Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Alignement de deux logis de ferme (Coat Léven)

Dossier IA22016854 réalisé en 2010

Fiche

Á rapprocher de

Destinations maison
Parties constituantes non étudiées étable, fournil, puits
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Plouaret
Adresse Commune : Trégrom
Lieu-dit : Coat Léven

Cet ensemble bâti ancien à vocation agricole est situé à 900 mètres au sud-est du bourg de Trégrom. Le toponyme "Coat Léven" est attaché au lieu. En breton, "Koad" ou "ar C'hoad" signifie le bois. Sur cet emplacement se dressait le manoir de Coat Léven, résidence seigneuriale de la famille homonyme. Le corps de logis du manoir figure sur le cadastre de 1834 avec d´autres bâtiments : métairie, dépendances, colombier et probablement un four à pain. Il s´agit de deux logis de ferme (probablement la métairie du manoir) construits en alignement : l´un (le plus au nord), est datable de la 2e moitié du 16e siècle ou du début du 17e siècle, le second a été probablement reconstruit au milieu du 19e siècle. La construction du fournil est postérieure à 1834. La longue dépendance à usage d´étable est datable de la 2e moitié du 19e siècle. L'ensemble a été recensé en 1972 lors du pré inventaire.

Période(s) Principale : 2e moitié 16e siècle
Principale : 1ère moitié 17e siècle
Secondaire : 2e moitié 19e siècle

Edifice de plan rectangulaire, orienté vers le nord-est (vers le manoir primitif, aujourd´hui détruit), constitué d´un alignement de trois bâtiments (une dépendance et deux logis de ferme) construit en moellon de granite à l´exception de l´entourage des ouvertures en pierre de taille. Le logis nord est le plus ancien, il se compose d´un rez-de-chaussée, d´un étage carré et d´un niveau de comble ; porte axiale, ouvertures de type rectangulaires dont certaines portent un linteau à double ou simple accolade. Il offre la particularité de disposer d´un double « Kuzh Gwele » en élévation antérieure et postérieure. Il est couvert d´un toit à longs pans ; pignons couverts. Le logis sud est de type ternaire couvert d´un toit à longs pans. Accès antérieur central et accès postérieur latéral. Parties agricoles élevées en moellon équarri de granite à l´exception de l´entourage des ouvertures en pierre de taille.

Typologies kuzh Gwele
États conservations bon état, restauré

Cet édifice, identifié comme la métairie du manoir de Coat Léven, a la particularité de disposer de deux petites avancées en appentis ("apoteiz" en breton ; une sur chaque façade), couvertes en pierre de taille de granite. Il s'agit très vraisemblablement d´un emplacement pour un lit clos, nommés en breton "Kuzh Gwele".

Statut de la propriété propriété d'une personne privée

Annexes

  • Kuzh Gwele

    Kuzh Gwele

    Dénomination vernaculaire signifiant littéralement "cache lit" en breton. Dans les maisons rurales et les fermes, cette niche ou alcôve destinée à recevoir le lit-clos est aménagée près de la cheminée soit dans l'épaisseur du mur de la salle, soit en léger décrochement dans le mur postérieur (le plus souvent donc au nord, mur dépourvu de fenêtre). Elle mesure le plus souvent entre 160 et 180 cm de longeur pour une profondeur variant entre 40 et 80 cm.

    On parle également d'appentis arrière pour désigner le décrochement dans le mur postérieur en raison de son toit à une seule pente couvert quelquefois en dalle de granite. A première vue, il s'agit d'un détail architectonique fréquent pour les édifices du 17e siècle et de la première moitié du 18e siècle dans l'ouest du Trégor.

    A ne pas confondre avec le Kuzh Taol qui signifie "cache table" / ou Apothis Taol "avancée de la table" (apoteiz) et qui désigne l'espace intérieur destiné à accueillir la table et les bancs.

    Références :

    DOUARD, Christel. Les maisons à avancée en Bretagne entre 1600 et 1900 : essai de chronologie pour un type emblématique. In Situ, revue des patrimoines [en ligne], 2007, n° 8 [article consulté le 05/01/2011].

    HERVÉ, Patrick. Maisons rurales de Bretagne, Skol Vieizh, n° 72-73, avril-septembre 1981, 80 p.

    MEIRION-JONES Gwyn I. La maison-longue en Bretagne (III), Archéologie en Bretagne, n° 29, 1981, p. 49-67.

    MEIRION-JONES, Gwyn I. La maison et le "kuz gwele" en Bretagne, Archéologie en Bretagne, n° 30, 1981, p. 57-83.

    OLIER, Ernest et Yvonne. L'escalier extérieur en pierre : une caractéristique de la maison de tisserand, Maisons et décors : Bretagne et pays de Loire, n° 155, octobre-novembre 1981, p. 7-13.

    OLIER, Ernest et Yvonne. La maison de tisserand à porche extérieur surélevé dans le haut Léon, au 17e siècle, Bulletin de la Société archéologique et historique du Finistère, t. 109, 1981, p. 289-309.

    PICHOURON, Patrick. Notices de l'Inventaire préliminaire des communes littorales des Côtes-d'Armor, 2003-2007.

  • 20102210619NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor, B2.

    20102210620NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor, B2.

    20102210621NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor, B2.

    20102201090Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 359_22_72_bande62.

    20102201089Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 359_22_72_bande62.

    20102201092Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 359_22_72_bande62.

    20102201091Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 359_22_72_bande62.