

    p. 232