Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancien chemin de Chicogné ou de la Croix-Rocheran, actuellement rue de Chicogné

Dossier IA35024087 inclus dans Ville réalisé en 2000

Fiche

  • Vue générale
    Vue générale
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • fontaine
    • abreuvoir
    • port
    • promenade
    • stationnement

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiées fontaine, abreuvoir, port, promenade, stationnement
Dénominations rue
Aire d'étude et canton Rennes ville - Rennes ville
Adresse Commune : Rennes
Adresse : rue de Chicogné

Selon Banéat, la rue de Chicogné est attestée, en 1455, par les registres de réformation du domaine de Rennes. Elle est refaite en 1484 (pavage) et munie d´une barrière signalée en 1486. Une fontaine et un abreuvoir y sont construits en 1684. Une réfection de la voie est à nouveau signalée en 1781. La voie tire son nom des jardins de la maison de Chicogné, louée par la ville à l'orfèvre Jean Drouet, en 1638, pour y loger des pestiférés convalescents. Prolongeant la rue de la Croix-Rocheran (actuelle rue de l'Arsenal) avec laquelle elle est parfois confondue au milieu du 17e siècle, elle menait au pont de Chicogné, au sud du pont de Chaulnes, reliant la route de Nantes à la porte Mordelaise. Les fossés à Gahier, signalés en 1455, passaient à l'ouest de la rue, mentionnés sous le nom de ruisseau à Gahier, en 1646. Reliant la route de Redon et la route de Nantes au nord de la Vilaine, on y trouve plusieurs hôtelleries, attestées au 18e siècle. Un port est aménagé sur les rives du canal des Murs, visible sur un plan du 18e siècle figurant les baraques de la reconstruction après l´incendie de 1720. Le cadastre de 1842 indique la présence d´une usine à gaz et d´un télégraphe, visibles sur le plan de 1846 qui figure également le bureau d´octroi à son extrémité sud. Les archives communales de la série O indiquent que les terrains communaux, proches du port de Chicogné, sont donnés en location en 1821 et en 1824, pour des durées de trois ans, sans aucune indemnité si "les besoins du service public exigeaient l'emploi de quelques uns de ces terrains à une autre destination." Après le comblement du canal des Murs et la construction du boulevard de la Liberté, les terrains communaux sont vendus, en 1866. Les terrains sont divisés en 4 lots au nord-ouest de la rue, et 1 lot au nord-est.

Période(s) Principale : 4e quart 15e siècle
Principale : 4e quart 18e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1484, daté par travaux historiques
1781, daté par source
1866, daté par source

Données complémentaire architecture Rennes

HYPO mutation
PHYPO chemin rue faubourg
SCLE1 17e siècle
IAUT sans objet
ICHR typicum
IESP typicum aire d'étude
ICONTX structurant
ITOPO site de périphérie
POS sans objet
SEL repéré
NATURE mixte
RESEAU réseau principal traversant
MORPHO sans objet
IMPBA autre cas
Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. C. Rennes. Série O ; 1 O 339. Voirie urbaine. Canton sud-est. Rue Chicogné (1821-1893) .

Documents figurés
  • [1720]. Plan des baraques de la Grippe, des Portes-Blanches et de Toussaints, du champ de foire et de Chicogné, dessin, 18e siècle (A. C. Rennes ; 3 Fi 23).

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le Vieux Rennes. Rennes : Plihon et Hommay, [1911].

    p. 119-120