Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancien faubourg de la Madeleine

Dossier IA35023732 inclus dans Ville réalisé en 1999

Fiche

  • Vue aérienne, secteur de la Magdeleine
    Vue aérienne, secteur de la Magdeleine
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • léproserie
    • bureau d'octroi
    • pensionnat
    • groupe scolaire
    • immeuble à logements
    • maison
    • immeuble
    • auberge
    • lotissement
    • cité jardin

Œuvres contenues

Exemple presque unique à Rennes, avec Saint-Hélier, le faubourg de la Magdeleine illustre un phénomène distinct des faubourgs des portes de ville.

L'ancien hameau est devenu faubourg puis quartier, par sa situation en site de jonction. Le bâti d'abord implanté en grappe, le long de la route de Nantes, va former l´épine dorsale du nouveau quartier projeté par l´entrepreneur brestois J. Vaudois, en 1872. La qualité des réseaux de voirie, également favorisée par la construction de la prison départementale, puis de la caserne Margueritte, permet le développement d'une activité économique relativement intense qui attire notamment les Soeurs de Rillé qui fondent le pensionnat Sainte-Geneviève, en 1890.

Aujourd'hui divisé par le percement du boulevard Georges-Pompidou, ce quartier ouvrier qui accueillera une des premières cités de la ville, le Foyer-Rennais, se caractérise par une nette distinction typologique du bâti. L'habitat collectif est dominant au nord-est alors que l'habitat individuel résulte de la création des lotissements successifs au sud (rue du Puits-Jacob et boulevard Jacques-Cartier) et à l´ouest.

Parties constituantes non étudiées léproserie, bureau d'octroi, pensionnat, groupe scolaire, immeuble à logements, maison, immeuble, auberge, lotissement, cité jardin
Dénominations faubourg
Aire d'étude et canton Rennes ville - Rennes ville
Adresse Commune : Rennes

La léproserie de la Magdeleine, attestée au 11e siècle, est à l´origine du faubourg dont le plan Caze de la Bove (1783) donne une première représentation. Plusieurs constructions sont visibles, au niveau du carrefour de Mauconseil. La construction de la voie ferrée, au milieu du 19e siècle, isole le faubourg qui se développe, au-delà de l´octroi, depuis le pont de chemin de fer jusqu´à l'actuel boulevard Jacques-Cartier, le long de la rue de Nantes, de la rue du Puits-Jacob, comme le montre le plan de 1861. Les voies ouvertes par l´entrepreneur J. Vaudois, entre 1872 et 1880 (rues Louis-Tiercelin et Lobineau) engagent son extension à l´est, vers l´ancien manoir de Villeneuve, dont il est propriétaire. L´église, projetée en 1872, pour laquelle la ville propose un emplacement rue de Nantes, sera finalement construite dans le quartier voisin de Villeneuve. A l´ouest de la rue de Nantes, la cartoucherie et les usines situées au-delà de la voie ferrée constituent un bassin d´emploi qui stimule le développement du bâti, chemin de Mauconseil. Le plan de 1877 figure un projet de boulevard circulaire reliant la route de Redon à la route de Nantes et au cimetière de l´Est, qui ne sera réalisé. L´ouverture de la route du Polygône, actuel boulevard Jean-Mermoz, va stimuler le développement des constructions le long de la rue de la Courrouze. Le plan de 1926 figure un développement important du bâti, à l´est de la rue de Nantes et au sud de la rue de Mauconseil où plusieurs lotissements sont créés au début du 20e siècle, desservis par des ruelles étroites. Le plan figure également les voies projetées des lotissements réalisés au nord de la rue de Mauconseil (rue de Buféron et rue François-Elleviou) et au sud, sur les terres de la ferme des Cours (rues Sirodot et Pierre-Le Baud). Envisagée dès 1872, la connexion avec le quartier Villeneuve, à l´est, s´effectue au moment de la construction du Foyer-Rennais, en 1931, qui permet l´achèvement de la rue Ange-Blaise et de la rue Ginguené. Le quartier est doté d'une nouvelle école, construite rue Maxime-Chauveau en 1951, qui remplace celle qui se trouvait rue de Nantes, à l'angle de l'allée Ferdinand. L´ouverture du boulevard Georges-Pompidou, prévue au plan directeur d´urbanisme de 1958, isole le secteur de Mauconseil.

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle
Principale : 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Vaudois J., entrepreneur, attribution par source

Secteur urbain délimité au nord et à l'ouest par la voie ferrée, à l'est par la rue Lobineau, enfin au sud par le boulevard Jacques-Cartier et le boulevard Jean-Mermoz, qui forme la limite communale. Il est structuré par une voie primaire nord-sud, doublé d'un vestige de l'ancienne rue de Nantes, au niveau du boulevard Georges-Pompidou.

Typologies type ramifié

Données complémentaire architecture Rennes

IAUT sans objet
ICHR typicum
IESP typicum aire d'étude
ICONTX structurant
ITOPO site de périphérie
POS sans objet
SEL étudié
Statut de la propriété propriété publique
propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. C. Rennes. Permis de construire ; 762 W 23. Rue Ginguené (1908-1929) .

  • A. C. Rennes. Série O ; 1 O 357. Voirie urbaine. Canton sud-ouest. Rue de Mauconseil (1886-1956) .

Documents figurés
  • [1898]. Chemin rural du Chêne-Rond à la route nationale 137 et à Manciau, demande de classement, plan de l'agent voyer cantonal, 1898 (A. C. Rennes).

  • [1911]. Prolongement de la rue Lobineau, 2e projet, dessin par Perré ingénieur, 1911 (A. C. Rennes).

  • [1900 ca.]. Rennes. Le faubourg de Nantes, carte postale, 1er quart 20e siècle, in Rennes et pays de Rennes en 1900, Cesson : Jean-Luc et Jean-Marie Boure éditeurs, Mémoire photographique de notre siècle, 1992.

    p. 42
  • [1900 ca.]. Rennes. Le faubourg de Nantes, carte postale, 1er quart 20e siècle, in Rennes et pays de Rennes en 1900, Cesson : Jean-Luc et Jean-Marie Boure éditeurs, Mémoire photographique de notre siècle, 1992.

    p. 42
  • [1855 ca.]. La rue de Nantes, vers 1855, photographie par Auguste Lecouturier, 1er quart 20e siècle, d'après une photographie du milieu du XIXe siècle. (A. D. Ille-et-Vilaine ; 8 Fi Rennes 329, collection Lecouturier).

  • [1850 ca.]. La rue de Nantes, vers 1850, photographie par Auguste Lecouturier, 1er quart 20e siècle, d'après une photographie du milieu du XIXe siècle. (A. D. Ille-et-Vilaine ; 8 Fi Rennes 320, collection Lecouturier).