Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Edito

« Recenser, étudier, faire connaître » André Malraux

Plus de 130 000 dossiers ont été constitués depuis la création du service régional de l'Inventaire en Bretagne en 1964 : textes, photographies, plans, cartes, reproductions de documents anciens alimentent un fonds de données patrimoniales exceptionnel, véritables archives architecturales et formidable outil de connaissance des territoires. 

Compétence de la Région depuis 2004, les enquêtes d'Inventaire sont conduites par des historiens de l'architecture accompagnés de photographes, dessinateurs, documentalistes...

Parce qu'il est essentiel de rendre largement accessible la connaissance produite, le portail patrimoine.bzh permet à chacun d'accéder à ces dossiers. Ceux-ci regroupent des données historiques ainsi que de nombreuses observations relatives à la datation, aux matériaux, au statut de la propriété, à la nature de la protection des édifices répertoriés, à l'intérêt de l’édifice ou de l'objet, et sont abondamment illustrés... Si la méthodologie de l'Inventaire du patrimoine est commune à tous, ces 130 000 dossiers ont été réalisés à des périodes et dans des contextes différents ; la richesse de leur contenu peut donc être variable.

 

Focus sur :

Lycées de Bretagne (enquête thématique régionale en cours...)

Patrimoine des sports (enquête thématique régionale en cours...)

Présentation de la commune de Saint-Gilles

Présentation de la commune de Vildé-Guingalan

Présentation de la commune de Lanmérin

Présentation du patrimoine dansé et vestimentaire de Bretagne

Présentation du patrimoine bâti maritime du Parc naturel régional du Golfe du Morbihan

Présentation de la commune de Tréguier (enquête d'Inventaire en cours)

Présentation de la commune de Mordelles

Les fortifications littorales du milieu du 19e siècle dans les îles de Bretagne Sud (1830-1870)

Inventaire du patrimoine des communes de Rennes Métropole

Inventaire des commanderies templières et hospitalières de Bretagne

Les moulins à marée de Bretagne

Inventaire des fours de goémoniers de Bretagne

Les patrimoines maritimes et estuariens du Pays de Morlaix

Présentation de la commune de Taden

Présentation de la commune de Cintré

Postes d'aiguillage de la gare de Rennes

Yvonne Jean-Haffen et l'Inventaire du patrimoine : regards croisés

Lumière sur

Le patrimoine des sports de la commune de Châteaulin

Châteaulin, capitale du vélo :

La course cycliste est une tradition à Châteaulin depuis 1889. Initialement organisée dans le cadre du pardon de Notre-Dame, cette course cycliste, d'abord connue sous le nom du Grand Prix du Télégramme, prend de l'ampleur à partir de 1931. Nommée Circuit de l'Aulne puis Boucles de l'Aulne, elle compte comme épreuve pour la Coupe de France de cyclisme.

La présence massive des gradins à l'entrée de la ville depuis Port-Launay et la transformation de la gare Châteaulin-ville en maison du vélo sont les symboles de la présence forte de cette thématique sportive à Châteaulin.

De nombreuses structures sportives :

Il existait, dans l’entre-deux-guerres, deux terrains de sports à Châteaulin : le premier, à Banine, occupé par la société « Les Coquelicots », dépendant du patronage Sainte-Jeanne d’Arc ; le second à Parc-Bian, relevant de l’Amicale laïque châteaulinoise. En réponse aux lois des 23 novembre 1940 et 18 juillet 1941 relatives à la création de terrains communaux d’éducation physique et sportive, la municipalité décide, le 29 septembre 1941, la création d’un terrain sportif sur des parcelles dépendant de la métairie de Kerstrat. Leur propriétaire refusant de vendre à la mairie, elles sont réquisitionnées par ordonnance préfectorale du 1er août 1942, mais il faudra attendre le 19 décembre 1951 pour qu’une ordonnance d’expropriation soit prise par le président du tribunal civil de Châteaulin. Le 22 mars 1947, Eugène Piriou, directeur des travaux de la ville, dresse un devis descriptif et estimatif sommaire des travaux à exécuter pour l’aménagement d’un terrain scolaire d’éducation physique et sportive et, le 28 octobre 1951, une délibération municipale avait approuvé le projet. Les travaux seront encore différés plusieurs années, et finalement réalisés sous la maîtrise d’œuvre de l’architecte quimpérois Georges Yvinec.

Le projet retenu inclut des tribunes d’une capacité de 350 places et des vestiaires. Vingt ans après la décision fondatrice, le terrain de sports de Châteaulin sera inauguré le 16 avril 1961, avec un match de football Stade rennais contre A.S. brestoise. L’équipement sera complété en 1981 par la construction d’un logement pour le gardien et en 1995 par la création de nouveaux vestiaires.

Il existe actuellement plusieurs stades sur la commune de Châteaulin : Juvenat, Banine, Piriou et l'ancienne zone ferroviaire (rive droite).

Inaugurée en 1972, l'actuelle piscine de Parc-Bihan est une réalisation de l'architecte Philippe Bévérina de Brest. Le montant des travaux est estimé en 1968 à 1 300 000 Francs. Le souhait de posséder des aménagements dédiés exclusivement à la baignade des castellinois remonte au 19e siècle alors que l'Aulne canalisée est très prisée de la population.

Plusieurs arrêtés municipaux réglementent les usages de baignade dans l'Aulne. En 1837, il s'agit de ne pas porter atteinte aux mœurs et à la décence publique sous peine d'être poursuivi et ce en raison de la proximité des baigneurs, parfois nus, près des lieux de promenades publiques. Un arrêté de 1896 renouvelle cette interdiction en situant la zone de baignade non autorisée entre Port-Launay et le site de Coatigrac'h. Un troisième arrêté pris ultérieurement indique les risques encourus pour la santé du fait de la pollution des eaux de baignade en zone urbaine.

Eugène Piriou, ingénieur des travaux de la ville, rédige un rapport en juin 1942, pour l'aménagement d'un bassin à usage scolaire et sportif sur le site d'écluse de Coatigrac'h. Ce projet, d'un coût estimé à 52 000 francs, situé sur la rive gauche, est une réponse à la circulaire du 6 février 1941 demandant aux maires de France de créer des bassins de natation scolaires. Une subvention de 20 000 francs est allouée par l'Etat et les travaux sont réceptionnés le 11 septembre 1943.

Le 12 octobre 1943, un courrier indique que « ces travaux consistent en deux estacades, un plongeoir, un petit bâtiment pour vestiaires et accessoires, lignes flottantes de démarcation tels qu’ils ont été exécutés par M. Cornec entrepreneur sous la surveillance du directeur des travaux de la ville ». Ces installations, dont la ville reste propriétaire, sont remises à M. Jos le Doaré, président du cercle nautique châteaulinois, qui assurera l’entretien du matériel.

Le maire de Châteaulin signale qu'en 1949 la baignade de Coatigrac'h n'est plus utilisée. Cependant, des témoignages oraux signalent son utilisation jusqu'à la fin des années 1960.

Le gymnase Hervé Mao est inauguré en 1966. Marc Penther et Philippe Bévéria en sont les architectes.

En savoir plus…